Duty.com - The Grimsby Experience
Si vous êtes déjà des notres, enjoy. Sinon, bienvenue.
Vous êtes invités à créer votre personnage, et à interagir avec nous dans le flood. La partie RP reviendra bientôt.
En cas de problème, n'hésitez pas à contacter un administrateur, qui se fera une joie de vous répondre.
Have fun, with Duty 3.0
La team.

Duty.com - The Grimsby Experience

Hello Guys. I am watching you, and i want to play. Welcome to Grimsby.
 
AccueilAccueil  DUTY.COMDUTY.COM  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 you can pin up our bodies, you can't kill north london trash

Aller en bas 
AuteurMessage
Reed Pikehall

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: you can pin up our bodies, you can't kill north london trash   Sam 17 Oct - 11:47

        i'm your road to ruin

    (c) sugarfall

      Reed Pikehall
      née le 12/08/90
      Fille de Marell & Franklin Pikehall
      nés en 1965
      de nationalité Britannique

WHO ARE YOU?

    Situation Familiale : Mes parents sont divorcés, et en très mauvais termes. Ils se battent pour leur argent, alors que en fait, c'est moi qui aurait tout, dés que je les aurais tués. J'ai une soeur ainée très stupide, elle habite dans le wisconsin, aux usa, avec son beau petit mari, et ses deux pauvres enfants. J'ai largué mon copain hier, il n'aimait pas mon insolence, et je n'aimais pas sa passivité.
    Année : Deuxième année.

GRIMSBY UNIVERSITY - ENTRETIEN AVEC MRS JOHNSON, PSYCHOLOGUE AGREEE, DITE « LE VAMPIRE »

    - Pourquoi avoir choisi d’étudier à l’université de Grimsby ?
    Surement parce qu'on y étudie, et bien. Du moins, ce n'est pas pour le paysage, ou le cadre de vie, l'air de la campagne : j'ai horreur de la pêche, et mes chaussures souffrent de la boue.
    - Quel genre de personne êtes-vous ?
    J'espère qu'il n'y a pas deux personnes comme moi, et qu'ainsi on ne peut pas dire que je suis un genre. J'en suis arrivée à un degrés de prétention beaucoup trop élevé pour être égalé, et en même temps, je vois bien ce que je suis. Je vois bien que je suis canon, intelligente, que j'ai tout pour moi, et que personne ne me mérite, sur le plan amical comme sur le plan sentimental. Je regarde tous les gens de haut, et je me fous bien de ne pas être aimée : je m'aime bien assez moi-même. Si je me fais belle, c'est pour moi seule, pour ma réussite, ma carrière future. Si je veux me cultiver, avec toute la sincérité du monde, c'est pour faire quelque chose de ma vie, au point qu'un jour, le monde entier sera dépendant de moi.
    En fait, je suis assez sadique sur les bords. Ma prétention me conduit à un égocentrisme qui met tous les autres de côté, et alors, j'aime les voir souffrir, les voir échouer. Le mieux, c'est les déceptions amoureuses des autres. J'ai ri quand ma soeur a appris que son mari tout frais la trompait déjà, car je sais que MOI, on ne peut pas me tromper. Je lis dans les yeux des autres, tous leurs secrets, leur embarras, leurs mensonges. J'ai ri aussi, quand mes parents se sont séparés. J'avais alors 12 ans, et je garde un si bon souvenir de cette période : les voir s'entretuer pour une salière 18ème, pour la moquette du premier étage, les rideaux de leur chambre. Une vraie comédie humaine, mes parents. Je les regarde et j'ai pitier pour eux, parce qu'ils mourront bientôt, et ils n'auront jamais pu atteindre mon niveau d'excellence. Ils ne pourront que se réjouir d'avoir procréé, et d'avoir donné au monde une jeune femme brillante et déterminée comme moi.
    - Qui est votre modèle ?
    Je suis un modèle moi-même.
    - Vous devez manger un des produits suivants pour le reste de votre vie – lequel ? (Des gâteaux ? Du fromage et des crackers ? Un bon repas mexicain ? Du sushi ? Beurre de cacahuète et confiture ?)
    Aucun de ça. Je me détache de toute passion, la nourriture en est une.
    - Quelles ambitions nourrissez-vous ? Comment vous voyez-vous dans dix ans ?
    Je pense me lancer dans la politique, détrôner la reine, proclamer la Grande Bretagne comme régime communiste et instaurer un culte de Mao (...)
    - Prenez cette feuille et cette pochette de crayons et représentez votre état d'humeur du moment.
    C'est Hitler.
    Spoiler:
     


      YOUR RELATIONSHIP WITH D.U.T.Y ?

        - Avez-vous des idées quand à son identité?
        "Je le connais bien, tu vois, alors forcément, j'ai une idée. (...) Non, sans dec, ça peut être tout le monde. Même moi, même un prof, n'importe qui. Même le dernier des geek, t'imagines ? Soyons réalistes, à moins de tous devenir des nerd et d'apprendre à retrouver la trace du compte internet caché de Duty, on va jamais savoir qui il est."
        - Pro ou contre DUTY ?
        "Je l'aime bien. Il sait plein de choses, partage son savoir et c'est exemplaire, pour les jeunes de ma génération."
        - On a des dirty little secrets à balancer ?
        Spoiler:
         


      AND YOU?

        - Comment avez-vous découvert le forum ? par maxence
        - Votre age ? 17 ans
        - Comment trouvez vous le design ? Très cool, original, décalé.
        - Assiduité ? Tous les jours, sauf privation.
        - Célébrité sur l’avatar : Willa Holland
        - Personnage prédéfini ou inventé ? inventé, coco.
        - Something to say ? je vais réussir à finir, pas d'inquiétude.


      Spoiler:
       
    Spoiler:
     


    Dernière édition par Reed Pikehall le Sam 7 Nov - 20:21, édité 5 fois
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Reed Pikehall

    avatar

    Messages : 9
    Date d'inscription : 16/10/2009

    MessageSujet: Re: you can pin up our bodies, you can't kill north london trash   Ven 23 Oct - 20:22

          let me hear you say the words i want to hear


      Un cri persant arrive à ses oreilles. C'est le mien, bien sûr, et déjà, j'espère que je vais la rendre sourde. Qu'à force de m'entendre brailler, elle m'écoutera, et me gatera comme on ne gate pas les enfants. Mon père est auprès d'elle, pendant qu'elle souffle bruyamment, et récupère de l'effort vaginal que je viens de lui causer. Quand j'y pense, je me demande pourquoi ma mère ne m'a pas fait accoucher via une mère porteuse. Ca aurait été largement plus simple, plus propre, plus digne de sa condition. Imaginez son beau tailleur chanel taché par le sang, même qu'elle grossirait et qu'elle ne rentrerait de toute façon plus dedans. La pauvre, la pauvre, que d'indignation dans le fait d'avoir des enfants.
      Sauf quand l'une d'entre eux est parfaite, bien sûr.

      Mais rassurez vous, ma jolie mère a vite perdu ses kilos.
      Ma vie a été très paisible jusqu'à mes 12 ans. J'avais des amoureux, des bonnes notes, une soeur infiniment jalouse et des parents aimants. c'était un peu trop calme à mon goùt, rien n'allait assez vite. Je me voyais déjà Reine d'Angleterre, riche, et copine de Lady Di (on m'avait soigneusement caché sa mort, mon père avait peur que l'évènement ne constitue un trop gros choc), jusqu'à ce que ma vilaine soeur, Romy, me prenne à part.

      "Ma petite, tu sais, pour devenir reine d'angleterre, il faut être de la famille royale."
      "Tu es jalouse, c'est pour ça que tu dis ça."
      "Et Lady Di est morte dans un accident de voiture il y a 5 ans, tu sais."
      "C'est faux."
      "D'ailleurs, le Prince Harry est bien trop vieux pour toi."

      Le monde s'est effondré sur moi, et heureusement, ce fut bien la seule fois, dans toute ma courte vie. Alors, a survenu le divorce de mes parents. C'était prévu, depuis le début même de leur histoire, parce qu'il n'avait jamais été question d'amour, ou alors, il devait être vraiment infime, et s'était évaporé peu de temps après leur mariage. Pour l'histoire, je préfère dire que mes parents ont un jour eu l'idée de se marier, de mettre leurs biens et leur argent en commun, de faire des filles, et de léguer leur fortune à l'une d'entre elle. Ils se sont bien entendus, n'ont fait l'amour que lorsque ça s'imposait, et quand ils nous ont jugées assez grandes, ma soeur et moi, pour supporter la nouvelle de leur séparation, ils ont commencé à se jeter des assiettes à la figure. Les assiettes ont volé, mais tout le reste aussi : les chaises, les verres, la télé, leurs fringues. Un jour, ma mère a balancé une valise par la fenêtre, dans laquelle se trouvaient tous les beaux costumes de mon père. Il a tiré une sale tête, et il est parti. Il a dû grogner, l'air de dire "Tu n'as pas fini d'entendre parler de moi", il a mis la valise dans le coffre de sa Ford Mustang Shelby.
      Enfin, s'il ne l'a peut être pas dis, ca ne veut pas dire pour autant que ce n'était pas ce qui allait se passer. Et pour cause, on a pas pu l'oublier vu qu'il a cherché des noises à ma mère et que ma mère a fait de même. Ils se sont crachés dessus, se sont engueulés devant leur pauvres filles impuissantes, nous ont même trainées au tribunal, histoire de bien nous dégouter du mariage, de la juridiction, des maris, de l'argent, de l'hypocrisie, et tout ce genre de choses. Ca m'a endurci, et ça a fait de moi ce que je suis maintenant. J'ai habité chez ma mère, pendant et après le divorce, et j'ai eu le droit de lui prendre ses chaussures à talons, bien qu'elles soient largement trop grandes. J'ai mis ses jupes, ses tailleurs, ses manteaux en fourrure, prétextant à un profond mal être, dû au divorce. J'avais tout très bien vécu, mais "faire semblant" était le meilleur moyen pour obtenir ce que je voulais. Et j'étais plutôt douée, je dois dire. J'aurais pu être actrice, en fait. Une actrice talentueuse, et j'aurais fini riche, ceci sans le moindre effort. Sauf que ce serait trop facile, you see, et indigne de ma condition.

          it never starts with "yes, i do"


      "Oui, je le veux"

      Les mots résonnent. Je suis au premier rang, dans cette église de Madison, pourrie jusqu'aux fondations, et dont les chaises s'écroulent les unes après les autres. Ma soeur sourit et son nouveau mari lui met sa jolie alliance au doigt. Romy porte une robe blanche, énorme, bouffante, carrément meringue. Je me demande comment elle l'a payée, parce qu'elle n'a pas un sous, et que Nate, son mec, n'en a pas non plus. Aujourd'hui, ca ne m'ettonerait même pas qu'elle l'ai volé, et de toute manière, cette robe ne lui allait pas du tout. Elle marchait dessus, quand elle a parcouru l'allée au centre de l'église, et Nate était d'ailleurs plus petit qu'elle. Je crois qu'à ce moment là déjà, elle était enceinte, et que son mariage avait été précipité par cette "heureuse nouvelle", qui aurait été une disgrâce pour notre famille. Une de plus, disons.
      A la sortie de l'église, j'ai rejoins ma soeur et c'est moi qui ai attrapé son bouquet. Je ne me suis malheureusement pas mariée dans l'année, je n'avais que 15 ans, et le mariage était très très mal placé dans la liste de mes priorités. Ladislas, le frère de Nate, était très mignon, d'un an mon ainé, mais il s'est avéré que c'était un plouc. Mais je ne le savais pas encore à ce moment-là, alors après avoir vaguement félicité les jeunes mariés, je suis allée le voir, et nous sommes allés nous asseoir à l'ombre d'un arbre. Il était en salopette et connaissait tout le monde ; moi j'arborais une robe spécialement achetée pour l'occasion, bleue, un peu bouffante, et pailletée sur les bretelles, avec des talons hauts pris à ma soeur, et mes bijoux des grandes occasions. Ma soeur n'avait invité personne, si ce n'est le cercle familiale, il n'y avait donc que des amis de Nate. Tous des fermiers, des emplyés de banque, des instituteurs. Des campagnards, pour résumer. Mes parents sont vite partis, chacun de leur côté, me laissant aux mains du beau Ladislas apparemment responsable dans sa salopette en jeans. Mais apparemment seulement.

      "Viens, on se marie."
      "D'accord, mais j'ai mes règles, trouve moi du tylenol."
      "Tes quoi ?"
      "Mes laisse-tomber-petit."

      Il y a eu un silence et il s'est levé. Il m'a tendu la main pour que je le suive, et nous sommes retournés dans l'eglise. Là, le prêtre nous a mariés, avec une cérémonie à la va-vite, sans personne pour nous voir nous unir. Ma soeur et Nate étaient partis pour la salle des fêtes dans laquelle devait se poursuivre la fête, et les invités commencaient à les rejoindre. On ne s'est pas embrassés, on n'a pas échangé nos alliances, et on n'est pas allés officaliser l'évènement à la mairie. "Ils diraient non, tu es trop jeune."
      Ah, parce que c'était ma faute, en plus.
      J'étais vexée, outrée, mais j'avais mon petit mari qui me tenait par le bras, moi aussi, et il était carrément plus sexy que Nate. Romy allait jalouser, ou alors m'engueuler, parce qu'on ne se marie pas à 15 ans, inconsciente ! Nous sommes partis pour la salle des fêtes où se déroulait la suite de l'évenement, main dans la main, souriants. L'illusion m'a rarement frappée, sauf ce jour là. J'étais trop heureuse pour me dire qu'il fallait revenir sur terre, divorcer de suite avant de tomber enceinte et de devenir mère-enfant. J'aurais dû y penser, pourtant.

      Arrivés là bas, tout le monde dansait. Les plus vieux étaient déjà partis, peut être jouer au bridge, ou alors faire leur sieste. Les gens commencaient à boire, et enfin, on sortait du mariage catho-coincé auquel je pensais assister. Je n'ai vu ni Romy ni Nate, j'ai déduis qu'ils étaient partis consommer leur mariage dans les toilettes, ou dans leur voiture - niveau confort, ça se vaut.
      Il ne me restait donc que Ladislas, comme je ne connaissais absolument personne, et quand je me suis tournée vers lui pour lui demander de m'emmener danser, il avait disparu. Je l'ai trouvé un peu plus tard parlant à plusieurs jeunes femmes à l'air bien sot, et je me suis approché, espérant qu'il nous présente. Mais rien. M'a-t-il seulement vue, calculée ? Il m'a écartée du groupe, niant tout lien avec moi.
      Mais tu ne fais pas ça à Reed Pikehall, petit. Tu ne PEUX PAS.
      Parce que maintenant encore, petit crétin, j'ai ton nom, ton adresse, et un mafieux à mon service devant ta porte qui n'attend que de te tuer. On ne sait pas de quoi Reed Pikehall est capable, et pourtant, il faudrait.



    Dernière édition par Reed Pikehall le Sam 7 Nov - 20:25, édité 7 fois
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Duty

    avatar

    Messages : 253
    Date d'inscription : 16/12/2007

    MessageSujet: Re: you can pin up our bodies, you can't kill north london trash   Mer 28 Oct - 22:38

    Jolie Baby, plus qu'une seule ligne droite et ensuite tu pourras jouer avec moi..

    _________________
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Reed Pikehall

    avatar

    Messages : 9
    Date d'inscription : 16/10/2009

    MessageSujet: Re: you can pin up our bodies, you can't kill north london trash   Ven 30 Oct - 0:23

    Ca vient, ca vient.
    je suis en vacances en ce moment, et dans la totale impossibilité de rédiger un RP. je continuerai mardi prochain, ma fiche est ridicule
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Jade Malone
    Admin Nosey | 'La Fouine'
    avatar

    Messages : 518
    Date d'inscription : 14/12/2007

    Votre Dossier
    Scolarité:

    MessageSujet: Re: you can pin up our bodies, you can't kill north london trash   Ven 30 Oct - 14:48

    Ca marche Reed, concocte nous un jolie rp plein de choses croustillantes à se mettre sous la dent !
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://duty.forumotion.com
    Reed Pikehall

    avatar

    Messages : 9
    Date d'inscription : 16/10/2009

    MessageSujet: Re: you can pin up our bodies, you can't kill north london trash   Sam 7 Nov - 13:42

    je finis aujourd'hui, promis I love you
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Reed Pikehall

    avatar

    Messages : 9
    Date d'inscription : 16/10/2009

    MessageSujet: Re: you can pin up our bodies, you can't kill north london trash   Sam 7 Nov - 20:24

    J'ai terminé. J'aurais aimé rajouter un épisode, mais je n'ai pas du tout le temps de le faire d'ici demain, donc je laisse comme ça :)
    j'espère que c'est bon. bonne lecture bounce
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Dorian Finnigan
    Admin - ? - || Fils de Maire
    avatar

    Messages : 625
    Date d'inscription : 14/12/2007
    Age : 30
    Localisation : Grimsby

    Votre Dossier
    Scolarité:

    MessageSujet: Re: you can pin up our bodies, you can't kill north london trash   Dim 8 Nov - 18:37

    Hélas... C'est néanmoins une excellente fiche, j'ai hate de te lire en RP.
    Bienvenue parmi nous, tu es bien entendue VALIDEE

    _________________
    ...
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Contenu sponsorisé




    MessageSujet: Re: you can pin up our bodies, you can't kill north london trash   

    Revenir en haut Aller en bas
     
    you can pin up our bodies, you can't kill north london trash
    Revenir en haut 
    Page 1 sur 1
     Sujets similaires
    -
    » Love is composed of a single soul inhabiting two bodies [Erevu]
    » JASHA & TYBALT ? friendship is one mind in two bodies
    » (hot scene) The passion has took up our bodies. - Maxwell & Rosario
    » Love's like a brick you can build a house or sink dead bodies ? Swain & Silk
    » These, our bodies, possessed by light... [Klem]

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Duty.com - The Grimsby Experience :: 

    God Save The Queen

     :: Gang Of Freak :: Welcome to the game
    -
    Sauter vers: