Duty.com - The Grimsby Experience
Si vous êtes déjà des notres, enjoy. Sinon, bienvenue.
Vous êtes invités à créer votre personnage, et à interagir avec nous dans le flood. La partie RP reviendra bientôt.
En cas de problème, n'hésitez pas à contacter un administrateur, qui se fera une joie de vous répondre.
Have fun, with Duty 3.0
La team.

Duty.com - The Grimsby Experience

Hello Guys. I am watching you, and i want to play. Welcome to Grimsby.
 
AccueilAccueil  DUTY.COMDUTY.COM  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm Green Today [ Kenzie Stewarts + Burton LA BARGE]

Aller en bas 
AuteurMessage
Apolline Finnigan
Beauty of the Devil
avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 25/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: I'm Green Today [ Kenzie Stewarts + Burton LA BARGE]   Lun 22 Déc - 13:36

Jour 5 /
14h – 18h
Epreuve écologique
Ramassage des déchets autour de lac.


Deux jours de course d’orientation. Epuisant parcourt durant lequel Coralee avait du se frotter à la nature environnante. Il faut dire que le jury avait bien choisi les équipes. Comme si cela ne suffisait pas qu’une lady de son rang aille vadrouiller dans la brousse, il eut fallut qu’on lui impose ce partenariat avec l’un de ces cinglés des Green Spirit, et de tous le moins facile à vivre. Comme vous l’imaginez sûrement, Coralee et son côté guindé-glacé n’avait pas particulièrement collé avec le caractère idéaliste et butté de ce Jamie Nylon. De toute évidence, ce garçon était très légèrement siphonné et de plus maniaquo dépressif aigu. Qui aurait crut que le jeune homme tatoué comme il l’était, se trouva en réalité tenir grandement à son hygiène corporel. Absolument dingue. Enfin, ce type était un garçon au mauvais genre évident que Coralee ne tenterait même plus d’approcher de loin ou de prêt.

La jeune femme était à présent allongée dans son lit, profondément endormie et enveloppée sous une montagne de couverture.
Elle était seule. Guilia était sortie. D’ailleurs sa colocataire avait beaucoup de projets pour ces Olympiades et de ce fait, Gattina et elle-même ne se croisaient que rarement durant les maigres temps libres que ces épreuves à la chaînes leur accordaient.
Qu’importe pour l’instant, Coralee tentait de récupérer de ces nuits à la belle étoile où toutes sortes d’insectes l’avaient délibérément empêché de même somnoler quelques heures. Son visage en portait d’ailleurs les traces, ce qui était absolument navrant à voir.
Ai-je bien dit tentait de récupérer ? Car oui, avec sa chance absolument formidable ces temps ci, ce fut l’alarme incendie qui se déclencha d’une manière aussi soudaine que Coralee lorsqu’elle se tira du rêve dans lequel elle était plongée. Deux yeux bleu acier scrutèrent le plafond l’air mauvais. En pas plus de temps qu’il en faut pour le dire, Coralee dégagea les couvertures et sauta à terre. De là, elle attrapa le premier jean qui lui passa sous la main, la première paire de moonboots qui s’offrit à elle et enfila machinalement sa grosse doudoune grise avant de s’enfuir par la porte abandonnant toutes ses affaires à leur triste sort.
Suivant la cohue, elle atteignit une issue de secours et se retrouva instantanément dehors, livré au froid de ce décembre infernale. Avec un sentiment d’irritation non négligeable, elle jeta un coup d’œil autour d’elle.
L’aille où se trouvait les universitaires avaient été évacuées. La plupart d’entre eux étaient habillés, mais certains, avec des réflexes beaucoup moins innés que Coralee se retrouvaient en pyjama ou en petite tenue, et étant donné la température extérieure, la jeune femme en frémi pour eux, avant que ceci ne lui tire un sourire amusé.
La voix du directeur de l’établissement rival de Cambridge, augmentée par le mégaphone dont il s’était muni, résonna soudain dans le silence qui se fit instinctivement. Seuls quelques crétins tentaient de faire naître la zizanie parmi les élèves qui se tenaient autour d’eux avant d’être stoppé net par une remarque poignante du dit Amorris Bennett.

« Chers étudiants et étudiantes d’Oxford et de Cambridge,

Veuillez nous excusez pour le désagrément occasionné par le déclenchement de l’alarme incendie, il semblerait que certaines personnes aient un sens de l’humour hautement développé.
Sachez seulement que l’accès à vos chambres vous seront autorisées dans quelques heures, le temps de procéder à une fouille partielle de chaque chambre.
Nous vous invitons à rejoindre le lac pour l’épreuve indispensable d’écologie auquel chacun se doit de participer.
Bonne chance à tous et je vous rappelle qu’il ne reste que 2 jours avant la fin des Olympiades, qui s’achèvera par le traditionnel dîné de récompenses où seront couronné entre autre le et la plus raffinés d’entre vous.

Je vous souhaite une très bonne journée et que Dieu vous garde.
»


A croire que ce mec avait été pasteur dans une autre vie. Quoiqu’il en soit, les réactions s’étaient fait diverses parmi les élèves. Certains s’empressaient d’applaudir quand d’autres maugréaient ou s’indignaient. Il faut dire que le fait que sa chambre soit fouillée ne plaisait pas particulièrement à la jeune femme, mais bien vite elle se désintéressa de cet évènement. Elle, n’avait rien à cacher après tout. D’ailleurs cette histoire d’incendie fit resurgir en elle des souvenirs qu’elle tentait vainement d’oublier. Cette fois où, en pseudo duo avec une Cicely encore plus machiavélique qu’elle-même, elle avait commit le vice de foutre le feu au sous sol du lycée. Cicely.. Fallait il mieux qu’elle chasse son souvenir de ses pensées.
Elle s’éloigna de la foule d’un pas félin et une fois sortie de la mêlée, elle respira à plein poumon l’air frais, avant de se diriger comme convenue vers le lac. Elle traînait le pas cela va s’en dire.
Coralee avait déjà était contrainte d’effectuer des travaux ingrats, notamment en heure de colle où la jeune femme avait du repeindre les bancs du parc avec d’autre. Torture, car mis à part le fait qu’elle se salissait les mains au travail des petites gens, ses persécuteurs n’avaient pas négligés de l’affubler d’un costume de plastique vert ridicule.
Elle espérait seulement que ce ne serait pas la cas ici.

Ecologie, était certainement le mot phare de l’année, à moins que les « membres green » des deux universités avaient eut un quelconque impact sur le programme de cette année. Vraiment, Coralee aimait bien ce Duty mais elle ne supportait pas le fait que celui-ci pactise avec ces Green tous plus dégoûtants les uns que les autres.
A peine arrivée, la jeune femme fut surprise par la voix d’une mégère qui ordonnait que l’on fasse une ligne bien droite afin de connaître son binôme.
Binôme ? Encore. A tout les coup, Coralee tomberait avec la ou le cinglé qu’il ne fallait pas.
Inhabitée à attendre son tour comme tout le monde, elle se glissa entre une jeune fille aux cheveux blonds et un binoclard qui n’osa même pas répliquer, vu le regard acéré que lui jeta Coralee. Se fut son tour rapidement, puisqu’elle n’était qu’à une ou de place de la table où se trouvait la livreuse des noms qui devraient former un partenariat pour cette épreuve.
Coralee lâcha avec indifférence :

« Coralee Moore, M, Deux O, R, E. »

La vieille pie rajusta ses lunettes et commença à trifouiller dans son tas de feuilles. Elle tira du paquet la liste des M, afin de trouver le partenaire de cette Moore qui dégageait selon elle une incroyable assurance et une dureté qu’elle admirait en silence.
Puis, elle s’exclama enfin, de sa voix fortement exaspérante :

« Vous êtes avec une dénommée Stewarts.. Kenzie, mademoiselle Moore. »

Les traits fins de Coralee se figèrent dans un rictus de répulsion prononcée. Impossible, pas elle ? Tout sauf elle, ce Jamie Nylon, Kitsuné, Sturgess.. Oui la liste était longue. Mais enfin quoi ? Kenzie et elle ne s’entendaient pas le moins du monde. Le ramassage de déchets allait être catastrophique. Notre blonde se ressaisie, tentant de trouver une échappatoire à cette situation écoeurante d'horreur. Elle soupira d’abord et avec un sourire légèrement faux et crispé ensuite, elle articula :

« Je suis certaine qu’il doit y avoir une erreur, vérifiez de nouveau s’il vous pl… »

Une voix coupa la sienne, Coralee se retourna alors qu’on lui fourrait entre les doigts un sac en plastique et une sorte de balai, râteau, pic ? Elle ne savait pas trop à vrai dire... Ce n'était pas son monde en vérité.

_________________
Lilly comes when you stop to call her
Lilly runs when you look away
Lilly leaves kisses on your collar
Lilly, Lilly, Lilly, Lilly, stay!


Dernière édition par Coralee Moore le Sam 3 Jan - 19:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: I'm Green Today [ Kenzie Stewarts + Burton LA BARGE]   Mar 23 Déc - 2:47

Et blah.. Et blah.. Et blah..

« […] Je vous souhaite une très bonne journée et que Dieu vous gardes. »

Que Dieu vous gardes... Ouai. Putain et que Dieu sauve l'Angleterre, qu'il sauve cette saloperie d'Olympiade en l'Irlande et surtout qu'il n'oublie pas de sauver toutes la masse de demeurés qui rodaient autour d'elle depuis maintenant beaucoup trop d'heures dans la foulée. Parce que sans blague depuis qu'elle vivait en cette contré éloigné de sa parcelle de l'Atlantique - New-York ! Pas Cambridge, dégagez.-, Dieu sait si Kenzie Stewarts avait eu le temps de dresser une liste quasiment exhaustive des 1000 raisons pour lesquels ces Britannique auraient pu décrocher la palme de la connerie. Enfin, ne nous éloignons pas du sujet. Comme vous l'aurez devinés, l'américaine n'était pas vraiment d'une humeur qu'on aurait pu qualifier de joviale en ce jour béni de ramassage d'ordure. Et oui. Mais détrompez-vous, contrairement à la plupart des participants, elle n'était pas verte (green/verte.. ahah. Pardon) de rage parce qu'elle devait sauver la planète, vous la prenez pour quel genre de nana au juste ? Le genre de Green atrophié façon Jaimie Nylon qui avait peur de la moindre saleté ? Ou bien le genre Davena Bowen que son obsession maladive pour Samuel Sigmud O'Brian -AKA la super star du campus, trop beau-trop-dément-trop-artiste-torturé- qui était au passage un Green, avait poussée à se ramener dans leur confrérie.
Non, les mecs, là on vous parlait de Stewarts. Soit le genre de Green présente en toutes circonstances pour le sauvetage de la planète, la dénonciation de la société de consommation et tout le tintouain. Ouai, en d'autres terme, elle n'était pas vraiment le genre de Green présente par regain de peaceful et de love-everything façon Liliany Sturgess ou Cara Mathews – autre spécimen du genre, qui partageait notamment sa chambre à Cambridge-. Du coup, oui ce matin là, alors qu'elle n'avait dormi qu'une heure et qu'une abominable sonnerie stridente l'avait sortie de son sommeil, sa réaction n'avait pas été celle d'aller embrasser tous le monde... Alors ok, faisons le point. Petit 1), Kenzie n'était pas une fille débordante d'agréabilité avec les personnes qu'elle n'appréciait pas particulièrement. Petit 2) le matin n'était pas son moment préféré de la journée. Petit 3) son réveil avait été amorcée par une putain d'abominable sonnerie et enfin, rappelons que la veille les Green s'était livrée à une petite fiesta improvisé par leurs chefs de clan à l'orée de la forêt.
Elle avait la sale impression qu'un gong avait décidé d'élire domicile à l'intérieur de son crane et à ce moment précis, elle était vraiment à deux doigts de prendre la décision formelle d'immerger son corps tout entier dans l'eau à moins dix degrés du lac qui se trouvait en face d'elle ! Il fallait bien mourir de quelque chose après tout et l'hypothermie, c'était toujours mieux que l'explosion de sa boite crânienne. Vous n'avez jamais regardés Pulp Fiction ? C'est assez crade comme mort.
Kenzie Stewarts, vêtue d'un jean déchirée, d'un bonnet trop large et d'une doudoune sans manche orange, laissant apparaître un pull de laine en grosse maille blanc, arriva au lieu de rendez-vous. Pas besoin d'être très perspicace pour comprendre qu'elle était en retard. A part une petite vieille, il ne restait quasiment plus personne.
«Et vous êtes ?! » lachâ la petite dame devant elle, plus revêche vous ne pouviez pas.
Kenzie fatiguée, resta silencieuse. Elle tira la peau de ses paupières du bout des doigts, tentant par ce geste insinifiant de faire taire le bruit afin de ne pas virer complètement folle. Non, sérieusement, si autrefois dans des conditions pareilles, elle aurait pu s'énerver et envoyer baladé cette femme, pas cette fois. Elle décida de prendre sur elle. C'était pour les Green, vous comprenez.
La femme la regarda d'un mauvais œil.
« Mademoiselle, oui c'est à vous que je m'adresse ! Vous avez vu l'heure ? Vous êtes en retard. Est-ce que vous pensez vraiment que c'est le genre de comportement.. »
« Kenzie Rose Stewarts. Green. Cambridge Trinité » lâche enfin la New-Yorkaise dans le but de la faire taire, sur un ton légèrement, mais juste légèrement agacé. .
« Bon. Votre binome est là ! Vous feriez mieux de vous presser mademoiselle Mackenzie Rose Stewarts. Tenez.» Elle lui attribua un sac et des accessoires de « jardinage écolo » puis s'en alla sans attendre.
« KEN-ZIE. C'est KEN-ZIE !! » s'empressât-elle de répliquer alors que celle-ci lui tournait le dos.
Vous avez remarqués vous aussi comme les gens font tout pour que vous les envoyez balader ? C'était dingue comme histoire, vous faisiez tout pour rester amical, mais non forcément c'était contre nature...
Trop occupée à reprendre cette idiote de bonne-femme. K.E.N.Z.I.E ne se soucia que trop peu de l'identité de la personne désigné par cette dernière. Oh et quelle erreur fatale que celle de ne pas avoir regardé dans la direction plus tôt. Lorsque ses yeux convergèrent dans la direction annoncée, elle regarda à gauche et à droite, histoire de voir si la présence de cette...
« Putain... »
Vraiment, cela venait du fond de son cœur. Notre grunge se mit néanmoins à rire. Nerveusement. Tout ceci était nerveux, rassurez-vous. Elle n'avait pas soudainement petée les plombs, quoi que.. Coralee Moore, hein .? Oui, après tout, vu la journée de poisse qui s'était annoncée depuis son levé, il n'y avait même pas de quoi s'étonner. Décidément, le ciel était trop bon avec elle. Kenzie n'aurait vraiment pas pu espérer mieux. Enfin, Gattina ou Gallagher, aurait aussi très bien pu faire l'affaire dans le genre emmerdeur de première.
Bref, elle s'avança pleine de joie dissimulé vers celle qui était manifestement son binôme.
« Je vois que tu n'as pas eu peur d'aller barboter dans la saleté... C'est bien. Vraiment, je le pense, tu es une gentille fi-fille Moore. Qu'on se le dise, je n'en ai rien à cirer de tes états-d'âme, de tes quelconques répulsions pour les bactéries, ou que tu flippes à l'idée que tes chaussure à mille dollars ne puisse être esquinter par un bout de terre, j'ai bien l'intention de remporter cette épreuve Moore. Oh, pas pour moi, ni même pour Cambridge ou les Green. Mais pour la planète Moore. Pour la planète ! On doit sauver cette putain de planète. Passes-moi ça! »
Elle arracha le sac plastique des mains de sa camarade.
«J'y crois pas. Un sac plastique ! Un sac plastique. Non, mais tu sais toi combien de temps ce truc là met à se désintégrer totalement dans la nature ? 400 ANS sur terre et 1200 en mer ! Et là je te parle même pas du problème de leurs incinération ! De la dioxine, ce truc là dégage de la dioxine ! Attends... »
Sans d'autres explication, Kenzie Stewarts tenta d'attraper l'abruti chargé de l'organisation de l'épreuve. Au détour d'un arbuste, elle tomba sur un type à lunette et écharpe orange dont le badge était on ne peut plus significatif, il était membre du comité d'organisation et faisait partie de la confrérie écologique d'Oxford.
« J'espère pour toi, que tu n'es pas le crétin à l'origine de l'idée abominablement stupide d'avoir filé des sacs plastiques à toutes les équipes. Sérieusement, on est où là ? A Disneyland ? Ah.. dans une épreuve écologique, t'en es certain ? Parce que moi, j'ai la fâcheuse impression qu'on se fiche de nous. Vous êtes dingue ou quoi ? Des sacs plastique, le but c'est quoi de polluer encore plus l'éco-système ! T'as bien de la chance qu'on ait eu vent que maintenant de cette information car je peux t'assurer que les Green de Cambridge aurait immédiatement appelé au boycott d'une telle escroquerie ! Oh mais rassures-toi on ne va pas en rester là ! »
Bien.. Elle avait pu passer ses nerfs de manière ludique sur quelqu'un. Ça faisait du bien.
« Tu viens Coralee ? On on s'en va. On a des saletés à récolter nous ! » et elle attrapa... Coralee Moore, en passant un bras sous le sien et s'en alla, se retournant pour jeter un regard assassin à l'autre type..
NON. Non. Pause attendez ! Stewarts se droguait de nouveau c'était ça ? Euh.. parce que là, elle perdait carrément tout sens des rationalités ! CORALEE MOORE alias la fille qu'elle ne pouvait pas encadrer depuis la première fois qu'elle l'avait vu au lycée pour la simple et bonne raison que sa tête ne lui revenait pas était devenu la même fille avec laquelle elle marchait dans la forêt bras dessus bras dessous ? N'importe quoi.. On la savait bipolaire, mais là ce n'était plus de la bipolarité, c'était carrément de la schyzophrénie. Que Dieu sauve Stewarts bordel !
Elle la lâcha enfin.
« Bon les déchets Coralee. Tu rêves ou quoi ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.forumotion.com
Apolline Finnigan
Beauty of the Devil
avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 25/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: I'm Green Today [ Kenzie Stewarts + Burton LA BARGE]   Mar 23 Déc - 20:21

Coralee venait de se faire arracher des mains l’immense sac en plastique qui lui servait à récolter les déchets – Eh oui, faute de partenaire, elle avait commencé sans elle.
Du moins jusqu’à présent, car, (mal)heureusement, Kenzie venait d’apparaître, agressive comme à son habitude, limite si celle-ci ne la prenait pas pour un produit consommable. Flippant.
La jeune femme l’examina quelques secondes, décidément cette fille n’avait pas achevé totalement sa cure de désintoxication. Nan mais sérieux regardait là, ou plutôt écoutez…

« J'y crois pas. Un sac plastique ! Un sac plastique. Non, mais tu sais toi combien de temps ce truc là met à se désintégrer totalement dans la nature ? 400 ANS sur terre et 1200 en mer ! Et là je te parle même pas du problème de leurs incinération ! De la dioxine, ce truc là dégage de la dioxine ! Attends... »

Coralee attendit oui, visiblement atterrée par ce que venait à peine de lui balancer sa camarade. Combien n’aurait elle pas donné pour se retrouver à cent lieux d’ici, loin de cette grande barge de Stewarts et de ces manières extravagantes.
Alors que la jeune New-yorkaise se ridiculisait proprement devant ce membre pathétique du comité d’organisation, elle observa l’ongle de son indexe gauche qui saignait monstrueusement, la faute à qui hein ?
Oh non, il était décidé pour elle de laisser Kenzie faire le clown encore un petit moment, se serait réellement jouissif de la voir ainsi tomber du haut de l’échelle au moment où elle lui annoncerait son erreur.
Mais pour le moment, Coralee pressait de sa main droite son doigt blessé, sans broncher. C’était ainsi, un Moore faisait face à la douleur sans en montrer les souffrances. C’était ce genre de futiles dont s’affublaient les prestigieuses familles comme la sienne. Bien sûr ceci était très caractéristique des Moore, mais peut importe réellement, Coralee se tenait à la règle et ne trahissait jamais, ou presque, la moindre émotions de toutes façons.
La jeune femme plongé dans ses pensés ne faisait guère plus attention que cela à Kenzie qui déjà se retournait furieuse et qui… ce geste est déplorable je vous assure, oui et bien, qui attrapa notre jeune anglaise bras dessus, bras dessous, comme des amies de longue date et qui la nomma par son simple prénom sans qualificatif ridicule de type « fi-fille, dinde..etc ». En plus de se sentir outrée de part son statu, Coralee ne négligea pas l’écoeurante réalité qui la faisait se coller à son ennemie, pourrait on la qualifier ainsi oui, et, avant que Stewarts ne prenne conscience de son geste déplacée, Moore se détacha sèchement de la jeune femme, qui en fit de même quelques micros secondes après elle. Bon Dieu meuf, résonne toi !

« Bon les déchets Coralee. Tu rêves ou quoi ?! »

A cet instant, oui Coralee avait eut envi d’être grossière et de lâcher un « La ferme Kenzie ! », mais elle s’abstint comme toujours, ne voulant de surcroît pas se rabaisser au langage primaire de cette Kenzie là. Enfin, qu’importe, elle opta pour une réponse cynique, ça c’était plus son style de langage, la subtilité voyez vous :

« Je déplore ton sens de l’observation, Rosie. Tu vois, et je ne suis pourtant pas une experte, mais si tu avais pris le temps de regarder plus attentivement ce sac plastique, sans doute aurais tu remarqué l’insigne qu’il comportait et qui signifie entre autre que ce truc est entièrement recyclable. Et par la même occasion, peut être aurais tu évité cette malencontreuse altercation avec ce farfadet là. Enfin t’imagines, tomber encore plus bas que lui, c’est navrant, même pour toi Kenzie Stewarts, superbe new new-yorkaise. »

Elle afficha un sourire de revanche, du genre qui vous donne envie de la décalquer contre un mur, avant de retourner à ses déchets à elle. Ouais, il était clair que même si elle devait partager le même sac plastique, il n’était pas stipuler qu’elle devait être collées. D’ailleurs Coralee entreprit de marqué une distance sûr, 3 mètres minimums, comme ça…

« Bon… Puis je te faire remarquer que je ne suis plus en mesure de continuer le ramassage. Par ta faute… Elle brandit devant les yeux sidéré de Kenzie son indexe (et ouais quoi, façon comme une autre de ce libérer des tâches ingrates). Mais comme tu me sembles toute dévouée pour cette noble cause, je vais faire un petit effort et te soutenir… moralement du moins. »

Coralee s’assit en tailleur dans l’herbe et entreprit de se relaxer tout en fermant les yeux… Lorsqu’un truc la frappa à la tête, dur.

« Aïe. » Lâcha t-elle froidement, mais de manière articulée.

_________________
Lilly comes when you stop to call her
Lilly runs when you look away
Lilly leaves kisses on your collar
Lilly, Lilly, Lilly, Lilly, stay!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: I'm Green Today [ Kenzie Stewarts + Burton LA BARGE]   Mer 24 Déc - 15:51

Attendez est-ce que cette cellule atrophié, qui composait à elle seule l'organisme tout entier de Coralee Moore était entrain de se fiche d'elle ? Non, parce que là, cela en avait tout l'air !

Kenzie regardait la Lys la mine manifestement sidérée par tant d'étroitesse d'esprit. Elle avait détaillée minutieusement le logo sur le sac plastique, « Nia,nia,nia ce truc est entièrement recyclabe » murmura la green en imitant le visage doucereux et la voix fluette de Coralee.

Et puis là, avant même qu'elle ne puisse exposer le fond de sa pensée, elle fut frappée par une vision d'effroit. Là vraiment, elle se dit qu'elle avait réellement décrochée le pompom en se levant ce matin. On vous le donnes en mille, mademoiselle* Coralee Moore sous-pouf-en-chef de la confrérie qui rassemblait le plus de crétin -souvenez-vous que Stewarts était également on ne peut plus en pétard contre Somerled, qui était également une Lys, alors elle n'était plus vraiment objective... - cette dingue de Coralee Moore donc, venait de s'asseoir en tailleur, tendant son doigt dans la direction de l'américaine.

« Bon… Puis je te faire remarquer que je ne suis plus en mesure de continuer le ramassage. Par ta faute…

Kenzie qui une fois encore, fut victime d'un sourire qu'elle ne voulait pas déployer, plaqua l'une de ses mains contre sa poitrine l'air tragique. Elle n'aurait pas mieux pu compatir à la douleur de Moore que lors d'un moment pareil. Une peau morte arrachée, attendez ! Soyez sérieux, cette pauvre fille était à la limite de froler l'hémorragie, ou pire encore !

Bon, alors Kenzie la laissa continuer son petit cinéma encore quelques secondes. Qu'on se le dise, si cela pouvait lui faire plaisir autant qu'elle s'amuse maintenant, compte tenu de l'après-midi qui l'attendait. La New-Yorkaise avait fait le tour de cette idiote de manière à pouvoir ramasser la petite pierre qu'elle avait repérée près de l'arbre derrière-elle.

« Aïe. »

Du jolie, elle avait visée en plein dans le mille. Comme quoi les cour de base-ball qu'elle avait pratiquée à l'âge de onze ans pouvaient encore parfois lui servir aujourd'hui...

« Je ne sais pas vraiment si je suis dans un rêve tragi-comique ou alors en plein cauchemar... » déclara-t-elle à l'adresse de sa camarade. Rire ou pleurer telle était la question.

Puis massant ses tempes du bout des doigts, elle revint « brièvement » sur l'histoire du sac plastique, afin de ne pas laisser des informations complètement hors de propos s'évaporer dans la nature.

« Je tiens à te préciser pour ton information que le recyclage des sacs plastiques est hélas encore bien trop marginal compte tenu de la quantité de sacs fournis partout dans le monde ! »

Elle commença à ramasser des déchets, sans s'arrêter néanmoins de parler. La green était admirablement partie dans un charabia d'éco-politique, qui a défaut d'être compris rendait la scène assez drôle.

« Pour ta gouverne Moore, l'écobilan du recyclage des sacs plastiques n'est pas évident, il n'est pas sûr que ce recyclage soit écologiquement intéressant. T'es pas au courant qu'un camion rempli de sacs plastiques transporte beaucoup de vide et même si on compte les sacs vide. VIDE Plus VIDE COMPACTE est égal à VIDE ! Alors notre camion consommera une quantité monstre de carburant simplement pour se rendre vers une usine de recyclage – qui soit dit en passant son extrêmement rare- avec un chargement quasi nul. Sans oublier le fait que ce recyclage nécessite une grande quantité d'énergie et d'eau pour laver les sacs, souvent souillés ! Alors dans le doute, le plus simple c'est de ne pas utiliser de sacs plastiques, ou le moins possible... »

S'arrêtant de parler une seconde, la jeune grunge leva la tête songeuse... Puis, elle reprit un discours des plus scientiste, en ramassant une bouteille en verre a ses pieds et d'autres détritus.

« Après certains sacs sont un peu moins polluant que d'autres c'est vrai. Ceux comme celui-ci qui ont l'écolabel NF environnement et tous les sacs biofragmentable et oxo-biodégradable. Mais j'imagine que tu ne sais pas de quoi il s'agit pas vrai ? Permet-moi d'enrichir un peu plus ta culture écologique Moore, les sacs biofragmentables sont constitués de polyéthylène (PE) et d'additifs prooxydatifs. C'est pas l'origine d'un élément qui fait qu'il va se dégrader différement, il faut donc changer la structure chimique. Tu sais combien ça coûte ces trucs là ? Même si ce sac là en était un, son simple prix aurait pu permettre de financer un vaccin pour un enfant du tiers monde !

....

En plus, le polyéthylène n'est pas une matière naturellement biodégradable, il est HY-DRO-PHO-BE ! »

Kenzie était parfois assez cinglée sérieux. Comme si savait-on ce pouvait bien signifier hydrophobe nous ?


Elle revint enfin devant Moore toujours assise et lui lança un regard qui signifiait vivement qu'elle avait plutôt intérêt de se lever tout de suite.

« Tu ferais mieux de t'activer si tu ne veux pas qu'un malheur plus grand n'arrive à ton doigt et au restant de ta cellule atrophié »

Kenzie était arrivée en trombe sur Coralee et l'avait tirée violemment par son doigt « non-valide ».
Elles agissaient vraiment comme deux gamines complètements attardées de cour primaire, vous ne trouvez pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.forumotion.com
Apolline Finnigan
Beauty of the Devil
avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 25/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: I'm Green Today [ Kenzie Stewarts + Burton LA BARGE]   Mer 24 Déc - 21:25

[Ouais c’est tout cours et tout pourri, mais c’est pour mettre en place ma superbe idée qui ne manquera pas de te plaire je suppose niais]

Une pierre. Voilà ce qui venait d’heurter le si joli visage de notre lady. Celle-ci respira profondément, tâchant de maîtriser la rage qui bouillonnait en elle du simple fait de se retrouver à moins de 2 mètres de cette énergumène. Ouais, Coralee pouvait sans difficulté la comparer à ces déchets qui jonchaient le bord du lac et le dépars de la forêt ensuite. Cool, Kenzie avait retrouvé sa famille au moins. D’ailleurs si sa ne tenait qu’à elle…

« … il est HY-DRO-PHO-BE ! »

Sans blague.
La demeurée avait enfin finit de la saouler avec ces constats écologiques à deux balles. Car, loin, très loin d’être une totale fana de la planète et de tous les crétins qui la peuplaient, Coralee ne trouvait en l’écologie qu’un simple moyen de faire rentrer en bonne grâce le consommateur et logiquement donc, son amie consommation.
Vous vous doutiez vous que Coralee avait suivit plus qu’un stage intensif entre entreprise ? Si, souvenez vous, en début d’année Moore junior vous avait sans doute cruellement manqué sur les bancs de la fac, elle et son cynisme élaboré. Voilà, ça vous revient… La jeune femme s’était d’ailleurs révélée parfaitement apte à diriger l’entreprise familiale, malgré les doutes, qui faisaient cas de sa blondeur. Aurait elle défiée toutes personnes qui prétendaient qu’elle n’était rien d’autre qu’une moule vide et stupide si elle n’avait du garder secret sa petite excursion dans le domaine des affaires de Londres. Grr.. Cela aurait claqué le bec à plus d’une de ces poules imberbes qui se narraient héros. Exécrables pigeons bientôt plumés lorsqu’elle sortirait de cette maudite université et exposerait son discours élogieux en tant que n°1 de sa promotion.
Mais pour l’heure, Coralee était toujours assise dans l’herbe enneigée de ce mois de décembre, le dos parfaitement droit et les traits tout aussi frigides que la glace des pôles.

« Tu ferais mieux de t'activer si tu ne veux pas qu'un malheur plus grand n'arrive à ton doigt et au restant de ta cellule atrophiée. »

Pétard ! Cette fille voulait sa mort ou quoi ?
Notre jeune blonde, particulièrement sensible des mains, venait de se faire tordre le doigt par Kenzizie. Et pas n’importe lequel, non, mais bien celui où elle avait malheureusement l’ongle arraché. Sa surface s’était d’ailleurs légèrement bleutée depuis que Stewarts l’avait écrasé prodigieusement.
Hulk. Ouais. Cette fille, c’était Hulk. Tu vois le genre de mec tout vert, colérique, sot et bourrin. Aucunes grâces, aucunes délicatesses, il ne manquait plus que cette fille ci ne soit en possession d’une collection de mini caravanes et la les enfers lui tendaient les bras.
Bon, cela suffisait. Car oui, c’était mal connaître Coralee si vous croyez qu’elle ne se révolterait pas face à tant de.. violence ?
Relevée par Kenzie lorsque celle-ci avait tiré son indexe meurtrie, la jeune femme prit le temps d’épousseter son jean. Prodigieusement bécasse pour cette fois, elle se retrouvait avec les fesses trempés, en témoigne la marque svelte laissé par son assit dans la neige.
Avec un ton désinvolte, elle répliqua dans un sourire malicieux :

« Avec ton jeans déchiré façon junky raté, tu ne dupes personne. Attention, le camion poubelle arrive, il pourrait bien t'embarquer… »

En moins de temps qu’il ne fallut pour le dire, Coralee s’empara du sac à déchets et le déversa à moitié sur l’être statuaire de Kenzie. Ah, tu ne t’y attendais pas à celle-ci ? (quoique)
A la suite de quoi, lâchant l’arme du crime et l’abandonnant à sa victime, Coralee commença à s’enfuir vers le lac qui se trouvait à peine à 2 minutes de ce lieu forestier.
La jeune femme courrait avec élégance, peut être trop d’élégance et pas assez de rapidité… Il serait aisé pour Kenzie que celle-ci la rattrape en moins de deux, même alourdit par le reste du contenue du sac de déchets.

_________________
Lilly comes when you stop to call her
Lilly runs when you look away
Lilly leaves kisses on your collar
Lilly, Lilly, Lilly, Lilly, stay!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lolita I. V. Pallbearer

avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 28/12/2008

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: I'm Green Today [ Kenzie Stewarts + Burton LA BARGE]   Ven 2 Jan - 1:18


      MAIRA«Hey, Brown! Tu fous quoi, là. Tu sais que t'es à la traîne. L'épreuve doit commencer dans cinq minutes.»
      BROOKLYN«C'est toi mon binôme? J'suis vraiment désolée mais... j'me sens pas bien.»


    Juste à entendre cette phrase, la Green aurait pu penser que l'Amaryllis se moquait ouvertement d'elle. Mais en faisant un peu plus attention, Maira remarqua le visage pâle de sa binôme. Elle n'était pas médecin, ne faisait pas des études pour le devenir et, même sans avoir vu Brown de sa vie, elle arrivait facilement à deviner que cette dernière avait des petits problèmes de santé. Elle retint alors un de ses commentaires désagréables dont elle avait l'expérience, regardant l'autre disparaître derrière un buisson. Des bruits se firent rapidement entendre. Des bruits pas très agréables que Maira se serait bien dispensé d'entendre. La Green, prise soudain d'un excès de compassion, fit quelques pas vers sa binôme. Trois pour être précise, aucuns de plus afin que les germes qui devaient fleurir à l'intérieur de l'Amaryllis ne décident pas de changer de partenaire. Tenant l'autre à distance, Maira parvint à se rendre auprès de l'enregistreuse. Enfin, auprès d'une vieille pie, tranquillement assise, qui tenait entre ses mains les registres des étudiants. La jeune femme lui expliqua son problème. Enfin, le problème de B.B. La pie regarda la victime d'un oeil rapide, posa les deux sur la Green et consentit enfin à ouvrir la bouche.

      LA PIE«Et vous, vous allez bien? Rejoignez donc ...les deux folles là-bas qui... »


    Et s'en suivit une description des plus étranges, surtout venant de la part d'une préparatrice. Maira regarda sa montre. Avec toute cette histoire, le temps avait tourné et, l'épreuve à laquelle elle voulait le plus participer, avait déjà débuté depuis une bonne quinzaine de minutes. Elle jeta un dernier coup d'oeil à B.B et c'était sans le moindre remord qu'elle la laissa, seule. Après tout, elle était assez grande pour se rendre à l'infirmerie comme une grande. Et puis au pire, elle allait tomber en syncope et les médecins seraient obligés de venir la chercher. Bien sûr, l'Amaryllis sortirait que Burton l'avait laissé tomber mais cela, la Green s'en moquait. Car pour le voyage en Irlande, elle s'était déjà fait remarquer et ce, dès le départ. Bien sûr, ce n'était pas vraiment sa faute. Un peu plus celle de Noix-de-Coco, son raton-laveur, mais bien plus celle de la compagnie d'aéroport qui avait décrété que les animaux devaient aller dans la soute à bagage. Alors, Noix-de-Coco, trop habitué à sa liberté, était devenu fou. Tout comme la blonde. Passons.
    D'un pas tranquille, Maira avançait, le fameux Raton laveur sur son épaule, vers les deux folles qui lui avaient été indiqué. & pour une fois, la pie n'avait pas eu tord. La Green venait en effet d'assister à un spectacle des plus tordants, une inconnue renversant sur Stewarts le contenue du sac poubelle. Evidemment, la blonde se retint de rire car Stewarts, la fille qu'elle avait reconnu parmis les deux, faisait parti de la confrérie dont elle était la co-chef avec ce crétin de Nylon. Un crétin qui lui avait fait perdre l'épreuve d'astronomie. Mais pour l'heure: Les greens en majorité!. Sauf que là, quelque chose n'allait pas. Vraiment pas. Voilà que, déjà, l'inconnue se mettait à courir. A la regarder, elle devait certainement avoir entrevue une quelconque bestiole. Ou aller, elle était complétement fêlée. L'inconnue s'approcha grâce à une foulée pour le moins non sportive. Avec cela, sûr qu'elle devait avoir raté l'épreuve de Course d'Orientation. Quand l'autre passa sur son côté, Maira la saisit par le bras. Elle ne prit pas la peine de s'excuser et, même si elle avait déjà la réponse, elle ne put s'empêcher de répéter les dires de la pie.

      MAIRA«C'est toi la furie en transe qui se ballade en talons hauts pour l'épreuve d'écologie? J'en serai presque enchantée. Je suis donc ici avec Noix-de-Coco pour compléter l'équipe»


    Maira jeta un coup d'oeil en arrière. Elle ne savait pas où était Stewarts, mais qu'importe, elle avait un message pour elle. Car maintenant qu'elle avait arrêté la furie dans sa course, elle comptait bien faire revenir la Green. Hey! Fallait tout de même la gagner, cette épreuve.

      MAIRA«Stewarts! Tu sais comment elle t'a appelé l'autre pie? J'te le donne dans l'mille. La copine en botte de foin partisante de ... J'me souviens plus. Bref.»


    Maira posa à terre son Raton Laveur et commença alors à lui expliquer les règles du jeu. Le tout ne dura pas très longtemps, Noix-de-Coco étant très intelligent. Elle se redressa et largua dans les mains de l'inconnue un sac plastique. Un de ceux que lui avait refilé la Pie. Elle en donna un également à son compagnon & garda le troisième pour elle, Stewarts n'en ayant pas besoin vue qu'elle venait de s'en prendre un sur la tête. Poor girl. Sans trop attendre, elle se rapprocha alors du lac, et commença sa besogne, laissant les deux autres derrières. Un petit air de Ska-p lui vint alors à l'esprit. Elle se mit alors à le fredonner de sa magnifique & horrible voix. Surtout horrible en fait, la jeune femme n'ayant aucune envie de suivre des cours de chant, préférant largement hurler dans un haut-parleur afin de défendre sa cause. Enfin, la cause qu'elle et Jaimie suivait. En principe, l'ordre des mots auraient été inversé mais là, pour le coup, cela aurait signifié se rabaisser au niveau de cet abominable cloporte. Non merci.

      MAIRA«Hey! La Miss en talons hauts, t'bouges. Car à part courir, d'une façon non conventionnelle au passage, je t'ai pas encore vue remuer tes belles fesses. Stewarts, il te reste un truc bizarre dans les cheveux. Un ver j'crois. Vous êtes vraiment pas douée toutes les deux pour réussir à attraper un insecte. Au fait, vous avez entendu l'histoire des abeilles? C'est affreux. Depuis ce jour là; je n'utilise plus mon téléphone. Non mais figurez-vous qu'avec toutes les ondes qui nous envoyons, certaines sont de la même fréquence que celles qu'émettent les abeilles pour se transmettre les données. 'Fin, les données du genre, la ruche est là-bas et les bonnes fleurs par ici. Alors, du coup, elles ne peuvent plus rentrer chez elles et meurent»


    La Green marqua une petite pose. Noix-de-Coco lui témoigna son accord. A sa gauche, elle remarqua une bouteille de bierre. Vide, bien entendue. Une bouteille qui ne mit pas de temps à rejoindre les autres déchets dans son sac. Son satané sac en plastique, qui mettrait beaucoup plus de temps à se désintégrer que n'importe quel autre objet. Ou presque.

      MAIRA«Vous savez ce qu'on devrait faire après? Au lieu de jeter à la casse les déchets et le sac, l'idéal serait de ne vider que les déchets, de garder le sac et de le nettoyer. Faudrait du coup organiser une journée style: habillez vous grâce à vos sacs plastiques. Ou une connerie de ce genre. On prépare un gros lot. Ainsi, personne ne les jette. Chacun les récupère et se fait une tenue avec. Et le meilleur gagne, j'sais pas moi, un an de légume au supermarket du coin. Pas mal non?»


    A l'ouest, comme d'habitude.


_________________
Avatar (c) NICOTEEN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: I'm Green Today [ Kenzie Stewarts + Burton LA BARGE]   Sam 3 Jan - 17:24

Je crois pour la première fois de sa misérable vie de blonde inepte, Coralee Moore avait optée pour la solution la plus judicieuse, à savoir, détaler. Croyez-nous, vu la colère qui s'était aussitôt affichée sur le visage de l'américaine mieux valait pour cette crétine qu'elle sache courir vite, voir très très vite, si elle ne voulait pas voir son pauvre cadavre repêché du fin fond du lac d'ici une heure ou deux ! Regardez autour de vous bordel ! Cette terroriste venait d'assassiner la nature de manière délibérée ! Elle secoua ses freings et ses cheveux. Vous pouvez être sûr que ce n'était pas parce que Kenzie Stewarts avait retenue la multitude d'insulte qu'elle ruminait à l'égard de cette idiote suicidaire, qu'elle la laisserait pour autant s'en tirer comme ça. On ne peut plus en pétard, elle ramassa les déchets un à un, à la vitesse de l'éclair et les balança dans le camion à l'énergie électrique qui s'était ramené non loin d'elle.
Au moment où elle se lança à la recherche de Moore, histoire de l'attacher à un arbre et de l'abandonner à son sort, Kenzie repéra des voix venant du nord-ouest. ouais, parce que lorsque vous étiez un Green, la légende voulait que vous saviez aussitôt distinguer, le nord du sud rien qu'en observant la mousse sur les arbres ou le bruit du vent.. Elle était tellement en rogne qu'elle ne fit pas attention à la conversation qui s'échangeait, plus occupée à méditer sur la manière dont elle en viendrait à se débarrasser de Moore, parce que sans blague, elle aller la tuer. En fait, cela aurait pu tomber sur n'importe qui d'autres, Kenzie n'avait pas outre mesure plus de haine que cela à l'égard de Coralee Moore. Au contraire, ses sentiments se résumaient en général à une indifférence profonde, mais le destin avait voulu que se soi cette mécréante qui paye le courroux de l'accumulation de tous les récents évènements qui s'étaient déployés dans la vie de la grunge. Au fait, n'oubliez pas de nous rappeler de la remercier pour son sacrifice.
MAIRA« Stewarts! Tu sais comment elle t'a appelé l'autre pie? J'te le donne dans l'mille. La copine en botte de foin partisante de ... J'me souviens plus. Bref. »
Elle venait d'arriver à hauteur des deux voix, dont l'une reconnaissante entre mille, n'était ni plus ni moins que celle de cette cinglée mais néanmoins respectable Maira Burton. L'espèce de rat géant appartenant à cette dernière, qui était venu renifler les boots de biker de Stewarts, confirma la nouvelle, il s'agissait bien d'elle. Restait, maintenant à savoir ce qu'elle fichait ici, avec .. Moore aka on cite « La Miss en talons hauts » qui venait au passage d'en prendre pour son grade. Si la New-Yorkaise avait était Liliany Sturgess, elle aurait pu témoigner d'une dose de compassion envers cette cruche et si au contraire, elle n'avait pas été de si mauvaise humeur, elle aurait pu s'amuser des remontrances auxquels elle avait pu assister. Quoi qu'il en soit, elle resta impassible. Tandis que la co-chef des greens s'étaient lancées dans un récit des plus tragique concernant la vie des abeilles, l'américaine dont une envie pressante voulait qu'elle bute la terroriste sur le champs, s'avança dangereusement vers Coralee...
MAIRA « Vous savez ce qu'on devrait faire après? Au lieu de jeter à la casse les déchets et le sac, l'idéal serait de ne vider que les déchets, de garder le sac et de le nettoyer. Faudrait du coup organiser une journée style: habillez vous grâce à vos sacs plastiques. Ou une connerie de ce genre. On prépare un gros lot. Ainsi, personne ne les jette. Chacun les récupère et se fait une tenue avec. Et le meilleur gagne, j'sais pas moi, un an de légume au supermarket du coin. Pas mal non? »
Sauf qu'au même moment Burton, avait lancée cette idée étrange à propos des sacs plastiques, ce qui eut le mérite d'interpeller Kenzie, qui s'arrêta à mi-chemin entre elles deux.
« Ouai... » répondit-elle méditatif, tout en lui lançant un regard qui aurait pu parfaitement être traduit par un « what your fucking problem »
C'était quoi le problème de cette nana sérieux ? Stewarts n'était pas vraiment pour cette connerie d'histoire d'habillement mais ok, fallait avouer qu'elle se réjouissait qu'enfin quelqu'un, se préoccupe aussi de ces sacs...
En fait, faut dire qu'elle trouvait l'idée d'attacher l'amaryllis à cette arbre-ci, en reliant ces trois sacs entre-eux beaucoup plus divertissante.
«Bon, moi je me tire » lâcha t-elle finalement de sa voix éraillée et allia geste à la parole.
Sérieusement, valait mieux qu'elle s'en aille de là, avant de commettre l'irréparable et elles étaient bien assez de deux pour finir l'épreuve. Green ou pas Green, elle avait eut sa dose et avait déjà accomplie sa BA de la journée en ramassant les détritus balancée par l'autre idiote. Maintenant qu'ils aillent tous se faire voir sérieux. Stewarts retrouvait ses bonnes vieilles habitudes d'autrefois, abandonner, quitter le navire, en d'autres termes, tout lâcher. Quelques mètres plus loin, elle butta dans une flasque de whisky pas tout à fait entamer... Et devinez, la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.forumotion.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I'm Green Today [ Kenzie Stewarts + Burton LA BARGE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I'm Green Today [ Kenzie Stewarts + Burton LA BARGE]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maggie Green [Validée]
» green stuff liquide
» Présentation de Dog Green
» What 's the date today ?
» Lucy Green & Lyse-Marie Chartreaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duty.com - The Grimsby Experience :: Side of The Road -the other- :: Garbage :: Cambridge Trinité & le reste :: | ! | Irlande OLYMPIADE :: Lough Corrib Lake-
Sauter vers: