Duty.com - The Grimsby Experience
Si vous êtes déjà des notres, enjoy. Sinon, bienvenue.
Vous êtes invités à créer votre personnage, et à interagir avec nous dans le flood. La partie RP reviendra bientôt.
En cas de problème, n'hésitez pas à contacter un administrateur, qui se fera une joie de vous répondre.
Have fun, with Duty 3.0
La team.

Duty.com - The Grimsby Experience

Hello Guys. I am watching you, and i want to play. Welcome to Grimsby.
 
AccueilAccueil  DUTY.COMDUTY.COM  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une galère, paraît-il [Melloy]

Aller en bas 
AuteurMessage
Nathaniel Walton
Xcentric thing!
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 14/07/2008

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Une galère, paraît-il [Melloy]   Jeu 18 Déc - 21:57

Jour 2
Epreuve sportive : Aviron.



« Welcome to americana, please make your selection followed by the pound sign now*… Jingle bells, jingle bells, jingle all the way!** »
*The offspring, Americana
**James Pierpont, Jingle Bells


Ah ah ah. Mégajoke. Non seulement cette foutue musique de Noël filtrait même à travers son casque audio, mais en plus il venait d’apprendre que l’équipe d’aviron aurait un Walton en son sein. Lui. Dammit. Certes, Nathaniel ne s’attendait pas à débarquer en Irlande et se contenter de prendre deux ou trois petits clichés en se la coulant douce le reste du temps. Mais de là à se retrouver sélectionné pour un sport qui se passait à l’extérieur, par une température inférieure au degré Celsius et dans une tenue qui dépassait l’entendement, il fallait vraiment le vouloir. Tout ça parce qu’il avait eu le malheur de s’être inscrit à ce sport en début d’année, et ce parce qu’il s’était dit qu’au moins, en hiver, il n’y aurait rien à faire. Un sport d’extérieur, de lac, se déroulait théoriquement dans des périodes de l’année qui le permettaient. Certes, mais c’était sans compter sur Qiang Xanda le psychopathe névrosé qui croyait que sous prétexte qu’il s’était tapé la muraille de Chine avec un bâton et une pelisse -ce qui était en soit plutôt cool-, tout le monde pouvait en faire autant.

Ben NON. Vous l’avez vu, au moins, Nathaniel? Trop grand, trop maigre. Pour trouver des muscles là dedans, il faut se lever de bonne heure. D’autant plus que ses jambes étaient étonnamment proche de son visage lorsqu’il était assis dans un bateau, mais que le coach, que toute l’équipe appelait « Coach », estimait qu’il se débrouillait « comme un chef », contrairement à « ces lavettes d’Oxford ». Peut-être avait-il abusé de la coke. Un rail de trop, ça vous faisait voir des trucs déments, et avouez qu’il fallait être défoncé non stop pour être capable de se promener en short été comme hiver sous prétexte qu’on était prof. Lui, il n’était bon qu’à observer. Et pourtant, à Cambridge, il semblait que rien ni personne ne voulait le laisser observer quoi que ce soit.

Mais rassurez vous. Il n’avait pas brandi le short, et se trouvait vêtu d’une tenue de jogging aux armoiries de Cambridge, et d’une écharpe qui lui arrivait aux yeux. Oui, il était frileux, et ce malgré le sweet qu’il avait enfilé par-dessus le pull qui cachait le tee-shirt ringard « you are a winner » que quelqu’un lui avait offert il y avait quelques années. Heureusement qu’il se fichait totalement de sa réputation (peut-être parce qu’il n’en avait aucune).

Bon, fallait espérer maintenant que le lac soit gelé.

Des dizaines de personnes bordaient le lac, près à assister à l’épreuve. Alistair Brunstock, le leader de l’équipe d’Aviron de Cambridge, le King, celui que toutes les filles qui se laissaient séduire par le seul critère « Luminaere » adulaient pour la largeur de ses épaules et son humour vaseux, vint donner une grande claque dans le dos de notre protagoniste, en lui faisant un sourire colgate qui n’aurait rien à envier à celui des personnages de dessins animé. Vous savez, méga blancheur de la dentition, méga vide dans le regard… A se demander comment il avait fait pour être accepté chez les Luminaere… Enfin, vu que ce type était un troisième année il avait dû faire preuve d’un potentiel autre que physique pour pouvoir rester à Cambridge tout ce temps…

« Bon, alors écoute, Walton. Tu m’as pas l’air en pleine forme. Il y a quelque chose que tu ne comprends pas dans ‘on va gagner’? Pourquoi tu prends pas un peu plus exemple sur Sven, là bas? »

Le dit Sven était un abruti aux dents longues et au mini short, trapu, qui sautillait sur place et paraissait attendre le départ comme d’autre attendraient le Messie.

« En tous cas, je veux que tu saches que j’ai confiance en toi. D’ailleurs, c’est pour ça que tu vas te mettre derrière, avec Joplin. Vous êtes des types bien, sachez le ». poursuivit-t-il en attrapant ledit Joplin par le bras , qui se trouvait non loin, « Allez, on se motive, vous voulez faire gagner Cambridge, n’est-ce pas? »


Dernière édition par Nathaniel Walton le Lun 22 Déc - 17:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une galère, paraît-il [Melloy]   Sam 20 Déc - 22:36

Une épreuve d’aviron avec une bande de tocards à lunette. Deux bonnes raisons d’être de mauvaise humeur. Dès le deuxième jour, il devait se rendre à la pire épreuve organisée à l’occasion de ces Olympiades. Une épreuve qui l’avait presque dissuadé de venir jusqu’en Irlande. Et qui, à l’heure actuelle, était sur le point de le faire repartir pour l’Angleterre. Sérieusement, de l’aviron ? C’est à peine si il savait de quoi il s’agissait. Il n’avait jamais pratiqué ce sport, et il n’aurait jamais cru devoir le faire un jour. On se demande encore pourquoi il a été inscrit à cette épreuve. Il fallait un Luminaere pour remplir l’aviron, je suppose. A moins qu’il n’ai coché ce sport dans les papiers d’inscriptions pour Cambridge, parce qu’il fallait bien s’inscrire quelque part, mais qu’il avait sécher les séances d’entraînement d’une façon très régulière. Quoi qu’il en soit, il n’y avait plus d’issue. Il était condamner à passer les pires heures de sa vie, ou presque, coincé au milieu d’un lac avec des dizaines et des dizaines d’abrutis autour de lui. Un mauvais moment à passer, et tout ira mieux, vous dîtes ? Ouais, encore faudrait-il qu’il y survive à cette épreuve de dingues.

Ses alliés, tout plus ennuyeux les uns que les autres. Il avait plus envie de les jeter par-dessus bord plutôt que de les aider à ramer. Durant la course, une rame allait voler, c’était pas possible autrement. Il imaginait déjà ce crétin d’Alistair Brunstock commander le reste de l’équipage à l’avant de l’aviron. Il était le leader de l’équipe, à Cambridge, tout le monde comptait sur lui pour remporter cette course. Tout un programme. Si c’était lui le leader, l’équipe en elle-même devait être d’une nullité affligeante. Participant suivant ? Ce cher Sven, doté d’un style vestimentaire suffisamment ridicule pour le classer dans la catégorie des « loosers ». Un mini-short. Sérieusement. Personne l’a prévenu qu’on était en hiver ? Histoire de bien montrer qu’il s’agissait effectivement d’un crétin, il sautillait sur place inlassablement en attendant le départ. Un peu plus loin, Luke faisait les même mouvements, isolés du reste de la foule. Au moins, lui, il avait compris qu’il valait mieux passer pour un crétin à l’abri des regards indiscrets, et pas en plein milieu de la foule. Il n’avait pas de mini-short, lui, juste un short. Gros progrès. Si Sven se croyait encore en été, Luke, lui, avait avancé jusqu’en automne. Allez, les gars, encoreun petit effort, vous y êtes presque ! Et puis juste à côté de la ligne de départ, il y avait Matt. Un peu comme Alistair, il avait déjà une dizaine de filles autour de lui pour l’encourager comme il se doit. Matt, c’était un peu le seul qui semblait à sa place. Suffisamment musclé pour pouvoir faire quelque chose avec un aviron. Suffisamment motivé pour inspirer confiance. Et suffisamment « beau-gosse » pour ne pas passer pour un crétin.

Et pour finir en beauté, le cinquième participant à cette épreuve de torture n’était autre que ce très cher Nathaniel. Il était un peu comme Melloy : dégouté d’être ici et absolument pas motivé par cette course. Il voulait en finir le plus vite possible, et se fichait totalement de l’issue de l’épreuve. Melloy connaissait cet individu, puisqu’il était la principale cause de sa rupture avec Giulia. Il ne le détestait pas, mais ne le portait pas dans son cœur. Un sentiment proche de l’indifférence, si vous voulez. Melloy, qui songeait sérieusement à filer discrètement d’ici, sentir une prise au niveau de son bras. Alistair venait de faire voler en éclat les derniers espoirs qu’il lui restait de sortir d’ici indemne. Dorénavant, il était officiellement foutu.

- Vous êtes des types bien, sachez-le. Allez, on se motive, vous voulez faire gagner Cambridge, n’est-ce pas ?

Euh… c'est-à-dire que… ouais…

Comme c’était à prévoir, Alistair donna les premières directives, s’auto-déclarant leader pour cette course. Ce n’est pas Melloy qui allait l’empêcher de jouer au chef. Il n’avait ni la motivation, ni l’envie nécessaire pour trouver la force de le faire. Et dans la situation actuelle, mieux valait obéir aux ordres et s’écraser, plutôt que de devoir montrer l’exemple et ainsi être contraint de donner son maximum tout le long de cette course. Cette épreuve ne le motivait absolument pas, et faire croire le contraire n’allait pas être facile.

- Bon, on est six dans cet aviron. Je me place tout devant, derrière moi Matt, ensuite Stev, ensuite Luke, puis Nathaniel et enfin Melloy à l’arrière.

Plutôt une bonne nouvelle. Mieux valait être à l’arrière qu’à l’avant. Des haut-parleurs sortant de nulle part se mirent en marche pour donner les premieres directives. A savoir prendre place dans l’aviron, et attendre le signal de départ. Alistair, qui semblait jouait sa vie sur cette course, encouragea une dernière fois l’équipe.

- Ok, les gars, donnez le meilleurs de vous-mêmes. Donnez tout ce que vous avez. L’important c’est ne pas avoir de regrets. Cette course, on va la gagner ! Go ! Go ! Go !

J’en connais un qu’a pris deux ou trois petits dopants pour se redonner du courage. Y’a pas de honte à avoir, on est tous passez par là. Avec tout l’enthousiasme dont il était capable de faire preuve à cet instant, Melloy grimpa au fond de ce fichu aviron dans lequel il allait être coincé jusqu’à la fin de l’épreuve. Les spectateurs commençaient à crier, encourageant leur équipe à gorge déployée. Le compte à rebours avant le départ se déclencha. Et Melloy lâcha un long soupir accompagné d'un discret « et merde », qui résumait parfaitement la situation dans laquelle il se trouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel Walton
Xcentric thing!
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 14/07/2008

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Une galère, paraît-il [Melloy]   Mar 23 Déc - 4:22

Si il voulait faire gagner Cambridge? Euh… Ouais. Bon, c’était pas faux. C’était son camp. Toute personne normalement constituée était supposée être pour son équipe. Certes, mais en l’occurrence, lorsqu’on avait dans son camps des personnes dont la seule vue suffisait à vous donner la nausée, on avait plutôt envie de se démerder pour leur donner envie d’avaler leur minishort tout rond.
Nan mais sérieux, vous allez pas lui dire qu’il était le seul à se les geler, si? Il suffisait de voir le public, tous ces gens qui les attendaient n’avaient pas moins de deux couches de manteaux sur eux. Ils étaient des Bibendum Michelin sur pattes. Et eux, au bord du lac, étaient les victimes de cette société où les sportifs ne pouvaient pas être considérés comme des être humains normaux, et qui étaient supposément supposés paraître maître de la situation à tout moment, et en exhibant un maximum de leur peau si possible. Non, parce qu’il avait bien entendu l’autre lui glisser en tournant les talons un « Et tu peux virer ton sweet, tu sais la masse musculaire, ça vient souvent plus tard » qui sonnait le grand foutage de gueule. Non, mais vraiment, ce type n’avait-il aucune conscience de son environnement direct? La dope, on vous l’avait dit. Malgré le fait que Walton avait avalé avant de venir la moitié de la flasque de Vodka qu’il gardait habituellement dans ses vêtements, il caillait toujours autant. Mais n’avait aucune intention de devenir une masse de muscles dans la centaine d’années à venir, et devrait donc supporter son sort comme un brave petit guerrier qu’il était.

« Bon allez, mes cocos, on est les meilleurs ou on l’est pas? Allez hop hop hop! »

Il se retrouva dans le bateau. Sérieusement, comment ces trucs là parvenaient supporter une bande de type agités sans céder, était un mystère. Si lui avait été un bateau, vous pouvez parier qu’il n’aurait pas fait cinq mètres sur lac avant de lâcher du lest. Même si ça entraînait sa propre perte : vous avez entendu parler de la fable du scorpion et de la grenouille? Oh, certes, la moralité ne serait pas la même. Dans son cas, et toujours en suivant l’hypothèse ‘si j’étais un bateau d’aviron’ on aurait pu plutôt penser à « La mort n’est juste que lorsqu’elle est utile ». Utile à se débarrasser des Sven, Alistair, et toute leur clique. Oh, dans le lot, il n’incluait pas Melloy J. Joplin, positionné exactement dans son dos. Non, car il avait l’air assez puni par le moment présent pour qu’on lui souhaite en plus une noyade dans le lac Lough Corrib. Que voulez vous, Walton était un type juste, et il était certain que si on lui avait donné les rennes de la toute puissance, il aurait su s’en servir comme il se devait. Certes, tout le monde aurait dû avoir des pantalons bariolés et des coupes de crooners norvégiens, mais une humanité bien coiffée était une humanité qui avançait du bon coté.
Wow. Peut-être que la rasade d’alcool qu’il avait ingérée faisait son effet, après tout.

- Ok, les gars, donnez le meilleur de vous-mêmes. Donnez tout ce que vous avez. L’important c’est ne pas avoir de regrets. Cette course, on va la gagner ! Go ! Go ! Go !


Sérieusement… Bon, ok. Passe toi de commentaires, et rame, Walton.

« WALTON! TU LE FAIS EXPRES?! »

Un hurlement raisonna en début de bateau. Il sentait bien, aussi qu’il y avait quelque chose qui clochait, mais ignorait quoi. Posant un œil peu motivé sur la tête de bateau, enfin, si l’on imaginait qu’il avait des rayons X à la place des pupilles et qu’il voyait à travers le dos de son camarade de devant, il questionna :

« Mais quoi? »
« TU RAMES A L’ENVERS! »
« C’est bon, pas la peine de gueuler… »

Et de recommencer à ramer du bon coté. Beaucoup moins facile, du coup. Il arrivait parfois au jeune homme de se demander si Cambridge n’avait pas un sérieux problème pour la sélection de ses équipes. Sérieux, il y avait forcément d’autres élèves plus compétents pour remporter la victoire, non? Voilà ce que c’était de donner aux gens la chance d'avoir leur quart d'heure de gloire. La belle affaire.

C'était donc galère, de ramer. Méchamment. D'un coup sans prévenir, la rame du jeune homme vint heurter quelque chose, qui, à coup sûr, n’était pas de l’eau. Peut-être un bloc de glace… Jetant en regard en arrière, il vit que sa cible n’avait été autre que… Hum. Joplin. Et à la tête de ce dernier, ça n'était pas moins que la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Glacée, l'eau, en plus.
Mais puisqu'on vous disait qu'il n'avait pas fait exprès...

« Merde… désolé, mec. ça doit faire... Euh... Mal. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une galère, paraît-il [Melloy]   Dim 4 Jan - 21:07

[Désolé pour le retard... :/]


C’était un effet d’optique, ou ce con de Nathaniel ramait à l’envers ? Quand je vous disais que ces deux là n’avaient rien à faire dans une épreuve pareille, c’était pas des conneries. N’empêche qu’avec une rame dans le mauvais sens, l’aviron avançait déjà beaucoup moins vite, et c’était assez impressionnant de voir à quelle vitesse l’équipe ennemi prenait de l’avance. Sur ce coup-là, Cambridge était vraiment pitoyable.

Melloy aurait très bien pu informer discrètement à Nathaniel qu’il ramait à l’envers, après tout c’était le seul à le voir puisqu’il était le seul à se trouver derrière lui. Mais non. Il préférait observer silencieusement la scène, et voir ce que cet incident aurait comme effet sur ce taré d’Alistair. Au point où il en était, toute distraction était bonne à prendre. Pour des raisons obscures, il se mit à ramer dans le même sens que Nathaniel. Toujours dans le principe de tuer l’ennui. L’aviron avançait alors très lentement, pour ne pas dire qu’il faisait du sur place. Ainsi, Nathaniel et Melloy avait presque autant de force que les quatre autres réunis ? Sans commentaire.

- C’est quoi ces conneries ? On avance pas, là !

Le dénommé Matt, manifestement moins musclé qu’il ne prétendait l’être, commençait à s’impatienter. Son secret était dévoilé : il était un adepte de la gonflette. A l’occasion, il faudrait le piquer avec une aiguille, pour voir si ses muscles se dégonflent. Ça doit être assez fun à voir.

C’est alors que ce fameux Alistair jeta un coup d’œil derrière lui pour trouver la source du problème. D’un mouvement rapide, Melloy rama de nouveau dans le bon sens, laissant Nathaniel se faire engueuler tout seul.

- WALTON! TU LE FAIS EXPRES?!

Le principal concerné ne tarda pas à rectifier le tir, sans la moindre motivation. Et manifestement, cette nouvelle façon de ramer le contrariait. Il était lent, très lent. Et encore plus maladroit. Suffisamment maladroit pour dévier sa rame de sa trajectoire initiale et de la diriger vers… Melloy. Oui, ce crevard de Nathaniel lui avait balancé sa rame à la gueule. Une provocation qu’il n’avait pas l’intention d’ignorer. La guerre était lancé, et il avait bien l’intention de la gagner.

- Merde… désolé, mec. Ça doit faire... Euh... Mal.

Il s’enfonçait, là. Dangereusement. Ouais, ça faisait mal, très mal. Et encore heureux qu’il était désolé. Déjà qu’il était coincé dans un aviron avec quatre crétins, découvrir que le cinquième individu était encore plus cons que les autres, c’était grave pas la joie. Sans déconner… c’était quoi ce boulet* ? Au moins, Melloy avait trouvé de quoi s’occuper. Emmerder ce crétin, ça pouvait être marrant. Et pour une fois, c’est pas lui qui avait lancé les hostilités.

Gardant, dans un premier temps, sa colère pour lui. Il se mit à ramer plus fort, dans le but de lancer des éclaboussures avec sa rame. La difficulté était surtout d’atteindre Nathaniel, qui se trouvait juste devant lui. Parce que là, tout ce qu’il faisait, c’était balancer de l’eau à tout ceux de devant, sans atteindre sa cible.

- Mais putain, Melloy ! Ça sert à rien de ramer comme un malade ! C’est la précision qui compte, pas la force. Sans déconner, t’as jamais fait d’aviron de ta vie, ou quoi ?

Ben… non. Enfin, inutile de s’énerver, sa cible était Nathaniel. Ne nous dispersons pas. La première tentative s’étant soldée sur un échec total, il ne lui restait plus qu’à employer des moyens plus… rustique. Discrètement, il vida la bouteille d’eau qu’il avait gardé de côté, et la remplit avec l’eau glacée du lac. Il la positionna alors près de sa rame, pour donner l’illusion que ce n’était qu’un accident. Vraiment pratique d’être tout derrière, il pouvait faire n’importe quoi dans la discrétion la plus totale.

Avant de passer à l’acte, il hésita quelques secondes. C’était un coup assez minable, pour ne pas dire très minable. Mais d’un autre côté, que pouvait-il faire d’autre coincé dans un aviron ? Il devait utiliser les moyens du bord, et à part une bouteille vide et des litres d’eau glacée, il n’avait pas grand-chose. Et puis, il sentait encore la douleur du coup de rame qu’il avait pris quelques minutes plus tôt. Allez, Pas de pitié. On respire un grand coup, et on pousse mamie dans les orties.

Réussite totale.

- Merde… désolé, mec. Ça doit être… Euh… Froid.

Un point partout. Et le combat ne faisait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une galère, paraît-il [Melloy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une galère, paraît-il [Melloy]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mais qu'est-on allé faire dans cette galère ?
» Ambre Andreis - Aussi contradictoire que ça puisse paraître, si j'y reste tu partiras avec moi!
» [PREFETS] Que diable allait-il faire dans cette galère ?! [Terminé]
» Comment se retrouver dans la galère... Ou pas.
» Quelle...Galère...Fait...Trop...Froid [PV Maddi']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duty.com - The Grimsby Experience :: Side of The Road -the other- :: Garbage :: Cambridge Trinité & le reste :: | ! | Irlande OLYMPIADE :: Lough Corrib Lake-
Sauter vers: