Duty.com - The Grimsby Experience
Si vous êtes déjà des notres, enjoy. Sinon, bienvenue.
Vous êtes invités à créer votre personnage, et à interagir avec nous dans le flood. La partie RP reviendra bientôt.
En cas de problème, n'hésitez pas à contacter un administrateur, qui se fera une joie de vous répondre.
Have fun, with Duty 3.0
La team.

Duty.com - The Grimsby Experience

Hello Guys. I am watching you, and i want to play. Welcome to Grimsby.
 
AccueilAccueil  DUTY.COMDUTY.COM  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lolita & Sois belle et tais-toi.

Aller en bas 
AuteurMessage
Lolita I. V. Pallbearer

avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 28/12/2008

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Lolita & Sois belle et tais-toi.   Jeu 1 Oct - 22:39




    (c)Vicious Circul & Paradoxal
    LOLITA IDYLLE VICTOIRE PALLBEARER

      «
      Il y a toujours un moment dans leur vie où les gens s’aperçoivent qu’ils m’adorent » ( Salvador Dali )

      « Mais qu’est-ce que tu écris Lola? Depuis quand tu es devenue narcissique. Et qu’est-ce que tu fais là, tu n’es pas sensé te rendre en cours ? »

      « L'intelligence artificielle se définit comme le contraire de la bêtise humaine. » ( Woody Allen )

      « Par contre, là, tu débloques vraiment. Mais bon, c'est pas franchement sympa de me traiter de con. Enfin ...»

      « L’imagination au pouvoir » ( Etudiants lors de mai 1968 )

      « Ouais, tu peux aussi me dire comme réponse à quelle est votre ambition dans la vie, devenir immortelle et mourir. » « Je pourrai, mais ce n’est pas une ambition. Plutôt un rêve.



.


Oh, I think that …
I love myself. True ?.

    Nom - Pallbearer.Prénoms -Lolita Idylle Victoire. J'vous jure, ne demandez pas ce que les parents avaient fumé ce jour-là. Date de Naissance - Le dix-sept mai mil neuf cent quatre-vingt onze. Nom des parents -Aliénor McGwen & Joshua Pallbearer. Nés - en mil neuf cent soixante-six tout deux. Nationalité -Américaine & Anglaise. Situation familiale - Ca ne vous regarde pas; allez-voir ailleurs. Bon, ok, j'ai deux frères et mes parents s'aiment toujours. Heureux ?
    Année - 2 ème

    Dirty Little Secrets & Rumors - Ses parents étaient des hippies. Elle n’a jamais couché avec quelqu’un. Elle aurait tué quelqu'un et envoyé un autre à l'hôpital. Son argent de poche viendrait du fait qu'elle pirate les gens. Elle aurait dressée le directeur de son ancienne université contre le maire de son ancienne ville. Lolita serait accro aux drogues dures. La demoiselle se serait déjà faite arrêtée par la police. Elle a saccagé le bureau d’un prof. Lola aime foutre la merde. La demoiselle est kleptomane.

    Non, pas vraiment. Peut être la mère mais le père, lui, c’est un bourgeois qui a été déshérité. Un problème de sang que la famille a eu du mal à accepter - Ah, cette fois-ci, c’est du tout bon ; elle attend le vrai et puis … Merde ! Faire l’amour avec quelqu’un, c’est vraiment pas son truc. Pourtant, pourtant, ça ne l'empêche pas de draguer et de finir dans le lit d'autres - Malheureusement, ceci est vrai. C'est sa cousine qui l'a énervé et elle est tombée du troisième étage. Mais un accident ne pardonne pas. La deuxième, elle l'a juste envoyé à l'hôpital parce qu'elle avait laissé traîner des anti-dépresseurs sur la table - Là-dessus, elle n’a pas intérêt à se faire choper. Le piratage, ça la connaît et pire même, ça rapporte gros. Ca peut même régler les conflits d'intérêt: c'est en piratant la boîte mail du maire qu'elle a pu envoyé un rapport tout flamme au directeur de l'université. Et personne n'a réussi à remonter jusqu'à sa trace. - Non, la demoiselle ne se drogue pas, c'est pas un truc qui l'intéresse. Même si des fois, c'est à se poser des questions. Elle fume, seulement, elle fume. De temps à autre. - Oui, ça c'est pas faux. Tout ça parce que des cons on rejoint une putain de manif' qui ne les concernait pas. - C’est ce crétin qui lui a prit quelque chose. Elle a voulu le récupérer mais un énorme courant d’air à tout renverser. Quel dommage ! - D'un côté, qui n'aime pas ? Les petits mots anonymes et massacrants sur le tableau d'affichage ? C'est elle. Les faux mails, toujours elle. L'investigatrice des pires rumeurs, dans le coin à chaque fois - Pire que la kleptomanie, pour tout vous dire. L'art, ça la connait. Et lorsqu'elle voit les prix de certaines pièces, l'envie de s'enrichir prend le dessus. Il paraît, d'ailleurs, que l'Opéra lui ferait de l'oeil.

_________________
Avatar (c) NICOTEEN


Dernière édition par Lolita I. V. Pallbearer le Mar 31 Jan - 20:43, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lolita I. V. Pallbearer

avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 28/12/2008

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Lolita & Sois belle et tais-toi.   Sam 3 Oct - 17:58

    Entretien Avec Une Vampire Aka Johnson


    La Vampire: « Pourquoi avoir choisi d’étudier à l’université de Grimsby ? »
      « Pourquoi serait-ce forcément moi qui aurais choisi cette université ? Pourquoi ne serait-ce pas mes parents, un proche de ma famille ou alors l'écoute de l'instinct ? Et puis, faut-il vraiment avoir des raisons précises pour venir ici ? Avouez-le, vous vous faites chier ici. La ville semble bien morte, les gens taciturnes et les rues fouettent le poisson. Vous pensez réellement que c'est pour ces raisons que je viendrais ici. Voyez les choses en face... A mon avis, toute personne sensée ne viendrait pas suivre ses études ici. J'ai visité l'université hier. Et vous savez ce que j'y ai rencontré ? Des moutons de poussières, des personnes autant décrépies que les couloirs. Et quelques élèves. Alors, s'il vous plaît, n'insinuez pas que c'est moi qui est choisi de venir ici. Tout est vieillot et, en plus, l'université n'est pas côtée. Je pense réellement que vous devriez réfléchir avant de poser des questions aussi absurdes. Ce sont mes parents qui ont décidé de m'y envoyer. Avec l'argent qu'ils ont, ils aurait pu m'envoyer dans n'importe quelle autre université. Mais comme ils sont en déplacement permanent entre Londres et Hollywood, ils ont décidé de m'enfermer dans un petit coin tranquille et discret., histoire que je ne fasse pas trop de conneries... Comme si j'en faisais ! Clair que si j'avais des problèmes, personne ne me retrouverait ici. Autre chose ? »
      La Vampire : « Vous devez manger un des produits suivants pour le reste de votre vie – lequel ? (Des gâteaux ? Du fromage et des crackers ? Un bon repas mexicain ? Du sushi ? Beurre de cacahuète et confiture ?)»
        « C'est bien ce que je me disais. Vous avez une manière étrange de faire un entretien. Mais passons. Si je devais choisir ce serait ... des sushis. Un truc frais, bio, pas trop compliqué à faire. Et puis, si je devais restée ici jusqu'à la fin de mes jours, je pense que je ne manquerai pas de poisson. Pire même, je suis certaine que le premier con qui ouvre un restaurant de ce genre ici, il va se faire des couilles en or. Parce que les gâteaux, le beurre de cacahouète et les crackers, ça va bien cinq secondes mais vous saturez vite. Trop de sucreries tue les sucreries. De la même manière, vous vous voyez empester le fromage ? Déjà que ça pue le poisson mais alors, la combinaison des deux, ça doit faire un mélange détonant. Pour ce qui est des repas mexicains, je kiffe ça. Vous voyez, vous avez une explosion de saveur dans la bouche. Un mélange d'épice foudroyant. Mais après, je vous dis pas le mal de ventre. Ca me fait penser ... quand je suis arrivée ici, on m'avait collé un colocataire que j'ai réussi à éjecter vite fait bien fait ... Vous vous imaginez, le pauvre type petit-déjeunait du fromage et de l'ail. Et pas du fromage à l'anglaise. Plutôt à la française, bien coulant. L'horreur. Il serait resté un jour de plus que je n'aurais jamais pu manger de toute ma vie.»


    <DIV style="TEXT-ALIGN: right" align=center><SPAN style="FONT-FAMILY: Palatino Linotype"><FONT face=georgia size=6><blockquote>
    Something is not normal here ...
    And I want to discover it.
    </FONT></SPAN><BR></DIV>

      La Vampire: « Quel genre de personne êtes-vous ? »
        « Je pense que c’est une bonne question. Malheureusement pour vous, je ne sais que répondre. Je ne sais pas si vous avez un jour fait de la philosophie mais vous remarquerez que … Je ne sais pas, moi ! Que vous-même vous ne vous connaissez pas. Cela fait à peine quelques jours ici et vous êtes surnommée la Vampire. Est-ce vrai ? Voulez-vous absolument recueillir les moindres informations sur les étudiants ? Vous commencez bien, certes, mais sachez qu’il y a des choses que les étudiants ne vont pas aller vous dire. Ils ne sont pas tous fous ! Alors, je pense que ce devrait être les autres qui devraient me décrire. Mais après, que diraient-ils ? Que je suis bornée, folle, utopiste ou égoïste ? Qu’ils trouvent cela étrange que je m’entende aussi bien avec mon frère jumeau ? Qu’ils pensent qu’une fille comme moi ne devrait pas être ici dans ce trou perdu ? Allez-vous aux mêmes les croire ? Si vous êtes intelligente, vous ne croirez pas les bobards même si, avouons-le, c’est bien amusant de se foutre de la gueule des gens, d’amener quelques sujets fâcheux sur le tapis, d’embrouiller. Mais bon, je doute que je puisse faire cela ici… C’est comme mort. Le néant total, le vide intersidéral. Juste des poissons, des insectes, des humains pécheurs et basta. Vous vous intéressez un temps et puis, vous vous ennuyez. Pas d’actions, un parc moisi, des problèmes de câble pour aller sur le net. La misère totale. Clair que ça change de Hollywood, je vous le dis pas ! Heureusement que certaines personnes sont sympas dans le coin, je ne vous pas l’ennuie sinon.»
        La Vampire : « Quelles ambitions nourrissez-vous ? Comment vous voyez-vous dans dix ans ? »
          « Cela ne tiendrait qu’à moi, je vous dirais devenir immortelle et mourir. Mais là, je vois mon jumeau venir à grandes enjambées et à me sortir : « Putain Lola, arrêtes de regarder ce navet ». Ce film, il ne l’aime pas mais pourtant, je le kiffe moi, mais c’est une autre histoire. Pour ce qui est de mes ambitions, de mes plans, je eux vous affirmer que j’en ai. Mais n’allez pas croire que je vais vous les dire : voyez-vous, je ne fais pas franchement confiance aux gens. Surtout lorsqu’ils me laissent parler toute seule comme une conne, chose que vous devez sûrement penser. Sinon, vous ne pinceriez pas les lèvres de cette manière, ai-je tord ? Ai-je également tord de vous dire que si vous êtes aigrie, c’est que vous n’avez pas mené à bien vos plans et que vous vous retrouvez coincé dans un trou à rats ? bon, ok, c’est peut être pas le genre de chose à dire mais voilà, on m’a toujours dis que je devais être franche. Mais bon, je suppose que je ne réponds pas à votre question là… Dans dix ans, je me vois déjà dans mon pays natal, à Hollywood plus précisément en train de flaner dans les villes à la recherche d’inspiration, de sujets intéressants. Parce que vous voyez, il y a un truc que j’adore, c’est écrire. L’actualité. Du coup, j’me vois bien en tant que journaliste vagabonde, à traiter des sujets de sociétés. Oh, pas ceux du genre « people », j’ai horreur de ces conneries mais ça ne m’empêche pas de les lire pour rire un bon coup, vous voyez ? Mais ouais, clair que le journalisme, c’est ma voie. Ou alors l’histoire. L’histoire de l’art.»


      <DIV style="TEXT-ALIGN: right" align=center><SPAN style="FONT-FAMILY: Palatino Linotype"><FONT face=georgia size=6><blockquote>
      She gets on my nerves ...
      Shut up & Let me go.
      </FONT></SPAN><BR></DIV>


        La Vampire: « Qui est votre modèle ? »
          « Un modèle? Vous pensez sérieusement que je n'ai qu'un modèle. Vous vous m'éprenez. Pour moi, tout le monde est sujet à l'être. Personne n'est parfait alors, si nous devions ne choisir qu'un seul modèle et s'en tenir, personne n'avancerait. Et puis les modèles, excusez moi, mais c'est comme les maîtres: ils sont là pour être dépassés. Sinon, le monde n'aurait pas avancer et on en serait encore au monde de la préhistoire. Après, je vous avoue qu'ils sont utiles, qu'ils poussent les gens à réfléchir et à s'épanouir. Alors, pour moi, un modèle, c'est une personne autodidacte. Ou alors, c'est soi même. Je pense qu'il faut être son propre modèle. Parce qu'après, on rentre dans le plagiat ou alors dans l'imitation et ça c'est ... pas top. Bon, bien sûr, ils nous permettent de nous inspirer. C'est pour cela que je dirais que je n'ai pas de modèle mais plutôt de déclencheur d'idées. Et là, je pourrai vous citer mon père, ma mère, le voisin d'à-côté, les livres de Carlos Ruiz Zafon, les chansons de Bollywood. Tout. Tout est sujet à l'inspiration.
          »
          La Vampire : « Prenez cette feuille et cette pochette de crayons et représentez votre état d'humeur du moment. »

            « Non, j'vous assure, je me paie ma votre tête mais c'est juste que ... votre question, ça me fait penser au livre du petit prince. Et, comme vous devez vous en doutez, au passage avec Dessine-moi un mouton. Bon d'accord, vu comme ça, mon dessin semble un peu primaire. Mais bon, je tente de m'intégrer à cette ville alors ... C'est tout pour l'entretient ? Merci beaucoup. Et bonne soirée Johnson. (c) Styxx»

        _________________
        Avatar (c) NICOTEEN
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur
        Lolita I. V. Pallbearer

        avatar

        Messages : 99
        Date d'inscription : 28/12/2008

        Votre Dossier
        Scolarité:

        MessageSujet: Re: Lolita & Sois belle et tais-toi.   Sam 3 Oct - 20:48


          Acte 03, scène 11. « Life is so ... strange ? »
          Lieu;
            Chez Artie Pallbearer, oncle de Lolita.

          Personnages;
            Moona I. Pallbearer. Cousine de Lolita
            Lolita I. V. Pallbearer.
            L'oncle et le père de Lola, Joshua, intervenant à la fin.

          But;
            Se contrôler et ne pas être jalouse d'un intrusment de musique.




          De la grâce, bon dieu, de la grâce. Depuis toute petite, les parents de Lolita voulaient qu’elle maîtrise l’art de la danse. Un peu comme si son prénom la prédisposait à en faire, vous voyez le genre. Elle ne s’en était jamais plainte. Lorsqu’elle avait du temps libre les dimanches après-midi, elle regardait des ballets qu’on diffusait à la télévision. Et elle, elle était là, scotchée, ébahie, en train d’admirer. Parce qu’il y avait une chose qui était sûre, c’était qu’elle ne serait jamais comme ces petits rats de l’opéra. Elle se trouvait laide, pensait qu’elle manquait de souplesse et puis …mince quoi ! La danse, c’est beau à regarder mais à pratiquer, c’est la galère. Lorsque Lola allait en cours, elle souffrait. On lui demandait d’en faire toujours plus à chaque fois et depuis qu’on lui avait donné les pointes, c’était pire que d’habitude. Il y avait rarement un cours où elle ne saignait pas. Elle aurait pu arrêter mais elle aimait tellement ça.
          Et puis un beau jour, ses parents décidèrent qu’elle devrait faire des spectacles avec sa cousine. Moona avait le même âge elle et, à l’instar de Lola avec la danse, elle faisait merveilleusement bien du violon. C’était donc cela qu’avaient prévu les parents : un spectacle de danse sur un fond de musique. Ravie au début, les deux jeunes enfants s’étaient mises à travailler la chorégraphie ainsi que la musique. Le tout aurait un air de Casse-Noisette et c’était génial. Sauf que Lolita commença rapidement à éprouver de la jalousie envers sa cousine. Elle aussi voulait faire de la musique, elle aussi voulait faire de belles choses avec un violon. Pire que cela même, elle voulait un violon encore plus beau que celui de sa cousine. L’envie commença rapidement à germer dans son corps d’enfant et les répétitions se faisaient à chaque fois plus électrique.

            MOONA - « Lola, t’es plus dans le tempo bon sang ! Concentre-toi ! On dois présenter ça aux parents la semaine prochaine et avec tes conneries, on en est au point mort. »

          Lolita releva la tête. Elle s’en foutait carrément de ne pas faire la représentation en temps voulu. Elle avait douze ans et les choses de ce genre, ce n’était pas franchement son truc. Surtout que là, elle n’arrivait à rien. Elle se releva donc du sol, ôta ses ballerines et prit le violon que son père lui avait acheté suite à son caprice. D’un air déterminé, elle retourna auprès de sa cousine. Cette dernière lui avait appris beaucoup de chose en quelques mois et elle pouvait mettre sa main à couper qu’elles pouvaient déjà faire un concerto toutes les deux. Les deux filles, sous l’impulsion de Lola, commencèrent alors à jouer de l’instrument. Encore une fois, Moona jouait délicieusement bien alors que Lola pensait l’avoir enfin rattrapé. Mais cette dernière ne dit rien, elle ne voulait pas que sa jalousie ressorte de trop. Elle se contenta simplement de pincer les lèvres. Mais rapidement, la tension augmenta. Moona voulait de nouveau montrer qu’elle était la plus forte, chose qui insupportait la brune. Elle commença à enchaîner des sons que Lola ne savait pas faire. Rapidement, s’en fut trop. Elle posa violemment le violon sur le sol et la dispute ne tarda pas à éclater. Elles avaient beau avoir toutes deux douze ans, elles avaient un fichu caractère. Et qui disait dispute disait électricité. Et qui disait électricité signifiait qu’elle pouvait en venir aux mains. Chose qui, malheureusement, se passa. Comme cela, s’en que l’on sache vraiment pourquoi. Sans que l’on sache vraiment comment.

          La première à commencer les hostilités fut Lola qui n’hésita pas à pousser Moona alors qu’elle avait le dos tourné. Vu la position dans laquelle elle était, elle aurait dû tomber devant, à plat ventre. Sauf que cette cruche n’avait pas eu d’autres idées que de se retourner en même temps pour riposter. Elle posa mal son appui, sa jambe gauche toucha le rebord de la fenêtre et son corps tout entier bascula dans le vide. Lolita se précipita pour regarder et trouva étrange que Moona ne dise plus rien. Elle était morte. Et son violon qu’elle avait tenu entre ses mains était en milles morceaux à ses côtés. Attirés par la dispute Artie et Joshua pénétrèrent dans la salle, voulant régler le différent. Ils furent surpris de voir Lolita, penchée au dessus du vide, à regarder quelque chose. Artie fut le premier à réagir, s’y précipitant. Il avait compris ce que l’absence de sa fille pouvait signifier et espérait qu’il avait tord. Mais la vue de sa fille dont le cou faisait un angle étrange avec le reste de son corps lui fit comprendre qu’il avait manifestement raison. Et là, une seule idée lui vint à l’esprit : faire du mal à sa nièce, vu que c’était elle qui avait dû la pousser : il ne pensait pas que sa fille ait sauté volontairement du troisième étage. Mais Joshua, ayant compris les intentions de son frère, se plaça entre lui et sa fille afin de le calmer. Lolita n’avait rien remarqué. Ses yeux étaient scrutés vers le bas, sur le violon plus précisément. Car elle savait que jamais elle ne retrouverait un aussi bel instrument.


        Mission échouée. Try again.

        _________________
        Avatar (c) NICOTEEN


        Dernière édition par Lolita Pallbearer le Mar 6 Oct - 20:35, édité 4 fois
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur
        Lolita I. V. Pallbearer

        avatar

        Messages : 99
        Date d'inscription : 28/12/2008

        Votre Dossier
        Scolarité:

        MessageSujet: Re: Lolita & Sois belle et tais-toi.   Sam 3 Oct - 21:07


          Acte 05, scène 02. « I WANT to Play »
          Lieu;
            Chez Savannah, meilleure amie de Lolita lors d'une soirée.

          Personnages;
            Savannah T. Wigglesworth.
            Erwann R. Carlson; un gars de passage.
            Lolita I. V. Pallbearer.
            Aaron A. Pallbearer; le frère jumeau
            & Pleins de gens. Parce qu'une fête tout seul, ce n'est pas marrant.

          But;
            Ne pas cèder et aller en paix.




          « Quand le Ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
          Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis
          Et que l’horizon embrassant tout le cercle
          Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits »
          Baudelaire dans le Spleen LXXVIII

          La salle était bondée. Savannah, qui organisait la fête de ses dix-huit ans n’avait pas prévu les opportuns ; de ceux qui s’invitent sans avertir ; de ceux que l’on n’a jamais vu ; de ceux qui fument, boivent et entraînent filles et garçons dans l’ombre. Pauvre Savannah. Dans son petit quartier de Hollywood et dans ses alentours, elle était réputée pour donner les meilleures fêtes. Elle était réputée meilleure maîtresse dans les caresses, ou presque. Elle était réputée meilleure dealeuse. Et c’était la meilleure amie de Lolita depuis cinq ans. La jeune femme, qui obtenait enfin la majorité, avait espéré, pour une fois, faire son anniversaire tranquillement, en présence de ses véritables amis, sans aucun artifice ni subterfuge. Mais c’était sans compter son copain qui n’était pas de son avis- d’une manière général, il pensait tout l’opposé. En quelques coups de fils à peine, il avait réussi à rameuter tous les jeunes de la ville - ou presque parce que je vous dis pas que c'est une énorme ville- et avait ordonné au propriétaire du coin de lui louer aussi la salle attenante, d’aller chercher des vivres mais surtout des filles. Elles n’avaient pas tardé à affluer et, sans tenir compte de Savannah, le jeune homme tentait déjà de s’ancrer en elle.
          De son côté, Lolita était assise au bar, un verre de Vodka tonic à la main, une cigarette dans l’autre. C’était étrange de la voir ainsi, mi garçon manqué, mi femme désabusée ; encore à cause de Lui. Son frère qu’elle adorait. Son frère qu’elle détestait parce que, justement, elle l’aimait. Trop. Comme il ne faut pas aimer quelqu’un de sa famille. Elle avait passé la matinée à l’injurier, à lui hurler dessus. Et lui, fidèle à lui-même depuis presque cinq ans, n’avait pas sillé, n’avait pas rétorquer, l’avait ignoré. Et elle, fidèle à elle-même, elle avait passé le reste de la journée à pleurer. Mais il était temps que ça change, aussi était-elle allé à l’anniversaire de sa meilleure amie, histoire de se changer les idées.

            SAVANAH - « Han, ma chéwie. Il paraît qu’une brune a enfin réussi à briser le couple de Sean &Séraphina. Il est libre maintenant, la classe non ? Tu étais au courant de cette histoire ? »
            LOLITA - « Non, du tout. Comment cela est-il arrivé ? »
            SAVANAH - « Le pauvre. Sa petite amie la retrouvé nu, accroché au radiateur avec des menottes, le mot suivant sur la table : « S. Il fallait bien que ça arrive un jour. Il était temps que tu ouvres les yeux sur l’homme idiot et masochiste qui s’est envoyé avec la première venue. Néanmoins, je pressens que tu vas souffrir. Aussi ai-je laissé des antidépresseurs sur la table. N’en abuse pas de trop. » Alors … »
            LOLITA - « Alors ? »
            SAVANAH - « Elle a fini à l’hôpital. Bravo, c’est un coup de génie Lola. Cette pute a juste eu ce qu’elle méritait et peut être pourrai-je enfin sortir avec lui, ajouta-t-elle à voix basse. »
            LOLITA - « Bon anniversaire mon coeur »

          Regard complice, sourire discret. Savannah embrassa Lolita pour la remercier. Car elle savait que c’était elle. Car il n’y avait qu’elle pour faire cela. Mais ça, personne ne le savait. Les deux jeunes femmes se séparèrent, allant chacune de leur côté. Mais la « brune » ne resta pas seule très longtemps. Car dans la foule et malgré l’atmosphère aquarium -Dieu qu'elle détestait ça!-, elle avait remarqué que quelqu’un l’observait. L’épiait. La suivait. Sachant qu’elle ne pourrait pas s’en défaire, elle décida de le conduire jusqu’au bar.

            ERWANN - « Excusez-moi, vous avez perdu votre portable. Tenez. »
            LOLITA - « Perdu … A moins que quelqu’un ne l’ait volé. Vous voulez un verre ? C’est vous qui m’invitez »

          Toujours aller de l’avant. Surprendre. Se mettre en valeur. A coup de petites phrases qui marquent et choquent et de sourires enjôleurs. L’homme était mignon. Trop mignon. L’homme était suspect. Très suspect. Surtout avec sa façon de la vouvoyer. Cela faisait des lustres qu’on ne lui avait pas parlé ainsi.

            ERWANN - « Ce ne serait pas de refus. Une autre vodka tonic ou quelque chose de plus soft ? J’ai peur que ne vous tiendrez pas le coup avec tout ce que vous avez déjà avalé. »
            LOLITA - « Un thé à la menthe. Avec des vraies feuilles de menthe. »

          Silence de nouveau. C’était en effet assez étrange qu’une jeune femme demande ce genre de boisson. Dans une soirée. A trois heures du mat’. Une fois la tasse déposée devant elle, elle la prit dans les mains, la serrant fort. Car elle avait besoin de chaleur. Elle pencha alors la tête en avant, positionnant son nez au dessus des vapeurs odorantes. C’était une magnifique odeur. School de Supertramp passa alors, coupant les danses effrénées qui s’étaient enchaînées sur de la disco –et surtout- du dance floor. Lacrymosa d’Evanescence prit ensuite le relai. La jeune femme grimaça.

            ERWANN - « Vous préférez le Requiem de Mozart... ? »
            LOLITA - « Sans aucun doute. »
            ERWANN - « Vous m'offrez quoi si je la fais passer ? »

          Déception. Un instant, le jeune homme avait réussi à attiser sa curiosité avec sa connaissance. Mais voilà qu’en deux secondes à peine, il avait réussi à détruire son effet. Les hommes. Tous pareils. Toujours à vouloir recevoir. Sans jamais donner ou alors très peu. Toujours à vouloir qu’on s’offre à eux. C’était lamentable. C’était horrible. C’était prévisible. Celui-ci se leva et disparu sans un mot, sans entendre la réponse de Lolita, la laissant humer son thé. Une minute après, ledit morceau passa sur le DJ, sous la huée des invités, sous le sourire discret de la jeune femme.

            ERWANN - « Pour tout à l’heure, c’était une boutade. »
            LOLITA - « Je vous remercie. »
            ERWANN - « Voudriez-vous bien casser le croûte avec moi ? »
            LOLITA - « Sans façon, je n'ai pas faim. »
            ERWANN - « Vous ne sortez qu’avec les mecs qui ne vous plaisent pas, c’est exact ? Vous avez peur d’aimer. Vous avez peur de décevoir. Je l’ai remarqué tantôt. J’ai aussi deviné pour Sean, c’est mon meilleur ami… J’ai remarqué que vous adorez la littérature française et anglaise. Les beaux-arts également. Vous avez pleins de qualités. »
            LOLITA - « Parce qu’en plus de voler mon portable, vous m’espionnez. Disparaissez ! »

          Le jeune homme se leva aussitôt. Il se rapprocha de l’oreille de la jeune femme et murmura : « Je vous ai vu voler le tableau de mes parents. Celui dans le salon. Je vous en remercie. Sachez que vous m’avez rendu un service et que la police n’a trouvé aucun trace ». Lolita se leva à son tour et demanda au barman d'offrir un verre à tous. Elle voulait finir dans le lit de quelqu’un. Elle voulait boire. Fumer. Mais pas coucher, non, elle n'avait jamais tenté. De loin, elle préférait séduire et s'arrêter juste avant d'approcher de près ou de loin d'un lit. De la même manière, elle buvait mais ce n'était que quelques verres; elle s'arrêtait juste au point où elle se trouvait guilerette. Pareil pour les cigarettes. Elle savait qu'elle voulait en fumer, mais n'en fumerait pas plus que trois. Promesse envers son frère.



        Mission réussie.

        _________________
        Avatar (c) NICOTEEN


        Dernière édition par Maira Burton le Dim 4 Oct - 1:28, édité 7 fois
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur
        Lolita I. V. Pallbearer

        avatar

        Messages : 99
        Date d'inscription : 28/12/2008

        Votre Dossier
        Scolarité:

        MessageSujet: Re: Lolita & Sois belle et tais-toi.   Sam 3 Oct - 21:09


          Acte 09, scène 09. « Il est temps de partir »
          Lieu;
            Dans la chambre de Lola, plus précisément sur une chaise, derrière un ordinateur.

          Personnages;
            Lolita I. V. Pallbearer.
            Aaron A. Pallbearer; le frère jumeau
            Le père intervenant à la fin.

          But;
            Viens ici que je t'embrouille.




          Concentration. Les yeux fixés sur l’écran de son ordinateur, Lolita tapait à toute allure sur son clavier. Elle avait promis à Ivan qu’elle le ferait alors ce n’était pas le moment de flancher. Ivan, c’était le meilleur ami de la jeune femme maintenant âgée de dix-neuf ans. Il venait de rompre avec sa copine parce que cette couillonne venait de coucher avec quelqu’un d’autre et ça, c’était quelque chose qu’il ne pouvait supporter. Lui aussi avait eu des vues sur d’autres filles mais contrairement à sa copine, il n’avait rien fait. Il s’était contenté de regarder et encore, il trouvait qu’il la trompait en faisant ça. Le truc, c’était que sa copine, c’était la fille du maire et que l’autre crétin, le fils du directeur de l’Université. Il avait alors imaginé un plan de vengeance terrible et en avait fait part à Lolita. Bien sûr, elle avait tout de suite acceptée. Après tout, son « ami » était en danger et elle rêvait depuis bien longtemps de ridiculiser la jeune femme. Sans en parler à Ivan, Lola avait décidé de rajouter une petite phase au plan prévu : monter le maire et le directeur l’un contre l’autre. Ca pouvait être marrant. En fait, ça avait vraiment été marrant. Cela faisait bientôt deux jours que les deux hommes s’incendiaient à coup de missives. Évidemment, toute la petite ville était au courant. Parce que cela faisait maintenant deux que la petite famille Pallbearer avait déménagé de Hollywood. Apparemment, cette ville avait des effets néfastes sur Lolita ; son père avait même refusé qu’elle revoit Savannah parce que « cette fille n’était décidément pas une bonne fréquentation ». Ouais. Du coup, Lola s’était retrouvé dans une petite ville merdique –parce que comparé à Hollywood, c’est la loose quoi- et, pour tout vous dire, elle se faisait bien chier. C’était là alors que lui était venue l’idée de pirater les gens afin de gagner un peu d’argent parce que depuis qu’ils étaient partis, Joshua avait refusé de lui en donner. Lolita avait parlé de son nouveau passe-temps à son tout nouvel ami et c’était là que lui était venu l’idée de la vengeance.

          La première partie de son plan –du plan de Lolita- s’était donc passée merveilleusement bien. Elle ne s’était pas faite chopée, avait ravivé les flammes entre les deux hommes de la ville –parce que ce qu’elle ne savait pas, c’était qu’ils avaient toujours été en désaccord et avaient signé une sorte de « trêve » pour mieux gérer la ville. Les commérages s’étaient donc réveillés et c’était Whooo quoi ! Bon, bien sûr Aaron n’avait pas été dupe, il connaissait trop bien sa sœur pour cela et ce dont elle était capable. De la même manière, il n’aimait pas Ivan parce qu’il avait l’impression qu’il lui piquait sa sœur et … merde, elle lui était sacrée quoi ! Il détestait quand quelqu’un s’approchait d’elle, quand quelqu’un la draguait. C’était sa sœur et le premier qui l’approchait allait avoir affaire à lui. Rien que cela ! Et le Ivan là, il lui semblait carrément louche. Mais passons, parce que là, Lolita s’abandonnait de nouveau à son vice, tentant de pirater les informations qui figuraient sur l’ordinateur de Coleen, l’ancienne copine de Ivan. D’après le jeune homme, il était rempli de photos dossiers et de trucs dans le genre. Ce qu’il voulait, c’était que Lola récupère toutes les informations puis qu’elle lui envoie un petit cheval de Troie. Ainsi, il aurait tout et cette crétine de Coleen, rien. Rien du tout et ce serait bien fait pour elle. Lolita allait envoyer le programme lorsque Aaron pénétra dans sa chambre. La jeune fille sursaute, trop absorbée jusque là, et le toisa du regard. Il chercha ses mots un instant.

            AARON - « Lola, j’ai fini par tout dire à papa. Il … n’apprécie pas. Maman a acheté une petite maison de campagne en Angleterre. A … Grimsby, Grisky, Grinvy … Bref, dans un petit bled pommé. Mais cette maison va nous servir pour notre année : nous allons faire nos études là-bas l’an prochain. »

          Lolita ouvra grand les yeux. C’était une blague ?! Ils avaient dû déménager pour ne pas subir le courroux des parents de Séraphina qui lui en voulaient d’avoir envoyé sa fille à l’hôpital. A présent, ils allaient devoir déménager pour ne pas subir le courroux de la famille de Coleen, c’était ça ? Et bien, c’était nul. Parce que dans les deux cas, Lolita ne s’était jamais fait avoir, usant de beaucoup de prudence. Décidément, son père était un véritable pétochard et puis en plus, l’Angleterre, c’était loin. C’était moche. Et c’était pluvieux. La jeune femme ignora alors son frère, lançant alors l’application. Si elle devait partir, elle voulait avoir fini le boulot. Elle se retourna alors vers Aaron, un grand sourire aux lèvres. Comme d’habitude. Dès qu’elle faisait quelque chose qui ne fallait pas, elle souriait. Et étrangement, tous les soupçons partaient sur quelqu’un d’autre.

            LOLITA - « Je n’ai pas envie de partir. J’ai fini par me faire à cette ville. Et puis, l’Angleterre quoi … ! Serons-nous obligés de nous faire passer pour des jumeaux, nous ne nous ressemblons pas vraiment.... On pourrait alors … »

          Lola se tut alors brusquement. Elle savait qu’Aaron savait de quoi il en retournait. Il savait que la seule pour qui sa sœur en pinçait, c’était lui. Il se souvenait comment elle se blottissait contre lui lorsqu’elle avait peur. Il se souvenait comment elle humait son odeur. Il se souvenait de la tendresse avec laquelle elle posait sa main sur son torse. Mais merde quoi ! C’était son frère, c’était son double, son amour. Mais pas son amant. La jeune femme l'embrassa alors sur la joue et le laissa sur place, rejoignant son père. Ils se devaient de discuter s’ils devaient partir.


        Game Over. You have won ?!

        _________________
        Avatar (c) NICOTEEN


        Dernière édition par Lolita Pallbearer le Dim 4 Oct - 19:06, édité 1 fois
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur
        Lolita I. V. Pallbearer

        avatar

        Messages : 99
        Date d'inscription : 28/12/2008

        Votre Dossier
        Scolarité:

        MessageSujet: Re: Lolita & Sois belle et tais-toi.   Dim 4 Oct - 16:24

        YOUR RELATIONSHIP WITH D.U.T.Y ?

          - Avez-vous des idées quand à son identité? Non, désolée. Je viens d'arriver alors vous imaginez bien que Duty, je ne sais pas qui c'est. Après, si vous me dites que c'est un fouteur de merde, ouais, ça m'intéresse. J'aime bien découvrir les secrets, vous voyez. Si jamais je chope son adresse mail, je tente ... quelque chose. Et puis, mince quoi, vous me dites qu'il écrit des news? C'est génial! Ecrire est génial. Faut vraiment que je le rencontre!
          - Pro ou contre DUTY? Après tout ce que vous m'avez dit, disons que je suis pro duty. C'est un peu mort dans le coin so ...


        AND YOU?

          - Comment avez-vous découvert le forum? J'y étais déjà.
          - Votre age? Ca ne regarde pas les gens.
          - Comment trouvez vous le design? J'attend toujours.
          - Assiduité? Assez présente.
          - Célébrité sur l’avatar : Minka Kelly
          - Personnage prédéfini ou inventé? Inventé mais je remercie une copine pour le passage avec le violon. Et les livres aussi pour certains passages qui m'ont inspiré.
          - Something to say? J'vous aime Shocked


        Spoiler:
         

        Et ouais, c'est enfin fini =D Désolée pour les fautes et les oublis de mots, ça m'arrive souvent.

        _________________
        Avatar (c) NICOTEEN
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur
        Dorian Finnigan
        Admin - ? - || Fils de Maire
        avatar

        Messages : 625
        Date d'inscription : 14/12/2007
        Age : 30
        Localisation : Grimsby

        Votre Dossier
        Scolarité:

        MessageSujet: Re: Lolita & Sois belle et tais-toi.   Dim 11 Oct - 18:41

        Bon, j'valide enfin.
        Lolita est sublime... Bon jeu... Quand le jeu sera lancé Rolling Eyes

        _________________
        ...
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur
        Contenu sponsorisé




        MessageSujet: Re: Lolita & Sois belle et tais-toi.   

        Revenir en haut Aller en bas
         
        Lolita & Sois belle et tais-toi.
        Revenir en haut 
        Page 1 sur 1
         Sujets similaires
        -
        » TUK ? sois forte et tais toi.
        » Tais toi et sois belle ! [Libre ]
        » Sois belle, joue bien, et tais-toi. [Terminée]
        » Pour que tu sois belle, il faudra que tu le deviennes
        » « Sois bègue et tais-toi » || Pavel [Fiche terminée]

        Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
        Duty.com - The Grimsby Experience :: 

        God Save The Queen

         :: Gang Of Freak :: Welcome to the game
        -
        Sauter vers: