Duty.com - The Grimsby Experience
Si vous êtes déjà des notres, enjoy. Sinon, bienvenue.
Vous êtes invités à créer votre personnage, et à interagir avec nous dans le flood. La partie RP reviendra bientôt.
En cas de problème, n'hésitez pas à contacter un administrateur, qui se fera une joie de vous répondre.
Have fun, with Duty 3.0
La team.

Duty.com - The Grimsby Experience

Hello Guys. I am watching you, and i want to play. Welcome to Grimsby.
 
AccueilAccueil  DUTY.COMDUTY.COM  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hier c'était la dernière [Pv Alexey Somerled]

Aller en bas 
AuteurMessage
Apolline Finnigan
Beauty of the Devil
avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 25/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Hier c'était la dernière [Pv Alexey Somerled]   Mar 23 Déc - 18:26

JOUR 6 /
Un peu avant 8h..
EPREUVE DE CONFRERIE


Vous en conviendrez, dormir durant les Olympiades relevait du miracle. A peine si Coralee avait fermé l’œil cette nuit là.
D’abord emmenée de force par Feldmann sur le dépars des courses de voitures pour encourager son crétin d’ex petit copain, la belle s’était ensuite éclipsée, non sans mal, après avoir ingurgiter tout de même 7 verres de jus d’orange…tequila (oui, les Moore ont la descente facile), dans l’idée saugrenue d’arriver à tuer l’ennui qui la rongeait alors. De là, entraînée par sa toute nouvelle connaissance, elle s’était retrouvée à son réveil, frigorifiée, dans une chambre d’hôtel minable, loin, très loin du dit château où elle aurait du somnoler paisiblement. Frigorifiée était une chose, mais il s’avérait également que Coralee avait un mal de tête insoutenable qui ne manquerait pas bientôt de lui faire exploser le crâne. Elle se massa les tempes et se rhabilla sans pudeur.
Pour ajouter au comique, l’autre s’était déjà cassé, lui laissant le soin de payer l’intégralité des consommations et le reste. Du moins c’est ce qu’elle découvrit en allant rendre la clé à l’accueil, et, de toute manière trop fatiguée pour s’indigner, elle régla le tout sans broncher et une fois dehors, elle ne manqua pas de se heurter à la dure réalité de ce mois de décembre. Lâchant un soupire exténuée qui produit une quantité de buée ahurissante, les yeux à demi clos, elle se trouvait réellement conne, mais d’une connerie indéfinissable même. Depuis longtemps l’alcool avait été un vice auquel Coralee s’adonnait dans les moments de crises, et plus pour oublier son ennui, voir ses, que pour se donner un genre, elle n’hésitait pas à boire jusqu’à l’extrême limite que son corps lui imposait et en suivait généralement des situations dont elle préférait ne pas se souvenir, l’alcool aidant, tant mieux. Stupide petite chose qui ne pouvait que vous attendrir, pas vrai ? Enfin, peut être pas finalement.. Bien sûr ne pouvait elle pas perdre de toute sa frigide beauté, mais le fait qu’elle empeste l’alcool comme un vieux clochard malsain n’arrangeait rien à son visage creusé par les cernes qui dessinaient deux épais traits bleutés sous ses magnifiques yeux glacés. Autant dire qu’elle était dans un pitoyable état et à cet instant, elle qui détestait tout geste affectueux aurait bien aimé se blottir entre les bras de n’importe quel inconnu, pourvu que ce câlin dur des heures.
Déjà le bus arrivait. Elle y monta et alla s’installer au fond pour ne pas être dérangée. Mais c’était sans compter sur la bonne jugeote du gas qui tenta, je dis bien tenta de lui tirer moins qu’un sourire, tout au plus un bonjour laconique. Sans succès, Coralee fit mine de dormir.

« On est arrivé baby. »

Le type avait parlé, décidément, il ne la laisserait pas tranquille. Mais il avait vu juste, Coralee prenait son terminus ici. Imposant de son regard, elle laissa tout de même une mine confuse s’afficher à l’adresse de l’inconnu.

« Hum.. Ashton Bletsburg, le pote d’Hunter. Tu ne me connais surement pas, mais je t’ai vu à la course hier. Coralee Moore c’est ça ? »

« C’est ça. »

C’est fou comme tout dans l’être de ce garçon transpirait de cette envie qu’il portait malheureusement à la dénommer Moore. Dans le genre « A ouais, Hunter n’avait pas mentie sur ton compte ma petite. T’es libre bientôt ? ». C’en était absolument écœurant, et si Coralee avait mangé son bacon grillé et ses œufs brouillés ce matin, elle n’aurait pas hésité une seconde à les lui remettre.
Elle sortie du bus en compagnie de ce type prétentieux, mais, il fallait l’avouer plutôt dans le genre beau gosse qui devait faire tomber toutes les petites minettes blondes décolorés, ce qui n’était pas le cas de Coralee je vous le rappelle. A défaut d’être blonde, la jeune femme était loin, très loin des stéréotypes tout de même. Enfin, pas étonnant que ce garçon soit un ami d’Hunter, il se complétait bien à bien y regarder…
Ils se quittèrent à un croisement, Coralee sans un sourire, lui, fasciné par la créature qui s’enfuyait furtive sur le blanc des pavés de la rue…

Lorsqu’elle franchit la porte principale, qu’elle traversa le jardin et qu’elle pénétra dans l’aile ouest, à l’étage des Amaryllis, la jeune femme se fit minuscule. Mais elle n’était pas de ces choses que l’on ne remarque pas malheureusement…
Alors qu’elle progressait dans le couloir menant à sa chambre, une voix rompit le silence,, l’interpellant elle, sans aucun doute. Elle était de toute évidence trop prêt de la personne pour l’ignorer, d’autant plus que son nom résonna soudain, tel un verre qui se brise en mille morceau. De manière maladroite elle se retourna alors. Son aspect déplorable allait sans doute réveillé des soupçons auprès de l’individu, elle était cuite, pire que celle qu’elle s’était faite la veille. Aïe.
Sans plus réfléchir, l'esprit de toute évidence embrumé par sa nuit courte et mouvementé, elle balbutia un amat de paroles presque incompréhensible, et pourtant, elle dégageait malgré elle toujours cette aura de rigueur.

« Je peux tout expliquer… Enfin, tout, non. Mais sois en sûr, je n’ai strictement rien avoir avec cette histoire de pneus crevés de la veille… J’ai du seulement avoir eut la main légèrement lourde sur l’alcool hier soir, il faut dire que ce mal de crâne est à mourir, ce qui m’apprendra somme toute… Je sais, je sais, je suis totalement pitoyable, pas la peine de m’enfoncer je sais ! »

Mais qu’est ce qu’elle racontait. Coralee était au bord de l’hystérie, enfin, ce qui pouvait s’y apparenter du moins, car elle réfutait cette forme de dépassement de soit, sans parvenir pourtant à se contrôler en circonstance. La diva franco-anglaise venait de se ridiculiser, les Olympiades ne lui réussissait décidément pas. Elle enchaînait conneries sur conneries, et ci cela ne finissait bientôt pas, vous pourriez vous, bientôt voir une Coralee en larme. Que de fragilité de la part d’un être pourtant s’y rigide d’apparence… Oui, d’apparence.

_________________
Lilly comes when you stop to call her
Lilly runs when you look away
Lilly leaves kisses on your collar
Lilly, Lilly, Lilly, Lilly, stay!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hier c'était la dernière [Pv Alexey Somerled]   Mar 23 Déc - 22:35

Sixième jour, la fin des Olympiades se faisait de plus en plus proche, et heureusement. Ce séjour en Irlande lui aurait presque fait regretter sa place chez les Amaryllis, étant condamné à participer à la quasi-totalité des épreuves, le tea-time fut son pire cauchemar. Aucun écart de conduite n'était toléré par Vanilla, donc imaginez la frustration et la consternation du russe quand un des Green lui raconta la petite sauterie improvisée par Jamie Nylon à la lisière des bois. Et dire qu'il avait raté ça, mais de toute manière coco, tu n'as plus aucun pigeon chez les Green Spirit - même pas Kenzie, et Liliany s'était retirée de la circulation du jour au lendemain.
De toute manière, plus il passait du temps à Ashford, plus l'envie de se cogner la tête contre le mur de sa minuscule chambre (qu'il ne partageait l'homme invisible, les organisateurs des Olympiades n'autorisaient pas la mixité dans les dortoirs) grandissait. Il allait devenir dingue s'il ne sortait pas d'ici au plus vite.
Mais pour le moment, Alexey avait mis en veilleuse tous ses doutes et ses questions existentielles. Minuit avait sonné depuis longtemps, dès son retour de la course il s'était allongé sur son lit, ne prenant même pas la peine de retourner les deux ou trois livres, les feuilles de cours ou tous les autres trucs posés sur sa couette. Moins de deux minutes avait suffi avant qu'il ne s'endorme, et à le voir baver sur son oreiller, a priori il dormait profondément.


« Mesdames, messieurs, nous allons attaquer la deuxième phase de notre projet diabolique, ou peut-être est-ce la troisième phase.. Je m'y perds.. Enfin bref... Dans tous les cas, c'est à ce moment précis qu'on sabote les paniers repas des Xanda. Comme vous le savez tous, Qiang a exigé des paniers repas spéciaux pour ses protégés de lèche bottes, comme ceux-ci »
Sortis de nulle part, deux paniers en osier étaient en équilibre sur chacune des mains d'Alexey. Il les posa sur une table, qui avait également apparue par magie deux secondes avant.
« Quand ils seront laissés sans surveillance, ce qui ne saurait tarder parce que QUI songe à surveiller de misérables paniers repas, caprices d'un directeur à le noix, tout à fait digne d'être le représentant des castors juniors ? Je vais vous le dire, PERSONNE ! Vous voyez où je veux en venir ? Bref, c'est simple, avec ces produits, tout droit sortis d'un laboratoire d'un chimiste en herbe » fit-il en montrant du doigt tout un tas de petits flacons au liquide incolore « ce sera un jeu d'enfant. Une goutte suffit, pas plus, les Xanda seront bien trop occupés à régurgiter tout ce qu'ils ont pu avaler depuis le petit-déjeuner pour participer à l'épreuve des confréries. Nous appellerons cette mission.. Bananarama, c'est cool Bananarama »


« Huuujm ? » bredouilla le russe, extirpé de son sommeil par une force inconnue. Oh mais attendez. C'était une main, une main forte et virile, qui s'acharnait à remuer l'épaule d'Alexey depuis une minute.
« Mec, mec, Somerled, merde, réveille toi »
Aveuglé par la lumière de la table de chevet, le jeune homme cligna plusieurs fois avant de se mettre la main devant les yeux. Il allait devenir aveugle. Après quelques longues minutes passées dans un état de confusion extrêmement poussée, il comprit enfin que Sven se tenait juste devant lui, toujours en mini-short.
« Je voulais juste savoir si ça te dérangeait que je dorme ici mec »
Pardon ? Il venait de remuer ciel et terre, de crier au scandale, de réveiller et mettre de mauvaise humeur Alexey pour une question, non cette question ?
« Allez, s'il te plaît, il ronfle comme un porc ! »
Trop tard, notre Amaryllis s'était déjà détourné et tentait de se rendormir malgré le flot de paroles incessants sorti de la bouche de Sven, ce crétin. Dieu que la vie était injuste.

Une heure plus tard, c'était la sonnerie stridente et agaçante du réveil qui résonnait dans la pièce. Alexey se contente de presser un des trois cents boutons présents sur cette merveille de la technologie et s'empressa de retourner à son sabotage de panier repas mais.. mais c'était tout simplement impossible, Sven était en train de baragouiner dans son sommeil et c'était déstabilisant.
Enfilant le premier t-shirt qui lui venait sous la main, histoire de ne pas se promener vêtu d'un unique caleçon, le jeune homme sortit sans aucune énergie de sa chambre, accompagné d'une serviette de douche et de vêtements propres. Sixième jour, les épreuves n'étaient pas terminés. Couloirs déserts, dépourvus de vie humaine, il ne lui fallut que très peu de temps pour être sur le chemin du retour. Même l'eau glacé n'avait pas réussi à le tirer de sa léthargie, alors quand il vit la silhouette familière de Coralee Moore se carapatait comme un zombie dans les couloirs, son premier réflexe ne fut pas celui de se faire discret.

« Coralee ? »

La jeune femme se retourna, avec maladresse. Le regard rivé vers elle, Alexey lui trouvait les traits tirés et imaginait déjà le discours de Vanilla si elle surprenait Coralee dans cet état... de loque humaine ? Le russe n'eut même pas besoin de lui demander ce qu'elle faisait ici, déjà la Fleur s'enfonçait et se prenait les pieds dans une explication confuse.

« Je peux tout expliquer… Enfin, tout, non. Mais sois en sûr, je n’ai strictement rien avoir avec cette histoire de pneus crevés de la veille… J’ai du seulement avoir eut la main légèrement lourde sur l’alcool hier soir, il faut dire que ce mal de crâne est à mourir, ce qui m’apprendra somme toute… Je sais, je sais, je suis totalement pitoyable, pas la peine de m’enfoncer je sais ! »

Alexey passa une main dans ses cheveux, tournant la tête à droite puis à gauche, s'assurant qu'ils étaient seuls dans mes couloirs et qu'aucun espion envoyé par Feldmann roder.

« Ah, oui c'est... cool, je ne voudrais pas te faire de peine, parce que je suis un mec bien, et un gentleman aussi, mais tu devrais peut-être songer à, je ne sais pas, te recoucher.. » Oui très bonne idée Somerled, sauf que tu ne serais même pas capable de t'assurer de la vente de confiserie tout seul. « Sans vouloir te vexer, bien entendu, ou peut-être que frôler l'overdose de caféine peut être une bonne solution, histoire que tu puisses participer à la dernière épreuve, surtout si... » Il pencha légèrement la tête sur le côté, plissa les yeux afin de bien s'assurer qu'une tâche rouge et rectangulaire soit bel et bien présente sur le mur. Étrangement, elle ressemblait à une enveloppe. En fait, c'était une enveloppe. Inutile de lui faire une dessin, ancien élève de Harper, ce genre d'apparition ne signifiait qu'une chose « Duty s'en mêle » Et son bras se tendit, sa main s'empara de la missive. « On va dans ma chambre » Ce n'était même pas une question, il ne tenait pas spécialement à ouvrir l'enveloppe à découvert. « Et il me reste du café » Sourire bienveillant à l'égard de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Apolline Finnigan
Beauty of the Devil
avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 25/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Hier c'était la dernière [Pv Alexey Somerled]   Jeu 25 Déc - 21:41

Alexey Somerled, le seul type pour qui Coralee avait un micro peu d’estime se tenait devant elle, de toute sa hauteur. Elle ne savait pas si c’était le fait qu’elle se sente vulnérable ou quoi, mais le jeune homme lui paraissait plus grand qu’à l’ordinaire.
Apparemment ce dernier venait de prendre une douche. Bénie soit ce gas. Sérieux, lui faisait honneur à l’espèce humaine en se lavant car il n’était pas rare que Coralee doute de l’hygiène de certaines personnes, genre les green et leur soit disant combat pour la planète. Des ouf en soit.

« Ah, oui c'est... cool, je ne voudrais pas te faire de peine, parce que je suis un mec bien, et un gentleman aussi, mais tu devrais peut-être songer à, je ne sais pas, te recoucher.. »

Pitié, épargnez lui ces sermons à la noix. Bien sûr que Coralee ne pensait qu’à la seule chose de dormir en paix sur un lit confortable dont les draps était parfumés au lys et à la cannelle. Bien sûr, la moitié des universitaires de cette aile souhaitaient sans doute en faire autant. Bien sûr, bien sûr, bien sûr… Tant de certitude qui parasitait actuellement son cerveau amoindrit par l’alcool et ses excès. Comme quoi, toute fleur est prompte au vice.
« … Parce que je suis un mec bien, et un gentleman aussi. ». Ouais, comme nous toutes. Il faut dire que Coralee supportait de moins en moins l’hypocrisie de ses chères et dévouées sœurs de cœur, et en partie celle de Vanilla Feldmann, cette même Vanilla auprès duquel elle s’acharnait depuis plusieurs mois à graisser la patte. Ecoeurant rabaissement. Mais un pact est un pact, et pour mort que fut Eliott Jeckyll, Coralee ne romprait jamais ses accords.
Tous respectables, tous autant qu’ils étaient. Toujours impeccables, irréprochables. Telle les stars paillettes défilant sur le tapis rouge, les Amaryllis étaient de ceux qui se voulaient souriant mais qui n’étaient pas heureux pour autant. Tous pourris en somme. Il n’y avait qu’à passer en revue le « gratin » des fleurs, ouais, leur sens moral était prodigieusement altéré tout de même. Ne serais ce que Gattina qui entretenait une relation inceste avec son cousin Melloy, ou même toutes ces pseudos divas princesses complètement droguées, et encore même notre jolie blonde qui avait tuer sa mère étant plus jeune. Pour sûr, la confrérie regorgeait de tarés tous plus dément les uns que les autres.
Mais malgré ça et malgré ce qu’elle pouvait en dire, Coralee appréciait cet univers dépravé dans lequel elle évoluait. C’était ainsi. L’immoral, comme la débauche ou le morbide, s’était fait un nom dans la communauté relooké des fleurs.
Mais enfin, actuellement support de mes dires précédent, la jeune femme se remettait doucement de sa nuit dernière, en affrontant le regard d’Alexey qui se trouvait devant elle, une main dans les cheveux l’air désolé.

« .. Ou peut-être que frôler l'overdose de caféine peut être une bonne solution, histoire que tu puisses participer à la dernière épreuve, surtout si... »

La dernière épreuve. La vente des produits de leur confrérie. Bordel, l’état dans lequel se trouvait Coralee n’aurait pas pu être pire, n’aurait pas pu tomber à un moment plus sensible que celui-ci. Déjà qu’affiché une tête de panda amaigri devant le seul membre masculin de la confrérie était assez dur, alors imaginez devant l’ensemble des puritains de ces Olympiades, c’était comme un douloureux coup post-mortem.
Coralee observa le jeune homme qui n’avait pas terminé sa phrase. Il semblait attiré par une chose derrière elle. La jeune femme vint à afficher une mine interrogative tout en tournant la tête vers l’objet de toutes les convoitises du moment. Une enveloppe. Rouge.

« Duty s'en mêle. »

Le brun avait vu juste. Duty était dans les parages. Ce mec était doué tout de même pour donner ses missions sans se faire chopper ni rien. Coralee le trouvait vraiment génial. Le genre de génie à sa hauteur. Remarquez lorsqu’une mission lui était attribuée, on put dire que Coralee ne manquait pas d’honorer notre Duty national. Elle se trouvait un peu être le prolongement de son bras et de ces projets maléfiques contre l’autorité de ce fichu Xiang Xanda. Brave bête vous me direz, mais comment Duty agirait seul sans l’aide de ces quelques disciples ? Ah, ba ouais…
Le truc qui la faisait tout de même un peu flipper serait qu’il dévoile un jour un de ces secret, car quoique certains ou certaines puissent dire, Duty était dès plus sérieux quand à ce qu’il savait sur chacun de nous. Elle en avait déjà vu la démonstration lors du rassemblement du club de théâtre au lycée. Cette pauvre Abigail s’en était mordu les doigts à la suite de quoi elle avait même disparue de la surface de la terre.

« On va dans ma chambre. »

La parole fut soudaine et sans appel. Notez que Coralee n’avait pas ouvert la bouche depuis le moment où elle s’était proprement trahie par un discours emmêlé qui ne lui correspondait en rien, et peut être c’était elle promit silencieusement à un certain mutisme qui ne s’achèverait que lorsqu’elle aurait complètement retrouvé sa capacité d’élocution et même son don d’oratrice née… Sûrement pour bientôt, car peu à peu la jeune femme retrouvait vigueur malgré ses cernes toujours marqués, elle avait perdu cette mine pataude et rêveuse. Il faut dire que la découverte de la lettre de Duty l’avait admirablement requinquée, et dès lors, un sourire, discret certes, mais machiavélique se peignait sur ses lèvres sanguine. Ses cheveux tombaient sur ses épaules, et malgré des noeuds apparent et ce côté ébouriffé à souhait, il était absolument délicieux, des vrais cheveux d’ange. Surtout qu’ils s’accordaient parfaitement avec sa mine pouponnée dont les joues creuses mais rosées étaient mouchetées de minuscules tâches de rousseurs qui lui donnait un adorable côté craquant. Le bleu de ses yeux océan filtrait de nouveaux la pièce et avait perdu toute trace de rouge. C’était bien la seule chose qui contrastait avec son apparence de petite fille modèle, de sucrerie candide dont avait que l’envie de déguster.. ou d’enfourner. C’était assez mignonnet comme image que de voir Moore dévêtue partiellement de son manteau de froideur.

« Et il me reste du café. »

Le sourire bienveillant du jeune homme à son égard la toucha, presque. Ce n’était pas comme ci, bien que les apparences puissent tromper, elle allait se mettre à lui rendre son sourire, mais elle ne pouvait qu’apprécier le fait que celui-ci ne fasse pas plus de remarque sur son cas et passe à plus important. Et ouais, n’importe qu’elle autre type, comme cet Ashton Bletsburg l’aurait titillé mille ans avant de bien vouloir passé à autre chose. C’est dingue comme les gens ne comprenaient pas les silences ou les « non » qu’on leur offrait. Dingue.
Ces grands cils bâtèrent dans l’air sec du couloir alors qu’elle suivait, traînante, le mec bien et gentleman. Il avait d’ailleurs toutes ces raisons pour ne pas ouvrir l’enveloppe aux yeux de tous, sais t-on jamais qui pourrait passer, bien que la probabilité qu’un Xanda apparaisse dans le couloir des fleurs étaient faibles.
Bientôt, les deux jeunes gens arrivèrent dans la chambre. Repoussant la porte du pied Coralee pénétra dans la grotte du garçon. Les rideaux tirés, la pièce dégageaient une lumière sensuel et à la fois étouffante. D’ailleurs, bien qu’en apparence le garçon fût plutôt bien soigné, sa chambre ne reflétait en rien son sens aigu de la perfection vestimentaire dont il faisait preuve plus que souvent. Quelques chaussettes et chaussures traînaient, et même plusieurs piles de dizaines de disques jonchaient le sol. Un virtuose ? Ou ce qui en avait tout l’air… Coralee braqua son regard radar sur le jeune homme et le dévisagea avant de lui prendre des mains l’enveloppe qu’il tenait. Elle lâcha, ça, à moins d’un mètre du sujet :

« Alors, ce café ? »

Elle se permit de s’asseoir sur une malle en cuivre qu’on trouverait également dans sa chambre afin de ranger bagages et autres babioles encombrantes. Oh, dans ce geste on ne pouvait voir un manque de respect ou un esprit mal poli, car, la jeune femme s’était posée avec tellement de précaution qu’on aurait eut plutôt l’envi de lui ordonner de poser ses jolies petites fesses sur un siège plus confortable, ici peut être, le lit du jeune homme…
Profitant de l’instant où Alexey s’activait dans la pièce, Moore entreprit d’ouvrir la lettre. Deux messages. Coralee les tira, avant de chiffonner l’un deux et de l’enfouir dans la poche de sa veste, sans qu’Alexey ne le remarque même. Veste qu’elle enleva pour plus de mobilité, découvrant ainsi ses épaules osseuses et son corps maigrelet mais suave. Elle ne portait qu’une vague robe en mousseline en imprimés de couleurs chaudes et malgré le frisson qui lui parcourut le dos, elle ne pensa pas un seul instant à se ré-encombrer de son lourd et élégant blouson de cuire. Rejetant ces cheveux blonds vénitiens d’un mouvement inné de la tête, elle commença la lecture de la lettre à l’attention du jeune brun :

« Très bien les gas,
Vous n’êtes pas s’en savoir que Xanda a mit le paquet pour permettre au Luminaere de remporter cette dernière épreuve. Ouais, ce mec a carrément embauché des spécialistes pour encadrer sa petite équipe de boutonneux. Trouvez un plan qui tienne la route pour les éliminer, je compte sur vous.

I want to play and i’m watching you.

Duty.
»


« Et bien, ce Duty possède un langage des plus douteux… Et toi, t'en penses quoi de lui ? »

Coralee replia la lettre et la posa sur la malle, et, comme si cela n’avait pas de réelle envergure elle changea de sujet. Faut dire qu’elle n’était pas pour l’instant prête pour une mission peut être après plusieurs cafés, de toute manière il leur restait pas moins d’une heure avant de mettre en place leur plan :

« Tu ne trouves pas que ces Olympiades sont ennuyeuses ? Presque si j’allais te proposer une partie de… carte. »

Elle désigna le paquets qui se trouvait sur la table en face d’elle et lui sourit, irrésistible. Elle plia un de ces genoux afin de pouvoir y poser son coude puis sa tête. Elle le regardait ainsi penchée.

« Au fait, la dernière fois que l’on c’est vu, vraiment je veux dire, ça remonte à loin. Nan ? Et je ne me souviens pas t’avoir remercié pour ce que tu as fais. Clin d’œil. C’était vraiment chou de ta part. »

Elle tendit la main pour attraper la tasse que lui tendit Alexey.

« Merci. Tu n’aurais pas quelques choses à manger s’il te plaît ? J’ai faim. »

_________________
Lilly comes when you stop to call her
Lilly runs when you look away
Lilly leaves kisses on your collar
Lilly, Lilly, Lilly, Lilly, stay!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hier c'était la dernière [Pv Alexey Somerled]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hier c'était la dernière [Pv Alexey Somerled]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'était la dernière fois, petit frère.
» Je vie ma vie comme si c'était la dernière chose que me restait
» Dans le train
» [TERMINE]J'ai oublié d'te demander quelque chose la dernière fois... [Paige]
» Colons d'hier, Bienfaiteurs d'aujourd'hui

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duty.com - The Grimsby Experience :: Side of The Road -the other- :: Garbage :: Cambridge Trinité & le reste :: | ! | Irlande OLYMPIADE :: Chateau d'Ashford-
Sauter vers: