Duty.com - The Grimsby Experience
Si vous êtes déjà des notres, enjoy. Sinon, bienvenue.
Vous êtes invités à créer votre personnage, et à interagir avec nous dans le flood. La partie RP reviendra bientôt.
En cas de problème, n'hésitez pas à contacter un administrateur, qui se fera une joie de vous répondre.
Have fun, with Duty 3.0
La team.

Duty.com - The Grimsby Experience

Hello Guys. I am watching you, and i want to play. Welcome to Grimsby.
 
AccueilAccueil  DUTY.COMDUTY.COM  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Orla O'DOMBREUILL | ADMIN

Aller en bas 
AuteurMessage
Orla O'Dombreuill

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 15/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Orla O'DOMBREUILL | ADMIN   Lun 12 Oct - 12:26


•• O'DOMBREUILL Orla ;


IWHO ARE YOU ?
    Nom ♦ O'Dombreuill, c'est bien ça, tout comme la dingue qui fait partie des élus du maire, de la ville de Grimsby. Un lien de parenté existerait-il entre ces deux là ? Affirmatif, mon capitaine. Kayleigh O'Dombreuill, fraîchement divorcée et qui a repris son nom de jeune fille, n'est nulle autre que la génitrice d'Orla, de ses deux autres soeurs, et de son frère. Ceci dit, Orla n'hésitera pas à changer de nom de famille quand elle n'aura rien de mieux à faire - mais cessons les spéculations.
    Prénom ♦ Orlaith, dit "Orla", bien plus court et moins compliqué. Et peut-être plus agréable à l'oreille, on s'en tamponne. Quant à son deuxième prénom, Lovell, il était tout simplement destiné au garçon qu'elle aurait du être. Sans blague. Dès les premières semaines de grossesse, ses géniteurs s'étaient mis d'accord sur "Lovell", sûrs et certains qu'ils auraient enfin un fils. Mais, grande surprise pendant l'accouchement, Conor et Kayleigh étaient les parents d'une a-do-ra-ble gamine. Pour la troisième fois consécutive, damn it.
    Date de naissance ♦ 16 Novembre 1989.
    Nom des parents ♦ Orla est la fille de Conor Smyth, anciennement marié à Kayleigh O'Dombreuill.
    Naissance des parents ♦ Kayleigh O'Dombreuill, le 21 Mars 1967 ; Conor Smyth, le 23 Novembre 1959.
    Nationalité ♦ Irlandaise, et Britannique.
    Situation familiale ♦ Ah, la famille Smyth/O'Dombreuill. C'est sans doute la famille la plus déglinguée mentalement parlant. Forcément, ça plait bien mais en parler, c'est une autre histoire. Les parents d'Orla ont divorcé il y a deux ans. Conor est resté en Irlande, avec l'ainée de ses enfants : Eileen (24 ans - looseuse à temps plein dont vous n'entendrez jamais parler). Kayleigh a décidé de prendre les voiles et est venue s'installer en Angleterre, dans la ville de pêcheurs qu'est Grimsby, en compagnie de trois de ses enfants : Molly (22 ans), Orla (20 ans) et Gavin (18 ans).
    Kayleigh, névrosée qui s'ignore, a toujours mis sa progéniture sur un piédestal, à l'exception faite d'Eileen mais ça n'a pas d'importance. Néanmoins, elle les a toujours bassiné avec ses principes chrétiens à la noix, ses mœurs à la con, ses préjugés, ses prières totalement absurdes et inutiles et tout ces dimanches matins consacrés à la messe. Sans oublier les fringues stricts et ternes qu'elle leur faisait porter. Forcément, Gavin, Orla et Molly l'envoient sur les roses... de temps en temps, mais ils s'efforcent d'être corrects avec elle.
    De toute manière, ce n'est pas Conor, leur père, qui la défendra. Il ressemble à papa ours. Il est bourru, rustre, (un peu) alcoolique sur les bords (comme tout bon irlandais qui se respecte). Pour tout vous avouer, il espérait qu'un de ses enfants reprenne le flambeau familial et devienne bûcheron. Non, ce n'est pas une blague. Il adore la chasse et, quand il n'est pas occupé à couper du bois vêtu de sa chemise rouge à carreaux, il passe tout son temps à chasser le sanglier - et à boire. Inutile de préciser qu'il dort avec son fusil - ce qui a provoqué quelques catastrophes et de lourds traumatismes.
    Année ♦ Deuxième année.

IIGrimsby University - ENTRETIEN AVEC MRS JOHNSON, PSYCHOLOGUE AGREEE, DITE « LE VAMPIRE » (Extrait)
    Johnson Pourquoi avoir choisi d’étudier à l’université de Grimsby ?
    O'Dombreuill Eh bien, pour tout vous avouer, on ne m'a pas laissé vraiment le choix. Je ne blâme personne hein, et je ne veux surtout pas passer pour la lourdingue de service mais... disons qu'il n'y a aucune autre université dans un rayon de soixante voire quatre-vingt kilomètres - vous voyez le délire ? En résumé, si je suis là, c'est par défaut. Et puis ma mère soutient à fond Finnigan dans ses projets de rénovation de la ville - elle bosse avec, c'est normal. Je crois que ça aurait plutôt fait mauvais genre si un de ses gamins avait pris la poudre d'escampette et s'était tiré faire ses études à Londres, ou un autre endroit carrément plus cool que cette ville de pêcheurs craintive - sans vouloir vous offenser Mrs Johnson. Enfin, plus officieusement, si je n'ai pas insisté des masses pour m'enfuir de Grimsby, c'est surtout parce que l'autonomie ne figure pas dans mon panel de qualités, si vous voyez ce que je veux dire.

    Johnson Quel genre de personne êtes-vous ?
    O'Dombreuill Pardon ? On ne m'avait pas dit que l'entretien comprenait une introspection, je crie au scandale ! Mouais bon. Je ne vous promets rien Mrs Johnson, vous avez aussi suivi des cours de philo au lycée, votre prof a certainement passé des heures à expliquer en long, en large et en travers pourquoi il était impossible de se connaître soi-même hein ? Qu'on soit clair, j'ai peut-être l'air de la gentille fifille niaise, mais je n'ai rien de l'Abbé Pierre. La solidarité, aider mon prochain, je connais pas. (...) Égoïste, moi ? Absolument ! Et je voulais également préciser que je n'ai aucun problème de conscience lorsqu'il s'agit de faire passer mes propres intérêts avant ceux des autres. C'est mon dada, j'aime chercher la petite bête et énerver le monde dès que j'en ai l'occasion - ça m'amuse et me fait passer le temps. Je suppose qu'en psychologie, c'est sans doute perçu comme une façon d'attirer le regard et l'attention d'autrui, histoire de prendre confiance en soi ou un baratin du même genre ? (...) Enfin ce n'était qu'une question anodine, pas la peine de me dévisager comme ça. J'en étais où ? Ah oui. Ma mère m'a toujours décrite comme sa fille la plus ouverte et spontanée. La plus bavarde aussi - un peu trop la plupart du temps. Il m'arrive d'être raisonnable - enfin, quand il le faut - et je ne touche pas à l'alcool, si vous considérez ça comme une qualité. C'est bon, vous avez assez d'éléments pour remplir votre foutu dossier d'inscription ? (...) Attendez, c'est une manière tordue de me dire que je suis vulgaire ? Non rassurez-vous, je n'ai pas de pieu au fond de mon sac. Disons que c'est une façon de me la jouer grande gueule et.. sûre d'elle.. j'imagine ? Vous vous rendez compte que ma mère me lavait la bouche avec du savon dès que j'avais le malheur de dire la moindre grossièreté ? Elle est du genre catho pratiquante, c'est pas facile tous les jours. Depuis ces épisodes traumatisants, je me sens obligée d'insulter - gentiment, rassurez-vous - chaque humanoïde qui croise mon chemin. Que ce soit mon frère, quand il écoute les Beatles à s'en briser les tympans dans sa chambre. Un looser, ce mec. Enfin, je n'ai rien contre lui, ni contre les Beatles, mais supporter Ob-La-Di, Ob-La-Da alors que ton lapin nain vient de crever, c'est rude.

    Johnson Qui est votre modèle ?
    O'Dombreuill J'imagine qu'on n'a pas le droit d'utiliser un joker, pour éviter de répondre à cette question ? Aucun de mes parents ne fait figure de modèle, si ça peut vous être utile. Ce sont deux clichés ambulants, donc prendre exemple sur un bucheron alcoolique, ou une névrosée complètement bouffée par la religion, ça n'est pas à l'ordre du jour. Je n'ai pas de "modèle" à proprement parler. Bien sûr, j'admire certains artistes mais je ne fais aucun focalisation sur eux. Je trouve ça stupide d'ailleurs, on peut très bien écouter Joy Divsion sans pour autant avoir envie de se pendre avec une corde à linge, dans sa cuisine. Ou lire quelques écrits de la Beat Generation, sans pour autant prendre la route dès que le bouquin est fini. Conclusion, aucun modèle à mon actif.

    Johnson Vous devez manger un des produits suivants pour le reste de votre vie – lequel ? (Des gâteaux ? Du fromage et des crackers ? Un bon repas mexicain ? Du sushi ? Beurre de cacahuète et confiture ?)
    O'Dombreuill C'est une question piège ? Ou vous êtes sérieuse ? Enfin, dans les deux cas, si vous tenez absolument à avoir une réponse, eh bien.. Je vais choisir le fromage et les crackers.

    Johnson Quelles ambitions nourrissez-vous ? Comment vous voyez-vous dans dix ans ?
    O'Dombreuill Ca dépend si j'arrive à me prendre en main, ou non. Disons que je ne brille pas particulièrement dans le domaine scolaire - enfin, je ne m'en donne pas les moyens - donc si je continue dans cette voie, je finirai certainement comme serveuse au Red. Ouais, c'est glauque quand on y pense. Rassurez-vous, j'ai quand même plus d'ambitions que ça. J'aimerai quitter cette ville, pour commencer, apprendre à me débrouiller toute seule et vivre au jour le jour.

    Johnson Prenez cette feuille et cette pochette de crayons et représentez votre état d'humeur du moment.
    O'Dombreuill Rock'n'roll hein ? N'y voyez rien de personnel toute fois... Enfin, interprétez ça comme vous voulez après tout. Rien à voir avec l'effet Twilight, rassurez-vous.
    Spoiler:
     


Dernière édition par Orla O'Dombreuill le Mar 20 Oct - 15:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orla O'Dombreuill

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 15/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Orla O'DOMBREUILL | ADMIN   Sam 17 Oct - 14:59

IIIBACK IN THE PAST - WHAT’S UP ?

LE COUP DU LAPIN.
La maison toute entière était plongée dans le silence le plus complet. Il était peut-être onze heures du soir, peut-être minuit passé. Tout ce qu'Orla savait, c'est qu'elle était frustrée. Frustrée de ne pas avoir eu le droit de regarder la fin du film qui passait à la télévision. La raison ? « dieu du ciel, on doit se lever tôt demain ! » avait hurlé sa mère après moulte protestations de la part de sa fille. Demain, c'était dimanche. Se lever tôt, le dimanche, c'était la bonne blague que Kayleigh Smyth (à l'époque) sortait toutes les semaines à ses pauvres enfants. Sauf qu'elle ne plaisantait pas : le dimanche matin rimait avec messe. L'horreur pour quatre gamins, qui avaient réussi à se faire virer respectivement de leurs cours de catéchisme (même Eileen, c'est dire ).
« qui est dieu ? avait demandé une vieille bique à lunettes et cheveux blancs
le soleil ! » avait répondu Orla - disons que le documentaire sur l'Egypte ancienne visionné la veille était toujours présent dans son esprit, mais ça, personne n'a voulu le croire. Grognements de l'ancêtre. Elle voulait voir les parents Smyth.

Orla était donc installée dans son lit, et il lui fallut quelques minutes avant de réaliser que, justement, c'était trop calme. Sumo, le lapin qu'on lui avait offert, à Gavin et à elle, quelques mois auparavant, vivait dans une cage, installée entre leurs deux lits - ils partageaient la même chambre. Or, ledit Sumo ne faisait aucun bruit ; étrange pour un animal aussi boulimique que lui, qui passait son temps à manger et à ronger les barreaux de son lieu de vie.
« Gavin... tu dors ? » demande Orla, à voix basse.
Pas de réponse. Ok. Doucement, elle s'extirpa des draps. Sur la pointe des pieds, elle alla allumer la lumière et là, enfer et damnation : Sumo avait disparu.

Un coup de fusil résonna dans tout le quartier au même moment. La jeune irlandaise sursauta. Pour une gamine de huit ans, c'était assez flippant. Gavin s'était réveillé et fit un bond hors du lit. Sans même échanger un mot, les deux têtes brunes dévalèrent les escaliers pour arriver dans la chambre des parents. Un funèbre spectacle s'étalait devant leurs yeux. Sumo était étendu sur le sol, raide mort.

« Qu'est-ce que vot' bestiole foutait là ? » Conor, le père (bucheron alcoolique à plein temps, rappelons-le) avait brisé le silence. Orla n'eut même pas le courage de répondre. Gavin non plus. On ne pouvait pas faire plus traumatisé. Disons que Conor avait pour habitude de dormir avec son fusil et, en entendant des bruits non-identifiés, il avait tout simplement tiré sur la pauvre bête. Les yeux rivés vers le cadavre, Orla (très sensible à l'époque) était incapable d'émettre le moindre son, et encore moins de bouger. « Bah, les gosses, voyez le bon côté des choses, vous aurez à bouffer demain midi ! Il avait posé son fusil, et se tapait sur le ventre en se bidonnant. Trop drôle. Kayleigh lui lança un regard noir, le genre de regard qui vous transforme en statue de glace.
DOUX JESUS MARIE JOSEPH ! CONOR T'ES CINGLE, c'était le lapin des enfants ! Allez vous recoucher vous deux, on ira faire une prière pour Su..mo, demain matin à l'église » fit-elle en les poussant vers les escaliers.
Et merde.
Une fois dans la chambre, toujours silencieux, Gavin et Orla prirent une nouvelle fois la direction du lit, lorgnant la cage vide. Fond musical : la douce voix de la mère Smyth, qu'on parvenait à entendre à travers le plancher.
« NON MAIS QU'EST-CE QUE J'AI FAIT POUR ÊTRE MARIÉE A UN ABRUTI COMME TOI ? Depuis le temps que je répète que dormir avec ton fusil, c'est dangereux ! DIEU DU CIEL ! On voit bien que tu n'as pas mis les pieds dans une église depuis des lustres » pleurnichait-elle « qu'est-ce que vont penser les voisins maintenant ? TU ES UN MONSTRE, HÉRÉTIQUE !
OH METS LA EN VEILLEUSE TU VEUX ? »



T'AS UN BOUT DE LAITUE ENTRE LES DENTS.
Le corps de la jeune femme fusionnait avec le réfrigérateur. Elle était littéralement engloutie dedans, la tête la première, de sorte qu'elle n'avait même pas entendu Kayleigh, sa mère, arriver derrière elle. Celle ci lui tapota l'épaule.
BAAAM.
La jeune irlandaise prit peur et en voulant se redresser, le sommet de son crâne percuta l'étage du dessus, où étaient rangés pelle-mêle, des yaourts déjà ouverts, des steak de soja, des pommes à moitié mangées et remises à leur place, des biscuits au chocolat visiblement fondus et vieux de deux ou trois semaines.

« dieu du ciel, Orla, qu'est-ce que tu fabriques ? »

Elle se retourna, stupéfaite, avec le sentiment d'avoir été prise la main dans le sac. Officiellement, on ne grignote pas entre les repas, c'était une des devises de la famille O'Dombreuill. Officieusement, les placards et le réfrigérateur se vidaient par magie.

« je... cherchais un truc à manger fit-elle en brandissant une pomme oxydée au dessus de sa tête, fière d'elle. Sa mère lui adressa un sourire avant de tirer une des chaises de la table de la cuisine. A l'évidence, elle voulait parler. Le genre de conversation entre mère et fille, qu'Orla prenait un malin plaisir à éviter. tu sais qu’une équipe de chercheurs a mis en évidence que les vertus de la pomme sont beaucoup plus étendues que l’on croyait ? Sans déconner ! Ouais. Il y a foultitude de substances anti-oxydantes. Enfin, tout ça c’est pas prouvé, moi je te conseille de continuer à manger des concombres. Là, au moins, on est sûr que c’est mauvais. Entre nous, quoi de pire que l’incertitude qui mine sournoisement toute tentative de renouveau ? Rien, tu vas me dire, si ce n’est le fait de pas savoir quel produit utiliser pour laver les vitres de la véranda. »

Sa mère, interloquée, la scrutait. Elle, croquait à pleine dents dans le fruit. Elle était surprise oui, mais à en juger par le regard rempli de reproches que lui lançait sa mère, Orla venait de la contrarier. Sans aucun doute même.
Kayleigh posa ses mains sur ses genoux et fixa quelques instants l'évier où s'entassaient casseroles, plats et ustensiles de cuisine. Grande spiritualiste dans l'âme, elle n'avait jamais vraiment la tête à faire la vaisselle. Silence dans la pièce, ou presque seuls les dents percutant la chair du fruit défendu se faisaient entendre.

« il faut qu'on parle, de ton avenir honey »


Perdu. La jeune femme était persuadée que sa génitrice allait le bassiner avec (au choix) ses résultats scolaires, sa relation conflictuelle avec sa sœur ainée, le vase antique qu'elle avait cassé à cause de Gavin, ou son manque d'assiduité en cours. Mais non, elle voulait parler de son """avenir""", c'était ridicule. Orla fronça les sourcils avant de refermer la porte du réfrigérateur.

« ouais, demain aprem » répondit-elle en tournant les talons. On était dimanche après midi, et il était tout simplement hors de question qu'elle perde son temps à l'écouter. Surtout pour l'entendre vanter les mérites de l'université de Grimsby. Le choix d'Orla était fait, de toute manière. Elle ne se sentait pas capable de prendre la route, d'aller vivre dans un dix mètres carré londonien, sous prétexte de fuir cette ville de pêcheurs. Sa mère avait pris la mauvaise habitude de lui reprocher son manque d'autonomie mais, ça crevait les yeux, elle était bien contente de pouvoir annoncer à Finnigan que ses propres enfants feraient honneur à l'université locale.

Le plus naturellement de monde, la jeune femme sortit de la cuisine, s'empressant de retourner dans le cocon que représentait sa chambre. Histoire d'y attraper son trench-coat, ses clés et quelques babioles (dont une patte de lapin, tout le monde sait que ces machins éloignent le mauvais sort).

Deux minutes et une demie-douzaine de mètres plus tard, elle était devant la chambre de son unique frère, Gavin. Elle donna plusieurs coups sur la porte, attendant que le gus (avec qui elle s'entendait très bien ceci dit) prenne la peine de se traîner en dehors de son lit. Il apparut finalement dans l'encadrement de la porte, telle une loque se remettant de son samedi soir. Normal.

« tu m'accordes l'asile politique ? demanda Orla, avant de reprendre. Enfin, à l'origine, j'allais te demander de m'accompagner au marché de poissons. Alors qu'est-ce tu en dis ? Tu veux bien me tenir compagnie en ce dimanche saint ? »


IVYOUR RELATIONSHIP WITH D.U.T.Y ?

Avez-vous des idées quand à son identité ? (est-ce que ça vous intéresse ?)
O'Dombreuill Là, maintenant, tout de suite, j'aurais bien envie de vous répondre "les deux Finnigan" mais ce serait un raisonnement totalement illogique, en fin de compte. C'est vrai quoi, à quoi bon faire la chasse aux petits bourges et aux pistonnés, s'ils en font eux-même partis ? Conclusion ? Bein, non, je ne sais pas qui se cache derrière Duty, et je le vis plutôt bien.

Pro ou contre D.U.T.Y ?
O'Dombreuill Si ça n'apparaît pas dans mon dossier scolaire, je peux être honnête. Pro-Duty, forcément. Il est cool, ce mec. Et mon frère en pense la même chose, on fait la paire.

On a des dirty little secrets à balancer ?
- Orla est tombée amoureuse, il y quelques mois, de Bret Easton Ellis et de son personnage Sean Bateman dans les Lois de l'Attraction d'où le nombre de fois où elle dit " rock'n'roll ".
- Si elle en avait la volonté, la jeune irlandaise pourrait très bien finir major de sa promo, mais disons que le domaine scolaire ne l'a jamais intéressé. Le doyen de l'université peut se mettre le doigt dans l'œil, et jusqu'au nerf optique, s'il a l'intention de la sermonner rapport à des capacités inexploitées et un quotient intellectuel légèrement (faut pas déconner non plus, n'est pas Einstein qui le veut) au dessus de la moyenne.
- Contrairement à ce qu'elle raconte, si elle n'est pas allée étudier au King's College de Londres, c'est pour la simple et bonne raison qu'elle a échoué à l'examen d'entrée.
- Les enfants Smyth/O'Dombreuill n'ont jamais manqué de rien et pourtant, Orla a développé une fâcheuse tendance à la kleptomanie, durant son enfance. Néanmoins, elle a immédiatement arrêté ce passe-temps quand sa mère, après avoir trouvé ses "trésors" chipés dans sa poche, lui a passé le savon le plus mémorable de sa vie.
- C'est très mauvaise joueuse, elle a donc décidée de passer maître dans l'art de la triche. Elle a, par exemple, appris toutes les réponses du Trivial Pursuit par cœur (et en plus, ça en met plein la vue dans les conversations).
- Sa sœur Eileen, c'est un peu la dark side de la famille. Enfant illégitime, elle est tout simplement le fruit de l'amuuuur du père d'Orla, Conor, et de sa maîtresse. Forcément, Kayleigh ne l'a jamais considéré comme sa fille et a élevé SES enfants dans cette optique. Pas difficile de comprendre pourquoi Orla n'a aucune estime de son aînée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orla O'Dombreuill

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 15/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Orla O'DOMBREUILL | ADMIN   Mar 20 Oct - 15:26

VAND YOU ?

    - Comment avez-vous découvert le forum ?
    Duty, c'est mon pote.
    - Votre age ?
    18 ans, et quelques mois.
    - Comment trouvez vous le design ?
    F.A.N.T.A.S.T.I.Q.U.E
    - Assiduité ? (combien de jours par semaine pensez vous être là ?)
    Régulièrement, mais un nombre précis, aucune idée.
    - Célébrité sur l’avatar ?
    Zooey Deschanel.
    - Personnage prédéfini ou inventé ?
    Inventé, moussaillon.
    - Something to say ?
    Écureuil, c'est ça ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Orla O'DOMBREUILL | ADMIN   Mar 20 Oct - 17:57

Bonjour chère camarade, c'est avec plaisir que je vous conduis vers la seconde pièce !
DUTY IS BACK.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.forumotion.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Orla O'DOMBREUILL | ADMIN   

Revenir en haut Aller en bas
 
Orla O'DOMBREUILL | ADMIN
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [vidéovocale] Comment devenir admin ?
» Cherche 1 Admin et 1 Modo pour new forum
» Hentaï
» épées, rondache, paire d'épées et parades?
» "SPLENDEURS D'AUTOMNE"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duty.com - The Grimsby Experience :: 

God Save The Queen

 :: Gang Of Freak :: Welcome to the game
-
Sauter vers: