Duty.com - The Grimsby Experience
Si vous êtes déjà des notres, enjoy. Sinon, bienvenue.
Vous êtes invités à créer votre personnage, et à interagir avec nous dans le flood. La partie RP reviendra bientôt.
En cas de problème, n'hésitez pas à contacter un administrateur, qui se fera une joie de vous répondre.
Have fun, with Duty 3.0
La team.

Duty.com - The Grimsby Experience

Hello Guys. I am watching you, and i want to play. Welcome to Grimsby.
 
AccueilAccueil  DUTY.COMDUTY.COM  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Svea Manuela Olöfssen - Fini

Aller en bas 
AuteurMessage
Svea M. Olöfssen

avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 12/11/2008
Localisation : Amadeus Opera

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Svea Manuela Olöfssen - Fini   Dim 11 Oct - 20:40


WHO ARE YOU ?

WHO AM I ?







SVEA MANUELA OLÖFSSEN


19 ans - 01/03/90 - Poisson Parents : Karolina Olöfssen & Archibald Livingston Naissance des parents : 10/09/71 & 24/01/55 Nationalitée : Suédoise Famille : Son père biologique lui est inconnue, elle à donc toujours vécue avec sa mère puis son beau-père Archibald Livingston. Elle à aujourd'hui une petite soeur de 8 ans sa cadette. Année : 2eme.







Grimsby University - Etretien avec Mrs Jonhsson, Psychologue Agrée, Dite « The Vampire »




(c) getty images



Elle poussa la porte et l’air froid qui s’engouffrait dans cette petite salle maculée disparut. Se dirigeant vers le fauteuil elle scruta tous les moindres détails de cet étrange bâtiment. Tous les mots qui lui venaient étaient vieux et sale. Même pour la dame qui se tiendrai bientôt en face d’elle.
Elle adressa un sourire forcé à la psychologue

► « Bonjour »

Celle-ci ne broncha pas et à travers ses vétustes lunettes éplucha sa liste d’élèves dans une grimace de malvoyant.

► The Vampire : « Svea Manuela Olöfssen »

Sa petite voix de crécelle résonnât dans la pièce et bourdonna dans les oreilles de Svea. Insupportable, cette femme semblait tout simplement insupportable.

► « C’est moi Mme Jonhsson »

Sans transition elle entama son questionnaire, toujours d’une voix aigue et cinglante, qu’elle devait connaître par cœur. Svea en avait déjà marre, à 8h du matin une voix aussi stridente, un femme incrustée à son fauteuil qui semblait mécanique, s’était déjà épuisant. Elle s’efforcerait de parler plus que Mrs Jonhsson, déjà un bon point pour ses tympans.

► T.V : Pourquoi avoir choisi d’étudier à l’université de Grimsby ?

► C'est un formulaire réglementaire? Vous êtes obligés de poser ces questions à tous les étudiants? Parce que sauf votre respect ca ne me semble pas très pertinent comme question.

La psychologue la fixa les joues pendante et les lèvres immobiles. Pendant un instant un blanc régnât puis elle répéta sa question du même ton monotone comme si Svea n’avait pas entendu celle-ci.

► Très bien je vais vous l'expliquer, mais ne dites pas que j'ai choisi d'étudier ici s'il vous plait ! Bon, comme vous avez peut-être pu le voir je fais des petites fautes et j’ai un accent. C’est parce que je viens de Suède. Alors comment ai-je pu arriver la ? Je me le demande aussi, franchement. En fait j'avais à peine cinq ans et ma mère à rencontrer ce petit snob, Archibald Livingston, un Anglais en affaire à Stockholm. Et puis je crois qu'elle l’aimait bien, ils ont eu une longue relation amoureuse puis se sont mariés eurent beaucoup d'enfants et décident d’emménager ensemble en Angleterre, à Grimsby plus précisément. Vous connaissez l'histoire, le conte de fée quoi. Bref maintenant le petit snob c'est mon beau-père et les beaucoup d’enfants c’est Keira Livingston ma demi-sœur de 11 ans. Je ne sais même pas comment ma mère, Archibald et tous les habitants de cette ville d’ailleurs on put accepter d’aller vivre dans ce coin pourris, sans vouloir vous vexer Madame Jonhsson. Enfin bref, maintenant j’habite ici et mon beau-père et ma mère on dénichés cette université retapée par le maire. Donc ils ont trouvé ça cool. Et voila comment j'ai atterrit chez vous, dans l'université de Grimsby. Vous voyez, j'ai pas vraiment eu le choix finalement.Griffonant à toute vitesse sur son cahier elle releva les yeux comme si elle venait de s’apercevoir que Svea lui parlait. Elle haussa les sourcils en fermant les yeux humecta sa bouche et reprit.

► T.V : Quel genre de personne êtes vous?

Quel genre de personne êtes vous ? Vous ne trouvez pas que ca fait genre le sujet trop recherché de philo ? Moi j’ai toujours été nulle en philo parce que partir loin, c’est chiant et c’est dur. Alors la j’ai juste envie de vous dire, merde.

Mrs Jonsshon recula son visage rapidement , écarquillant ses petits yeux ridés sous ses lunettes, créant un double-meton peux gracieux. Svea se rendit compte que celle-ci ne la prenait pas vraiment au sérieux.

► … Mais je ne le ferrai pas car ça ne se fait pas pendant un entretien comme celui-ci. dit-elle en souriant. Et que je dois vous répondre n’est-ce pas

La vieille femme effectua une nouvelle mimique positionnant sa tête sur le côté tout en avançant les lèvres et fermant les yeux. Elle redevint normale et joignit ses mains en avançant le visage vers Svea pour faire mine d’être intéressée et attentive.

► Bon dans ce cas là je vais devoir vous faire le coup banal du lancer de fleurs comme quoi je suis le genre de fille pas parfaite mais ouverte et sympa qui aime aider les gens, mais qui a ses petits défauts tout ca tout ca. Bref, de la connerie.

Mrs Jonhsson ré effectua la pirouette du double-menton.

► Je vais pas vous mentir madame Johnsson, je suis pas comme tous les autres. Ni parfaite, ni riche depuis des générations, ni super surdouée, ni fille de. Je suis ce que je veux et c’est ca qui me va le mieux. Vous croyez que tous ces petits bourges sont bien ?

Pendant le court instant que Svea laissa filer la psychologue entrouvrit ses fines lèvres, mais elle reprit en lui coupant la parole

► Non ! Ils sont encore plus barrés que je peux en avoir l’air maintenant. Ils ne sont pas les petits bijoux que tous le monde croit et ca y’en a peu qui le voient. Donc je me casse pas la tête ! Vous voulez savoir ? Je vous le dit. Vous voulez voir ? Je vous montre. Les quatre vérités ? Il faut les savoir et c’est pas en restant le cul bien confortablement callé dans son fric qu’on va avancer.

Elle reprit son souffle sous les petits yeux perdus sous leurs verres sales de Mrs Jonhsson.

► Tout ce que je fais dans ma vie je l’assume. J’ai grandi avec de vraies valeurs qui m’on forgées. J’ai appris beaucoup étant jeune et maintenant je m’en sers. Je suis pas quelqu'un de spécialement ouvert non, plutôt une personne solitaire à la base mais quand faut bouger j’y vais. Je suis pas une trouillarde croyez-moi. Certains disent que je suis un ange. C’est vrai. Je suis tombée du ciel.

► T.V : "Si vous le dites." Répondit sèchement la psychologue en roulant des yeux vers ses notes.

► Je le dit. Franchement j’ai pas envie de déblatérer sur ma vie et ses conséquences ni sur ce que je suis, en plus je saurais même pas quoi vous dire franchement. Alors passons à la question suivante.

► T.V : Très bien.

La psychologue la fixa puis retourna à ses notes d’un regard légèrement inquiété.

► TV : Qui est votre modèle ?

► Je suppose que tous les élèves vous servent la même soupe « Je n’ai pas de modèle, je me débrouille tellement mieux seule avec ma personne », ca peut paraitre prétentieux, mais j’avoue que ca n’est pas toujours faux… Je déteste qu'on me dise ce que je dois faire, je suis une personne très indépendante de nature alors me borner à suivre et à copier les moindres faits et gestes de quelqu'un c’est pas trop dans mon programme. Si je devais dire une personne là, tout de suite, ca serait ma mère, j’ai la chance d’avoir une génitrice exceptionnelle malgré l’écart qui s’est creusé depuis quelques temps entre nous, je la respecterai toujours et c’est la personne la plus importante à mes yeux.


► T.V : Vous devez manger un des produits suivants pour le reste de votre vie-lequel? (Des gâteaux, Du fromage et des crackers?, un bon repas méxicain?, des suhis?, beurre de cacahuète et confiture?)

► Je suis une grosse mangeuse! Je vous assure! J'adore passer les soirées avec des amis dans les pubs anglais, je bois et je mange beaucoup trop là-bas d'ailleurs. Si mon corps devait se souvenir de tout ce que j'ingurgite, le 34 ne serait qu'un vague souvenir... En plus je suis amatrice de bonne bouffe comme on dit, Alors vous comprendrez bien que pour moi choisir entre tous ces produits est un suplice! J'adore tout! Disons que les gâteaux c'est vraiment quelquechose que je pourrais manger sans fin, les sucreries c'est délicieux, mais comme dirait l'autre trop les sucreries tue les sucreries. Il faut aussi du salé. Les repas méxicains et les suchis c'est bon deux trois jours mais après c'est la saturation! Beurre de cacahuète et confiture? A mon avis on peux même pas passer une journée en mangeant que ca, ca ferait vomir! Le fromage et les crackers, j'adore ca! C'est simple mais c'est très bon. Je pourrais pas me passer de fromage dans ma vie et les crackers c'est un peu fade mais c'est bon. Ca me rapelle les crackers Wasa que je mangeais en Suède.

► T.V : Quelles ambitions nourissez-vous? Comment vous-voyez vous dans dix ans ?

► Alors là je n'en sais rien ! Vous savez je suis quelqun qui vit vraiment au jour le jour donc savoir comment je me vois dans dix ans... Je pense que dans la vie on ne sait pas de qoi le lendemain est fait et ce qui peux nous arriver, alors je préfère ne pas faire trop de projets et profiter du moments présent. Dans l'immédiat j'espère seulement continuer mes études pour faire ce que je désire, avocate ou travailler dans l'humanitaire ou dans le milieu de l'environnement. Mais surtout lorsque j'aurais terminer mes études, j'aimerais voyager, découvrir vivre ma vie et m'amuser avant de vraiment commencer une vie stable et posée.

► T.V : Prenez une feuille et cette pochette de crayons et représentez votre états d'humeur du moment.

La psychologue lui tendit une feuille et des crayons de sa main fripée. Svea gribouilla rapidement un dessin qui lui vint à l’esprit, sans réfléchir, sans faire attention aux mouvements de sa main.

Spoiler:
 

La main frêle de Mrs Jonhsson attira la feuille vers elle. Elle inspecta le dessin d’un œil critique, soulevant un sourcil, puis déposa le papier dans un dossier.

► Voila. C'est abstrait je sais. Tout est vague un peu comme en moi. Il y a deux côtés: un plus doux, le rose, et un plus pétillant et éxplosif, le vert. J'ai aussi déssiner des éxplosions rayonnantes. C'est étrange et imprévisible. Mais les rayons parfois ça peux éblouir ou illuminer. J'ai mis un fond noir pour toutes les choses moins faciles, ma partie plus obscure on va dire.

Bon, je me demande bien ce que vous allez faire de tous ça maintenant ! J'éspère que ca ne tombera pas entre les mauvaises mains...




Back in the past - What's up ?



The Conception 10/06/89 03:30

Friday nights and Saturday mornings > Cassette de 1989





MusicPlaylistRingtones
MySpace Playlist at MixPod.com



“I'll eat in the taxi queue, standing in someone else's spew. Wish I had lipstick on my shirt, Instead of piss stains on my shoes “





Débauche, outrances, vices, péchés, excès, dévergondage, perversion, stupres, ivresses, dépravation, débordement, abus, immoralitée, sophisme. Tout ce que vous voulez. C'est ce en quoi se résume ma vie, ma vie à moi, Karolina Olöfssen. Oui, Je vends mon corps, pour m’acheter une vie, une vie minable qui n’est même pas supportable maintenant. Oui, sexe, drogue, alcool sont mes partenaires quotidiens. Noctambule, je ne vois plus les rayons du soleil, mais seulement ceux de la lune et des étoiles qui ne me semblent plus belles et plus aussi brillantes qu'avant. Comme si ma vie de femme de 19 ans n’était plus qu’un spectre qui me suivait. La prostitution à été la solution qui s'est montrée à moi, j'ai choisi la facilitée, j'ai été faible, mais j'étais le lapin blanc, des chasseurs m'ont dupés et lentement ammenés vers leurs pièges qui s'est brutalement refermé sur moi. Je me suis retrouvée enfermée, fusillée. J'y ait cru, en fait je n’ai fait que m’enfoncer dans ma merde, et maintenant j’ai l’impression d’errer seule et sans but dans une vie qui m’est inconnue. Mes parents m’on reniée, je n’ai pas de vrais amis et j’ai peur des hommes, de l'homme. Les seuls à m’approcher sont ceux qui me payent ma survie de leurs obscénités. Je ne suis plus rien, je ne ressemble plus à rien. Ma douce apparence d’avant, a disparut au fond de mes excès, mon caractère jovial s’est noyée dans l’alcool, la drogue et ma vie pitoyable. Aujourd’hui, seulement, quelque chose qui aurait pu arriver avant, après qui aurait pu ne pas arriver aussi et que je ne sais pas comment prendre est arrivé d’un bâtonnet en plastique long avec un embout spongieux. Un petit objet sur lequel on fait pipi. Je l’ai entre mes mains déguelasses et je le regarde, vide. Vide de sentiments, vide de tout. C’est un test de grossesse et il est positif. Oui j’en ai fait et refait, non je ne sais pas comment cela a pu arriver et qui est le père, tout ce que je sais c’est que, là, maintenant, tout de suite, je suis bien enceinte et j’ai bien un gamin qui grandit dans mon ventre. Qu’est ce que je vais faire ? Comment faire surtout ? Ca non plus je ne le sais pas et je ne pourrais le dire. Dois-je avorter ou non? telle est la question. Je crois que j'aimerais, je crois que je pourrais le garder. J'ai la sensation qu'il porte un espoir vers moi, une nouvelle lueur dans le brouillard. Peut être pas finalement. Quel enfant voudrait de moi comme mère? Non jamais je ne pourrais donner ca à un enfant, partager ce semblant de vie. Jamais je ne pourrais plus jamais sortir ma tête de là et jamais je n’infligerai ça à quelqu'un d’autre. Alors je vais être obligée d'avorter, de tuer ce bébé. Malgré tout…

The Birth 11/09/91 09:25

In a manner of speaking – Melt with you – > Cassettes de 1991


MusicPlaylistRingtones
MySpace Music Playlist at MixPod.com




"In a manner of speaking a just want to say, that i could never forget the way, you told me everything by saying nothing."
"Dream of better lives the kind which never hate"




Ca y est elle est arrivée, dans une petite Clinique près Stockholm. Sa petite tête, brune déjà, est sortie de moi comme le plus beau cadeau qu’on ne m’a jamais donné. J’ai décidé de l’appeler Svea Manuela, Svea c'est un prénom que j'ai toujours aimé, celui que e voulais donner a ma fille quand j'étias jeune, vous savez, celui sur qu'on dit à tous ces amis, celui qu'on voit déjà sur son enfant alors qu'on à que douze ans. Manuela était le nom de ma mère dont je n'ai plus de nouvelles depuis longtemps mais que j'ai toujours aimer. Je ne sais pas si je suis heureuse ou malheureuse. Qu’est-ce qui ce passe au juste ? C’est tellement étrange il y a encore neuf mois je décidais d’enlever la vie de cette petite fille, de ne pas la faire naître et aujourd’hui elle est là, dans mes bras, bien vivante et encore pour longtemps j’espère. Je ne sais pas pourquoi j’ai décidé ça finalement, pourquoi j’ai difficilement repris mon souffle et pourquoi et comment j’ai réussis à dire stop. Mais maintenant j’ai l’impression que tout recommence, qu’on ma donné une deuxième chance ! J’ai fait trois cures pour me débarrasser de mon ancien moi. Ca ne va pas être facile je le sais. Je suis seule, pas très riche et maintenant j’ai un enfant à charge. Mais heureusement avec mes économies des petits boulots et autres j’ai réussis à trouver un petit Studio pas loin de Stockholm, ma ville natale et près de là ou j’ai accouché. Ce n’est pas du grand luxe mais c’est vivable et puis est un bon environnement pour Svea c’est assez calme. Un peu perdu, certes mais un peu plus loin de mes souvenirs. En plus on est proches d’un petit centre ville, pas très riche c’est vrai mais c’est déjà ça. Je m’imagine déjà tout un tas de trucs pour elle plus tard. Je suis jeune et je sais que je vais galérer mais je le ferais pour elle, maintenant j’ai une raison de travailler, de vivre et de garder la tête hors de l’eau.



The Growth 00/00/00 00:00

- Making Plans for Nigel Cassettes de



MusicPlaylistRingtones
MySpace Playlist at MixPod.com








" We're only making plans for Nigel. We only want what's best for him"
" And if Nigel says he's happy, he must be happy, he must be happy, he must be happy"


Elle a changé. Tellement en changé. Je ne reconnais plus notre vie, j’ai l’impression d’avoir accéléré un passage, sauté un chapitre. On est là quatre maintenant, une famille parfaite dans une maison parfaite de Grimsby, en Angleterre. Est-ce que c’est ce que je voulais ? A la base non. A la base c’était nous deux. Mais maintenant c’est nous quatre, c’est différent et comment ce plaindre de cette situation ? J’ai rencontré Archibald il y a maintenant quelques années, pendant ses affaire à Stockholm. Je croyais juste à un flirt au début, une bagatelle. Je savais pertinemment au fond de moi sans vouloir me l’avouer que son argent nous serait très utile et je voulais le meilleur pour ma petite fille. Je me suis dit qu’il nous donnerait un nouveau départ. Mais ces broutilles ce sont transformés en conte de fée, l’opportunisme en amour, la citrouille en carrosse et les haillons en robes de soirée. Je l’aime je crois, on s’est mariés et installés ensemble. Est-ce que je me suis toujours menti à moi-même ? Je n’espère pas. Tout me semble si clair maintenant. Svea avait l’air contente en plus. J’ai ben vu qu’elle ne voulait pas d’Archibald comme père ersatz mais elle a eu l’air s’habituer à ces nouvelles belles choses. Je l’espère. Elle n’est pas très bavarde en ce moment, je crois que ca lui fait tout bizarre, qu’elle est impressionnée. Je l’espère. Tout ca c’est si neuf pour une petite fille comme elle ca doit être beau, ça n’influera pas sur son comportement je l’espère… Archibald lui c’est un homme merveilleux. Un peu froid parfois, c’est vrai qu’il n’a jamais vraiment pris Svea comme sa fille mais il n’est pas méchant pour autant. Il m’a dit qu’il aimerait avoir un enfant. J’ai d’ailleurs un le test positif, mais dans mes mains propres cette fois.
Elle a changé. Pourquoi maman est partie avec un multimimonaire ? Pourquoi est-ce qu’elle à l’air plus souriante qu’avec juste moi ? C’est pas juste ! D’accord j’ai pleins de cadeaux et une belle maison mais moi je m’en fiche de tous ca ! Ce que je veux c’est retrouver ma maman! Au début c’était drôle mais maintenant je veux arrêter le jeu. On peut pas faire marche rembobibiner ? Hein ? Moi j’étais pas d’accord d’abord. En plus maman je l’ai entendu qui disais que Archibald il allait être papa. Ca veut dire quoi ? Il devient un papa aussi ? Moi je veux pas que ca soit mon papa ! J’ai pas de papa et j’en aurais jamais parce que maman elle ma trouvé dans une rose. Voila. En plus il avait l’air content mais moi je suis pas contente, et maman elle aussi elle avait l’air contente. Je crois qu’ils veulent changer mon prénom mais moi je veux pas d’abord. J’aimais mieux quand j’étais avec maman toute seule même si on était dans une maison toute caca et que maintenant j’ai tout ce que je veux. Moi c’est pas ca que je veux de toutes façons, et maman elle comprend plus rien et Archibald c’est un débile, même si maman elle ma dit de pas dire des mots comme ca ben je le dit parce c’est vrai que je le trouve vilain. Moi j’essaye d’être gentille mais à la fin c’est nul. J’ai bien compris que il avait pleins d’argent Archibald mais c’est pas ca qu’est bien. Maman elle m’a toujours dit que l’argent ca fait pas le bonheur.



The Death 12/09/05 01:45

Killing Moon > Cassette de 2004



MusicPlaylistRingtones
MySpace Music Playlist at MixPod.com



« Your lips a magic world, your sky all hung with jewels. The killing moon will come too soon. »







Les cheveux dans le vent elle partait. La pluie tachait de plus en plus le sol qui devint bientôt noyé de gouttes. Les bras croisés, serrés autour de sa taille fine, enveloppée dans un perfecto et un jean déchiré, des bottes de nubuck aux pieds. Elle avait froid dans cette nuit nébuleuse. Les gouttes perlaient sur ses cheveux roux trempés mais aussi au bord de ses yeux maquillés. Du noir coulaient de ses deux perles bleues. Elle reniflait et des sanglots étouffés résonnaient dans le noir seul, faiblement éclairé de réverbères piteux. Ses pas s’accéléraient pour s’échapper, s’éloigner le plus possible. Seule sur les trottoirs. Elle sentait l’odeur du bitume mouillé. Une petite voiture grise ralentit et klaxonna près d’elle, trois jeunes hommes à l’air vicieux la regardèrent avec un sourire insistant. Elle détourna la tête et courut sous la pluie frappante et la lueur de la lune blafarde en direction d’un lieu, encore inconnu. Le temps se défilait comme le sol sous ses pieds. Tout tourbillonnait autour d’elle, elle semblait être à côté d’elle, elle avait même l’impression de se voir, désespérée, désespérante. Arrivant au niveau d’un pont, elle s’appuya sur le rebord et se laissa glisser. Accroupie, là, sous la pluie et la nuit glaçante, elle fourra son visage dans ses bras, se frotta les yeux, passa ses mains sur son visage… Elle ne savait plus. Quoi ? Elle ne savait pas. Rien n’était plus clair et tout semblait confus et brouillé pour toujours. Elle fixa l’autre côté du pont, qui enjambait un fleuve obscur, un bon moment, pensant comme il lui arrive souvent. Perdue dans son propre cerveau, dans son propre être. Elle traversa vers l’autre côté. Mais un jet de lumière l’inonda soudainement et un bruit strident de klaxon attaqua ses oreilles. En une demi-seconde elle tourna la tête et vit une voiture fondre sur elle. Elle ouvrit grand la bouche et les yeux. Tout se passait très vite et pourtant si lentement, comme un ralentit, une impression de pouvoir observer ce qui allait se passer. Elle eu à peine le temps de réaliser ce qui était en train de lui arriver que la voiture freina et s’arrêtât juste à temps pour ne pas la broyer. Là en face à face avec ce qui avait faillit lui arriver elle mit quelques secondes pour reprendre ses esprit. Souffler. La voiture klaxonnait sans s’arrêter, les chauffards à l’intérieur criant et jurant. Elle se poussa sur le trottoir et la voiture reparti en trombe. De nouveau seule, encore abasourdie, choquée, elle s’accrocha à la rambarde du pont le visage parallèle a l’eau miroitante du fleuve noir. Elle tremblait de tout son être et sanglotait encore. Puis ferma les yeux quelques secondes, elle faillit perdre pied. Elle avait déjà perdu pied. Tout lui semblait lointain, rien ne lui semblait réel et parfaitement raisonnable, plus rien ne lui semblait important ou appréciable. Rien. C’était le mot qui définissait l’état présent des choses. Un pied, un autre, un faible élèvement et la voila surplombant de toute sa grandeur son lit de mort liquide et sombre. Elle ferma ses doux yeux qui avaient vu tant de choses, peut-être pour la dernière fois. Laissant tomber la masse de sa vie dans les profondeurs de l’eau gelée. En un éclair elle sentit un corps s’accrocher au sien comme dans un dernier espoir, un dernier souffle. S’agripper autour d’elle comme une bouée de sauvetage, soufflant bruyamment, essoufflé et trempé. Ce corps La tirait vers la vie, vers la survie plutôt. Elle avait l’impression de basculer entre la vie et la mort comme un métronome, une courbe capricieuse. Seulement, son heure n’avait pas l’air d’avoir sonnée. Elle tomba de tout son poids en arrière se fracassant contre le béton inondé de pluie. Le mystérieux personnage tentant de la rattraper. Noir, Gris, Blanc, total, tout ce que vous voulez. Plus rien. Comme quand on entend la petite ligne aigue de la mort à l’hôpital. Mais ce n’était pas ca, non. Elle l’avait évitée ou ratée de peu. Ses derniers instant de raison furent très brefs flous et incompréhensible. Une voix suffocante qui criait « Svea », des secousses, faisant circuler des ondes de chocs à travers son corps mou et inactif, puis le chaos. Deux mois de chaos.

The Revival & Continuation

//






C’est drôle ce dont on se souvient, ce ne sont pas les mots, ou la musique. Ce peut-être une odeur, un rire, un pleur, une saveur. C’est drôle ce qu’on oublie, mais on oublie jamais les gestes. Surtout ce qui vos ont infligés deux mois de coma… en contrepartie de la mort. Putain mais comment à t’il pu être là juste au bon moment. Issidor. Je ne le connaissait presque pas, j'ai appris qu'il m'aimait en secret depuis des années et qu'il me regardait au lycée. J'ai appris à le connaitre mais notre relation n'a pas marchée, on est devenus meilleurs amis. Maintenant quoi qu'il arrive j'ai besoin de lui. il est toujours là pour moi et je suis toujoiurs là pour lui. Il fait partie de moi. Je sais pas si la chance à tourner ? Je suis toujours pas sure de ça mais maintenant la vie je la laisserais plus filer. Parce que j’arriverais a supporter le « cadeaux du ciel » version pourrie gâtée, parce que j’arriverai à avoir confiance en moi, à me faire confiance, parce que j’arriverais a supporter beau-papa millionnaire, parce que j’arriverai à me défendre, à oublier les remarques cinglantes et à pas me laisser faire, parce que j’arriverai à aider les gens qui en ont besoin, parce que j’arriverai à supporter la piqure de mon cœur, qui partira avec le temps, auquel on soustrait un morceau, le morceau consacré au souvenirs et à l’ancienne petite maman et à l’ancienne petite vie. « Oui c’est une nouvelle Svea qui nait » comme on pourrait dire dans un film, une série ou un livre niaiseux. Je me sens peut-être pas pousser des ailes mais les envies suicidaires ne sont plus dans mes cordes, c’est déjà du progrès non ? Y a eu tellement de chose. Et ça plus ça et ça. Comme un hamburger avec trop de sauce, trop de viande, trop de garniture, on fini par l’indigestion. Mais maintenant je me sent tellement forte de tout ce que j'ai vécu, tellement mieux. Je renait, c'est ma vie qui commence bel et bien après ces faux départs. Je serait forte, je le suis déjà. Maintenant j'ai une rage si forte, si puissante que je crois qu'a présent je peux tout faire. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.
Quand on né on n’est pas toujours désiré. On n’est pas toujours la bonne surprise ou l’événement. Surtout quand notre mère, tombée dans le gouffre, est une prostituée. Comme dans mon cas. Bien sûr, et je respecterais toujours ma mère pour ca, elle a tout arrêté pour moi et avec le peu d’argent gagné elle ma offert une vie. Ma vie. Elle a tout donné pour moi, elle m’a appris et toujours rappelé que la vie est dure. Grâce à elle j’ai connus tout de la vie très vite. Les bonheurs, et surtout les malheurs. Elle a trimer pour moi, avec un bébé , avec un enfant. Pour nous deux la vie à été un cauchemard. Notre seul morceaux de rêve qui nous raccrochait à la vie était nous. J'aimais ma mère et elle m'aimait. Après trois cures, et des miracles, après avoir sortit la tête de l’eau et retrouver son magnifique physique, sa forme et son caractère, ma mère s’est mariée à un très riche entrepreneur. Je n’ai jamais su vraiment si c’était sincère, si c’était pour nous, ou si c’était un peu des deux. Telle mère telle fille après tout… En tout les cas tout à changer. Ma vie, bien entendu, ma mère aussi, moi. J’ai grandi dans ce luxe, cette détonation soudaine. Tout m’était nouveaux, c’était si… miraculeux, fabuleux. Je baignais désormais dans le prestige. J’étais maintenant habillé des plus beaux vêtements, j’avais plusieurs maisons, toutes magnifiques. Ma mère est moi avions toujours eu de bonne relations, mais petit à petit on s’éloignait. Je m’efforçais d’apprécier son nouveau mari mais en vain. Mon éducation fut toujours bonne et de part l’amour inconditionnel que j’offrais à ma mère et le fait que je connaissais le compte en banque de son nouvel amant, malgré mon jeune âge, me poussa à fermer les yeux. Notre soudaine scission fut tout de même douloureuse. Je réalisais que je n’étais plus unique. Surtout quand un autre bébé arriva. Seule, perdue je ne m’y retrouvais pas. Je commençais ma crise d’adolescence peu de temps après et je me cherchais. Plus le temps passait et plus mes relations se détériorait, j’en voulais a ma mère, moi qui l’avait toujours remerciée. Chacune de notre côté c’était cette surprise et cet inconnu qui s’installait. Ses yeux ne se portaient plus sur son trésor, moi. Ses yeux se tournaient vers son mari, son autre enfant. Ma remplaçante. J’avais été remplacée. Et puis je me sentais trahis par cet étranger qui m’avais volé ma mère qui avais voulut me mettre sur le banc de touche me renouveler et lui montrer son beau cadeaux, celui qu’elle avait désiré, lui. Je le sentais méprisant contre moi je me sentais mal. Et ma mère ne savait pas. Ma discrétion me dissimulait peut-être plus que je ne le voulais. Jusqu'à mon adolescence rien n’a changé. Ni ma vie, ni ma mère, ni moi. Personne n'a jamais su appart moi l'ancienne existence de ma mère. Et puis est venue l’amour. Ah l’amour cette merde qui vous enfouie dans la fausseté et le mensonge. J’ai été tellement éprise, il m’a tellement menti. C’est con à quinze ans de vouloir mettre fin à ses jours en parti à cause d’un mec, d’un vaux rien. C’est très con mais j’ai faillit le faire. C’était ma première fois, mon première vrai amour elle il se foutait de moi comme pas possible. Je ne m’en rendais pas compte. J’ai si vite tout coupé que je n’ai pas vraiment sus ce qu’il avait au fond de lui est-ce qu’il avait une carapace est-ce qu’il m’aimait quand même ? Tout ce que je sais c’est que Viktor était un sacré connard.


YOUR RELATIONSHIP WITH D.U.T.Y ?

    - Avez-vous des idées quand à son identité? (est-ce que ça vous intéresse?) Franchement Non. Dans les deux cas. Elle ne sait pas qui est DUTY, parce qu’elle n’a pas cherché, parce que ca ne l’intéresse pas. Bien qu’il l’intrigue au fond, c’est vrai, elle ne veut pas s’évertuer à savoir qui se cache derrière ce fameux bonhomme. Avouez que ca casserait le mythe !

    - Pro ou contre DUTY ? Pour elle DUTY est un type qui balance des rumeurs sur le dos des gens qui n’ont rien demandé de spécial. Bon ok, parfois il est drôle et les ragots sur les autres ce n’est pas toujours mauvais, surtout quand il balance des secrets énormes sur les petits bourgeois du quartier qui s'en prennent pleins la figure et dont les plans ont bel et bien été grillés.

    - On à des dirty little secrets à balancer?

    * Son passé est classé secret défense, on y touche pas. En même temps c’est vrai que le fait que sa mère était une prostituée droguée et alcoolique et qu’elle à du faire trois cure pour s’en sortir, que son père biologique était surement l’un de ses clients et que par conséquent elle ne le connaisse absolument pas (et que ca devait être un sacré obssédé), qu’elle est vécue dans la plus grande misère avant que sa mère rencontre Archibald, n’est pas quelque chose qu’on aime à crier sur tous les toîts. C'est pas tant pour "sauver sa réputation" ou pour sa pomme mais c'est que Svea respecte beaucoup sa petite maman et qu’on balance sur elle l’énerverait très, très profondément.
    * Elle à tenter l'acte stupide et regrettable qu'est le suicide, lors de sa crise d’adolescence, qui aurait d’ailleurs été concluant si un certain jeune homme n’était pas venu lui sauter dessus et la fracasser contre le sol. Elle a fait un coma de deux mois après ce (plus ou moins) accident.
    * A la maternelle et en primaire on se moquait beaucoup de Mini-Svea Manuela parcequ'elle ne portait pas les mêmes fringues, parcequ'elle ne pensait pas toujours les mêmes choses, parcequ'elle était un peu reservée, elle était différente. Mise de côté, autant dire que ça lui a pas trop laisser un bon souvenir à Svea. Tout ça lui a inspirer un profond dégoût pour les prétentieux et les élitistes, et au contraire beaucoup de compassion pour les gens dans le même cas de figure qu'elle. C'est peut-être un peu de là qu'est venu son fort caractère aussi.
    * "Skräp. Den prostituerade är i sitt bad, hoppade jag. Skräp. Vi är i skiten, men nu är det värre, jag störtade ner i degen". Voila le genre de trucs que vous pourriez entendre un de ces soirs. En plus d'être somnanbule, Svea fait parfois brutalement des sortes de crises, criant, pleurant, jurant, tout en fulminant des phrases en suédois, le plus souvent, la cause viendrait surement de la lumière ou de sa sensibilitée si vous la touchez. Ca se passe en plein milieu de la nuit pour votre plus grand bonheur et le pire c'est qu'elle ne sent souviens presque jamais. Dans ce moments là, elle pourrait faire tout ce que vous lui demanderiez.
    * Elle aide des gens pas toujours très fréquentables dans le genre dealeurs et autres clochards douteux. Ca peux pas être considéré comme de la complicitée ça? Si?
    * D'ailleurs, ne sous-estimez pas sa force, il paraiterait qu'elle aurait déjà cogner deux trois personnes histoires de défendre des petits protégés ou de régler des histoires.
    * Bien que son nouveau Daddy subvienne assez bien aux petits besoin de toute la famille, lorsqu'elle eu besoin de gagner son propre argent ou même d'en prêter voir d'en donner, il lui est arrivé de l'obtenir de façon peux légale. Non, elle ne reviens pas sur les traces de maman, mais au contraire, usant de son charme et d'un certain pouvoir de persuasion, voir manipulation dérober de l'argent est une technique qu'elle maîtrise bien


    AND YOU ?

    - Comment avez-vous découvert le forum? J’y étais déjà pendant la version 2.
    - Votre âge? //
    - Comment trouvez-vous le design? Very Very Génial.
    - Assiduité? Très régulièrement. Selon ce que j’ai à faire au minimum trois jours par semaine.
    - Célébrité sur l’avatar : Freja Beha
    - Personnage prédéfini ou inventé? Inventé
    - Something to say?

    Spoiler:
     


_________________
-
-



J'acceptes tout : les brodequins, les tenailles,
le plomb fondu, les pincettes, le garrot, tout
ce qui brûle, tout ce qui déchire, je veux
souffrir pour de bon. Plutôt cent morsures,
plutôt le fouet, le vitriol, que cette souffrance
de tête, ce fantôme de souffrance, qui frôle,
qui caresse et qui ne fait jamais assez mal.
- Huis Clos ; JP Sartre.

boîte mail | fiche de présentation | liens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian Finnigan
Admin - ? - || Fils de Maire
avatar

Messages : 625
Date d'inscription : 14/12/2007
Age : 30
Localisation : Grimsby

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Svea Manuela Olöfssen - Fini   Ven 30 Oct - 23:18

Rebienvenue parmi nous! Excuse mon deux de tension, en tous cas, Svea Manuela promet des merveilles, je la kiffasse malgré le pastel éclatant de ses textes.
Que ton parcours sur Duty soit encore plus prospère que le précédent!
Validée

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Svea Manuela Olöfssen - Fini
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duty.com - The Grimsby Experience :: 

God Save The Queen

 :: Gang Of Freak :: Welcome to the game
-
Sauter vers: