Duty.com - The Grimsby Experience
Si vous êtes déjà des notres, enjoy. Sinon, bienvenue.
Vous êtes invités à créer votre personnage, et à interagir avec nous dans le flood. La partie RP reviendra bientôt.
En cas de problème, n'hésitez pas à contacter un administrateur, qui se fera une joie de vous répondre.
Have fun, with Duty 3.0
La team.

Duty.com - The Grimsby Experience

Hello Guys. I am watching you, and i want to play. Welcome to Grimsby.
 
AccueilAccueil  DUTY.COMDUTY.COM  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You! Me! Working! NOW! [K.S]

Aller en bas 
AuteurMessage
Dorian Finnigan
Admin - ? - || Fils de Maire
avatar

Messages : 625
Date d'inscription : 14/12/2007
Age : 30
Localisation : Grimsby

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: You! Me! Working! NOW! [K.S]   Mar 16 Déc - 13:00

JOUR 2 / 07H15
Épreuve de physique

Andersen était levé depuis cinq heures du matin. En réalité, il n’avait pas eu le temps de beaucoup dormir tant son estomac avait été retourné par les périlleuses secousses provoquées par l’avion. Oh… N’allez pas croire qu’il n’avait jamais prit ce moyen de transport, il ne sortait pas d’une époque paléo climatique glaciaire, non plus, et chacun sait d’ailleurs qu’autrefois les engins tels que les avions n’auraient pas pu quitter le sol, tant l’air était lourd d’eau et de glace. Ce qu’il aurait en l’occurrence beaucoup apprécié, mais enfin, il était bien tard pour regretter d’être entré dans une période interglaciaire, période qui, comme son nom l’indique, n’est que provisoire.

Les yeux cernés, l’air tendu, il avait profité de ce laps de temps pour se préparer pour l’épreuve de physique qu’il attendait avec impatience. Avouons que c’était presque uniquement pour cela que le jeune homme avait accepté de se retrouver dans une telle situation. Et puis, de toutes manières Kitsuné (et son père), n’auraient que très peu apprécié son absence, et ce que femme veut, dieu le veut.

Les élèves avaient prit connaissance du nom de leurs binômes quelques heures seulement avant le décollage. Apprendre que le sien serait Kenzie Stewarts ne l’avait en aucun cas aidé à se sentir mieux. En effet, il avait encore en mémoire le souvenir cuisant d’un laboratoire de chimie explosant sur ses yeux, et des heures de remontrances qu’il avait du endurer (par Sir Pollack, le professeur, et par Qiang Xanda, le doyen et président des Xanda Luminaere), pour cette « immaturité scientifique » dont-ils avaient fait preuve, lui et cette « Green », alors qu‘il le croyait assez « intelligent » pour ne pas ignorer que mélanger du bleu de méthylène avec de la mélinite (rassurez vous, cela n’était pas réellement de la mélinite, mais Qiang Xanda avait tendance à beaucoup exagérer lorsqu’il était sous l’effet de la colère).

La question était de savoir pourquoi, alors, était-elle à nouveau sa binôme?

Après avoir parcouru les quelques livres qu’il avait emportés avec lui la veille, de la bibliothèque d’Ashford (fort complète, d’ailleurs, en ouvrages scientifiques), et avoir récité mentalement sur la physique photonique, car l’on murmurait que le sujet de l’épreuve porterait sur cela, Andersen ne tint plus, et s’en alla parcourir les couloirs du château à la recherche de la chambre de Kenzie Stewarts.

L’épreuve commençait à neuf heures, il en était sept, et, afin qu’ils accordent leurs violons, il valait mieux qu’ils repassent deux ou trois petites choses ensembles.

Voilà pourquoi, donc, se trouvait-il à toquer à la porte de la jeune green, à une heure si matinale.
« Kenzie…? »

Visiblement, cette jeune femme avait le sommeil lourd, mais pas autant que ses autres camarades green. Une porte s’ouvrit au bout du couloir, et un individu fort tatoué passa la tête, l’air visiblement épuisé lâcha alors :

« Mais entre dans la chambre! Tu vas pas réveiller tout le couloir, bordel! »

Levant les yeux devant un tel manque de savoir-vivre, Johannes resserra sa cravate et baissa la poignée, se demandant dans quel état il allait bien pouvoir retrouver sa camarade. Kenzie était certes une jeune femme brillante, mais elle avait des mœurs qui le dépassaient, parfois. Peut-être avait-elle même oublié qu’ils avaient… L’épreuve? Entrant dans la pièce dont seules quelques formes se détachaient de l’obscurité, le jeune homme s’approcha à pas feutrés, ses chaussures italiennes crissant sur le parquet (mais pourquoi diable ces gens n’avaient pas de la moquette dans leur chambre, comme les autres?).

« Kenzie? »

Tâtonnant sur le mur à la recherche d’un interrupteur, il finit par éclairer brièvement la pièce, distingua le lit de celle qu’il cherchait (une chevelure blonde désordonnée et un bras étonnamment long dépassaient de son duvet), s’approcha de la jeune femme et vint la secouer lentement :

« Kenzie? Tu sais que ce n’est pas dans mes habitudes de m’immiscer dans la vie privée d’une personne avec laquelle je n’ai pas vraiment d’atomes crochus. Mais il s’avère, hélas, que le sort a fait le vœu de nous mettre dans la même galère, si je puis m’exprimer ainsi. Or, si tu veux que notre équipage arrive à bon port, je te conseille de te lever rapidement, et que nous commencions à ramer »

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You! Me! Working! NOW! [K.S]   Mer 24 Déc - 1:14


Bordel.. Oui, Kenzie Stewarts avait entendu cette fichue porte frapper. Non, elle ne s'était pas levée. Oui, elle s'était rendormie sans une once de remord. C'était quoi ces conneries, n'était-elle pas supposée être en vacance ? En fait techniquement non, mais faut dire que l'américaine avait vu ces olympiades ni plus ni moins comme un moyen déguisé de s'offrir des petites vacances avant les examens et tout cela en échange de deux, trois équations, vous voyez ? Ouais, ce n'était que trop sous-estimé Qiang Xanda.

La lumière vive de la chambre vint la frapper en plein visage, ce qui ne la laissa pas sans réaction.

« Mais..» s'exclama-t-elle sur un ton plein d'agacement.

Sans une once de bonne volonté, l'américaine se retourna sur le ventre, attrapa son oreiller et le plaqua fermement contre sa tête de manière à abriter ses yeux de ces sales rayons castrateur de sommeil.

« Kenzie? Tu sais que ce n’est pas dans mes habitudes de m’immiscer dans la vie privée d’une personne avec laquelle je n’ai pas vraiment d’atomes crochus. Mais il s’avère, hélas, que le sort a fait le vœu de nous mettre dans la même galère, si je puis m’exprimer ainsi. Or, si tu veux que notre équipage arrive à bon port, je te conseille de te lever rapidement, et que nous commencions à ramer »

Et que je te secoue par ci, par là... Sérieusement, elle était genre à deux doigt de..

« Bordel Andersen. Dégage de là ! Je n'en ai rien à foutre de ton... »

… de BUTTER CE CRETIN. Il venait d'arracher sa couverture.

« Tu es un être vil et sans pitié Andersen ! Une espèce de machine à travailler. Je te hais ! T'entends... »

Stewarts lui balança l'oreiller en coton bio en plein dans la tête et se leva en pétard. Elle plissa les yeux mauvaises, lui jetant par la même occasion un regard noir, bourré de mépris. Fichu épreuve de physique. Encore une fois, il avait fallu qu'elle se retrouve avec ce.. débile profond ! Mais pourquoi !? Hein Pourquoi le ciel s'acharnait-elle sur elle ces jours-ci ? Il y avait eu cette histoire avec Somerled - qu'elle était contrainte d'éviter mais qui oh bonne nouvelle était aussi de la partie -et.. Duty qui avait soudainement décidé de balancer des trucs sur elle, sans parler de Gallagher et ses hormones d'attardés et de ces putain d'Olympiades qui s'annonçait déjà comme une épreuve de torture intellectuel menées par les pires tyrans du pays compte tenu de l'avant goût qu'elle avait pu avoir la veille. Et tout cela, c'était sans parler des fêtes de noël qui approchait à grand pas ! Stewarts détestait les fêtes de fin d'année, tout le monde le savait.

Une demie heure et une douche plus tard, la grunge débarqua cheveux emmêles comme à l'accoutumée au bas de l'escalier de la salle de réception, soit là où devait l'attendre son « adorable » binôme.

« Andersen, avises-toi encore une seule... » elle s'arrêta devant lui et le regarda menaçante « … mais juste UNE SEULE FOIS DE VENIR ME SERVIR DE RADIO-REVEIL (!) et je t'assures que tu iras rejoindre ta PETITE dulcinée Cicely Jeckyll dans son asile pour attardés tant je vais faire de ta vie un cauchemar !! » hurla-t-elle enfin. En soi, c'était elle qui avait l'air la plus cinglée...

Toujours de mauvaises, elle avança l'information suivante.

« J'ai entendu dire que ça tomberait sur les particules subatomique... On a quelques heures devant nous pour revoir le sujet si ça peut te rassurer, mais je doute qu'on en ait vraiment besoin.»

Ils étaient les meilleurs de leurs classe de physique-chimie non ? C'était bien pour cela que malgré « l'incident » du labo d'il y a un mois ils n'avaient pas été virés de Cambridge et surtout qu'ils devaient toujours faire équipe, Kenzie ne pigeait pas vraiment pourquoi Andersen tenait tant à ce qu'ils révisent avant l'épreuve. Ce mec était tellement simplet parfois, c'était dingue, elle avait envie de lui mettre des claques pour qu'il réagisse.

« Bon, on va à la bibliothèque qui se trouve dans les jardins, on aura nettement moins de chance de rencontrer les autres demeurés... »

On ne pouvait pas faire plu net et directif que ça. Kenzie n'avait pas une seconde à perdre de trop en sa compagnie alors autant se débarasser du sale boulot tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.forumotion.com
Dorian Finnigan
Admin - ? - || Fils de Maire
avatar

Messages : 625
Date d'inscription : 14/12/2007
Age : 30
Localisation : Grimsby

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You! Me! Working! NOW! [K.S]   Dim 28 Déc - 0:48

Oui, le sens de la métaphore prenait Andersen dès le matin. Certes, il devait avoir l’air abominable, et peu présentable compte tenu de la nuit qu’il avait passée, mais heureusement pour lui, et contrairement à Kenzie Stewarts, son sens du devoir était plus qu’aiguisé, et il n’aurait pas passé une minute de plus dans les bras de Morphée sachant pertinemment que son cursus scolaire était en jeu. Comparer leur situation à une galère apparaissait peut-être comme vulgaire à certain lecteurs, mais était hélas parfaitement approprié. Cette jeune femme avait certes un potentiel scientifique que Johannes avait pu appréhender à plusieurs reprises, mais elle paraissait prendre un malin plaisir à le saborder par les activités peu recommandables auxquelles elle devait se livrer au sein de sa confrérie. Si elle avait été chez les Xanda Luminaere, sans doute aurait-elle pu acquérir un peu de cette discipline qui paraissait tant lui faire défaut, mais hélas, les Green Spirit semblaient être un choix auquel elle se tenait…

« Bordel Andersen. Dégage de là ! Je n'en ai rien à foutre de ton... »

…Et qui évidemment ne lui avaient toujours pas apprit une once de bonnes manières, chose qui ne pouvait cesser de consterner le jeune Lord. A chaque fois qu’ils se retrouvaient réunis dans la même pièce, les remarques désagréables ne cessaient de fuser, si bien qu’il lui arrivait souvent de craindre perdre son sang froid.

« Tu es un être vil et sans pitié Andersen ! Une espèce de machine à travailler. Je te hais ! T'entends... »

Ce qui, venant de Stewarts, devait être prit pour un compliment. Il esquissa un sourire, rapidement effacé l’oreiller que la jeune femme lui envoya au visage. Le reposant sur à la place qui lui était logiquement attribuée (à savoir sur le lit, et non sur son visage), il estima sa mission accomplie, et arrangeant machinalement sa tenue, se dirigea vers la porte de la chambre :

« Je t’attends au pied de l’escalier »

Étonnamment, elle mit à peine une dizaine de minutes pour le rejoindre, chose dont il lui fut reconnaissant. Lâchant un soupir de soulagement, le jeune homme s’était en effet dit qu’au bout d’une demi-heure, il irait vérifier si Kenzie ne s’était pas rendormie… La regardant impassiblement alors qu’elle se mettait à lui hurler dessus, il commençait à s’accoutumer à son manque de bonnes manières. Cillant néanmoins à l’évocation du nom de Cicely Jeckyll, qui était considéré comme étant tabou pour le jeune homme depuis cet épisode fatal de la remise des diplômes le jeune homme ressentit un léger pincement au cœur, mélange inévitable d’un souvenir lointain et de la sensation d’humiliation qui en avait découlé. Et dire que, pauvre de lui, il ne tarderait pas à en vivre une autre aussi forte dans la journée…
Mais que répliquer à cela? Elle n’était pas supposée connaître en détails cette histoire, et quand bien même, n’aurait certainement pas voulu le blesser par une remarque qui fut pourtant aussi désagréable à entendre au jeune lord qu’une cuiller d’huile de ricin l‘était à avaler.

«
Bon, on va à la bibliothèque qui se trouve dans les jardins, on aura nettement moins de chance de rencontrer les autres demeurés... »

Une excellente idée. Andersen n’appréciait pas, comme tout le monde, la concurrence, et il avait tout de même entendu dire que les élèves d’Oxford possédaient une spécialisation en physique traitant en détails des sujets qu’ils ne faisaient que parfois aborder en amphithéâtre. Il avait prit soin de compléter ses informations, et avait espéré que Kenzie en fasse autant, mais c’était l’une des raisons pour lesquelles il voulait tant se préparer à l’épreuve. Faire confiance à Kenzie était un peu comme sauter dans le vide sans avoir vérifié si on avait bien un parachute.

Quelques minutes plus tard, ils arrivèrent à destination sans échanger autre chose que des remarques anodines.
Après qu’ils aient trouvés une table entre deux rangées de livres, Johannes partit à la recherche de tous les ouvrages les concernant.

« Es-tu vraiment sûre qu’il s’agissait des particules subatomiques? » Questionna-t-il en revenant sur le point qu’elle avait abordé précédemment. « J’ai pour ma part entendu dire qu’il serait question de mécanique quantique, soit le sujet dans sa globalité… » Comprendre par là que sa fiancé avait vivement insisté sur ce point, la veille. « Peut-être que tes sources ont voulues te tromper. Et lorsque je dis « tu », j’entends « nous » bien entendu, puisque nous devons penser comme une seule et même personne… Ta défaite étant ma défaite» soupira-t-il avant d’ouvrir son premier livre. « Nous pouvons commencer par le plus simple : la téléportation cantique, qu’en dis-tu, Kenzie? »

Cette dernière paraissait ailleurs.

« Tu pourrais au moins feindre un minimum d'intérêt à la conversation… »

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: You! Me! Working! NOW! [K.S]   

Revenir en haut Aller en bas
 
You! Me! Working! NOW! [K.S]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ezekiel Jackson : Working all WInter, Shinning All Summer
» [Seinen] Working !!
» Working hours - ft. Alexander
» World chat not working.
» a working day. ft. Kris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duty.com - The Grimsby Experience :: Side of The Road -the other- :: Garbage :: Cambridge Trinité & le reste :: | ! | Irlande OLYMPIADE :: Ashford Garden-
Sauter vers: