Duty.com - The Grimsby Experience
Si vous êtes déjà des notres, enjoy. Sinon, bienvenue.
Vous êtes invités à créer votre personnage, et à interagir avec nous dans le flood. La partie RP reviendra bientôt.
En cas de problème, n'hésitez pas à contacter un administrateur, qui se fera une joie de vous répondre.
Have fun, with Duty 3.0
La team.

Duty.com - The Grimsby Experience

Hello Guys. I am watching you, and i want to play. Welcome to Grimsby.
 
AccueilAccueil  DUTY.COMDUTY.COM  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dans le doute, allons y quand même - Cillian

Aller en bas 
AuteurMessage
Cillian Newton

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 01/02/2012

MessageSujet: Dans le doute, allons y quand même - Cillian   Mer 1 Fév - 3:21


WHO ARE YOU?

    Nom : Newton
    Prénom(s) : Cillian, Vincent
    Date de naissance (JJ/MM/AA) : 27/05/1990
    parents : Dorothée Brieur-Martin, qui n’a jamais dépassé la quarantaine et Maxence Newton, le père « Vieux » qui a été à la chasse à la française après un premier mariage.
    Nationalité : Franco-britannique
    Situation Familiale : Célibataire
    Année : 2eme année

GRIMSBY UNIVERSITY - ENTRETIEN AVEC MRS JOHNSON, PSYCHOLOGUE AGREEE, DITE « LE VAMPIRE »
(Extrait)


    - Pourquoi avoir choisi d’étudier à l’université de Grimsby ? : La question serait plutôt : COMMENT, après avoir étudié les dossiers de toutes les grandes universités du royaume uni, je me suis retrouvé dans cette ville paumée ! Cillian croisa les jambes, posa ses mains fines à plat sur le bureau et plongea ses yeux dans ceux de la conseillère Et bien, voyez vous mademoiselle – je vois que vous ne portez pas d’alliance – c’est tout simplement parce qu’aucune d’entre elle n’aurait eu la décence de supporter mon potentiel génie. Oui, je suis un génie. Un reporter de génie. Je me suis donc dit que je ne pouvais pas commencer mon existence, ma vie d’adulte, dans une grande ville. J’avais besoin que le nom de Cillian V. Newton soit reconnu comme une institution issue d’un petit milieu ! Et quoi de mieux qu’une ville de pêcheurs pour faire de moi l’écrivain martyr des temps modernes ? On dira plus tard de moi : il a vécu.
    - Quel genre de personne êtes-vous ? Moi ? Parlez moi plutôt de vous ! C’est un beau chien que vous avez là ! Il désigna le portrait de fox-terrier qui trônait sur le bureau. Je suis quelqu’un de sympathique. J’aime bien les animaux. J’avais un animal aussi, un crocodile nain, lorsque j’habitais en Afrique, avec mes parents. Mais il a grandit très vite, alors on l’a donné. Aujourd’hui, je n’ai plus que Brutus. Vous voulez voir Brutus ? Il sort un hamster de la poche de sa chemise : C’est lui. Très sympa le Brutus. Jamais un mot de trop. Oh, vous voulez que je le range ? Ok, ok… Donc, oui, j’aime les animaux. C’est pas une obsession, ni rien. Juste qu’on a un feeling particulier eux et moi. Si j’avais pas été une bille en sciences, j’aurais sans doute été vétérinaire, histoire d’en voir tous les jours. D’ailleurs, en parlant de sciences, vous aimez le cinéma ? Moi j’adore. Enfin, surtout les documentaires historiques. Et le cinéma français. Godard, bien sûr. Ça doit venir de mes origines. Ma mère est française, si vous voulez le savoir. Oh… Mais c’est que le temps passe ! J’ai tendance à trop blabater, parfois. C’est quand je suis nerveux. Enfin, vous ne me rendez pas nerveux, hein. Mais on a pas tous les jours la chance d’être face à une créature si captivante que vous… Et encore, vous avez de la chance, parce que j’aurais pu tout aussi bien ne rien trouver à vous dire. Parfois, je sombre dans un mutisme sans nom, avec certaines personnes. C’est étonnant. Enfin, bref, vous disiez ?

    - Qui est votre modèle ?
    Peter Parker : Petit écrivaillon le jour, super héros la nuit.


    - Parlez-nous d'un objet dont vous ne séparez jamais ? Quelque chose d'indispensable à votre équilibre...
    Mon skate. Oui, je fais du skate. C’est bien pratique, vous savez. Alors c’est clair qu’à Grimsby, par temps de pluie, avec les routes défoncées, c’est pas toujours la joie. Sinon, j’ai un harmonica qu’un ami m’a donné il y a quelques années. Il était à la maison de retraite de Glasgow et j’allais lui rendre visite tous les après midi après l’école. Il m’a apprit à en jouer. Mais après, nous avons encore déménagé. Sinon, j’ai toujours mon stylo et un bloc notes, histoire de noter des idées, des histoires entendues au détour d’un couloir… Mais vous connaissez tout ça, hein ?

    - Quelles ambitions nourrissez-vous ? Comment vous voyez-vous dans dix ans ?
    Animateur radio ? Journaliste au New York Times ? Au milieu d’une guerre à couvrir le sujet?
    - Prenez cette feuille et cette pochette de crayons et représentez votre état d'humeur du moment.
    Spoiler:
     


    On a fini? Ah merci. Ai fait, la photo est MONSTRUEUSE. J'avais même pas la bouche fermée. J'ai le droit d'en refaire une? Non? Vous allez vraiment mettre ça? N'avez vous donc aucune pitié? Hein? Hein? Alleeez ??

      BACK IN THE PAST - WHAT’S UP?

      (20 lignes minimum, racontez l’histoire de votre personnage)

      YOUR RELATIONSHIP WITH D.U.T.Y ?

        - Avez-vous des idées quant à son identité? (est-ce que ça vous intéresse?)
        - Pro ou contre DUTY? Pour, bien sûr. Ils sont sur le même terrain après tout : la recherche
        - On a des dirty little secrets à balancer?
        1) Comme vous avez pu le remarquer, notre garçon a un flot de paroles quelque peu illimité. Et bien, figurez vous que lorsqu'il est méga stressé ou simplement sous le coup d'une forte émotion, il est victime d'aphasie : il ne peut tout simplement pas prononcer un mot jusqu'à ce que son émotion/stress disparaisse. Dans ses cas là, il prend tout bonnement la poudre d'escampette.
        2) Son Hamster, Brutus, est une célébrité : il a gagné une émission de téléréalité.
        3) Il a un business : il passe vos examens en échange de quelques livres. Et a toute une série d'accessoires qui peuvent le rendre méconnaissable.
        4) Il n'a jamais pris de drogue.



      AND YOU?

        - Comment avez-vous découvert le forum? Voyons…
        - Votre age? 21 for ever
        - Comment trouvez vous le design? Merveilleux, notamment les lettres d’or
        - Assiduité? (combien de jours par semaine pensez vous être là?) Tous les jours. RP principalement soirs et week ends
        - Célébrité sur l’avatar : Joseph Gordon Lewitt (ou Levitt je ne sais)
        - Personnage prédéfini ou inventé? Inventé
        - Something to say? I have nothing to declare exept my genius
        - L'animateur débile que vous entendez tous les soirs sur la radio pirate, c'est lui.



    [list][*]
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Cillian Newton

    avatar

    Messages : 7
    Date d'inscription : 01/02/2012

    MessageSujet: Re: Dans le doute, allons y quand même - Cillian   Mer 1 Fév - 18:04

    What's Your Story, Mate?

    « J’ai toujours eu une tête de bébé.Genre l’air d’avoir 12 ans. J’ai 21 ans, et j’ai l’air d’avoir 12 ans. C’est affligeant, sérieusement. Une tête de BEBE. Non, mais vous n’imaginez pas le drame que c’est d’avoir CETTE TETE à MON âge. Alors, ok, un proverbe français dit que ‘Jeunesse et bon sens ne peuvent aller ensemble’ et que je n’ai le bon sens d’apprécier l’absence du moindre poil sous mon nez juvénile, ce qui est, en effet, fort frustrant puisque je suis à une époque de ma vie ou je n’aspire à rien d’autre qu’à montrer que je suis un homme. D’autant que mon pauvre père, à l’hôpital depuis quatre mois maintenant, compte sur moi pour assurer la surveillance dans ma famille si nombreuse. Et si je ne peux même pas faire des courses sans qu’on me demande de présenter une pièce d’identité, comment pourrais-je amener le travail qui permettra de nourrir ma famille ? »

    La caissière hocha la tête, confuse. Le doute, puis la compassion s’étaient succédé sur son visage porcin. Après encore quelques secondes de réflexion, elle fit passer les trois canettes de bière au biper.

    Cillian lui fit un sourire ravi et se précipita vers la sortie.

    « C’est bon,, je les ai. Je vous avais dit que j’y arriverais. Par ici la monnaie ! »

    Du haut de ses 15 ans, l’adolescent boutonneux tendit la main aux deux blondinets du même âge qui lui avaient fait confiance pour ramener ce qui allait mettre du piment à leur soirée. Il glissa rapidement le billet de dix sans sa poche.

    « Comme quoi, les conneries que tu sors peuvent être parfois utiles, Newton ! Allez, viens avec nous, on va fêter ça ! »

    Alors oui, il avait la langue bien pendue, mais il avait trouvé un moyen de s’en servir utilement. Un adepte des trafics de petite zone, afin de gonfler un peu son argent de poche.

    « Non, non les mecs c’est bon, merci ! »

    La vérité, c’est qu’en dépit du fait qu’il était à l’âge ou on fait le plein d’expériences, Cillian ne s’intéressait pas à l’alcool. Il ne comprenait pas le concept de perdre tout contrôle de son lui, qu’il trouvait génial, et de faire des choses débiles, comme grimper sur un arbre pour impressionner les filles, puis chuter bêtement en se cassant la jambe.
    Mais c’était son avis.

    Il avait attrapé son skate board et était rentré chez lui.
    Avait traversé la cuisine rouge, puis le salon violet, pour traverser un couloir vert pomme et atterrir dans sa chambre d’un gris anthracite, meublée sommairement, sans décoration particulière si ce n’était une bibliothèque gorgée de livres et un ordinateur énorme planté sur un bureau, au milieu de la pièce.

    En raison du nombre indéfinissable de déménagements qu’il avait fait tout au long de sa vie, il avait perdu l’habitude d’entasser. Il ne s’attachait absolument pas aux objets, contrairement à sa génitrice qui adorait redécorer chaque maison selon le thème qu’elle avait choisi.
    Habitué à vivre aux quatre coins du monde en raison de l’incapacité de ces parents à rester plus de six mois quelque part, Cillian avait développé une tendance au babillage relativement important, histoire de se faire des amis partout.



    De nombreuses hypothèses le hantent depuis son enfance sur les raisons de ces déménagements consécutifs : Ses parents font peut-être partie d’une quelconque mafia, ou sont des témoins sur surveillance, ou ils l’ont kidnappé à une brave femme et fuient tous deux Interpol depuis tout ce temps. L’imagination fertile de notre petit brun l’avait poussé à questionner ses géniteurs qui trouvaient, selon lui, toujours une raison pour ne pas lui répondre.
    Combien de bloc notes avait-il remplis d’élaborations sinueuses sur le passé potentiel de ses parents ! D’autant que, contrairement au milliard de personnes qu’il avait croisées dans sa courte vie, lui ne disposait d’autre famille que son père et sa mère.
    Pas de grands parents. Pas d’oncles ni de tantes. Encore moins de cousins, bien entendu. Personne, selon eux, n’était issus de la branche Newton / Brieur Martin.
    Il ne les en aimait pas moins, cependant. N’étant pas un fils ingrat, il leur avait toujours été reconnaissant de l’univers dans lequel ils l’avaient fait grandir. A ses yeux, ils étaient ses confidents, ses meilleurs amis et surtout, les seuls éléments de son univers qui ne changeaient pas périodiquement. Sa mère, française, lui avait transmis les valeurs de sa langue maternelle et avait développé son goût pour le cinéma d’époque. Son père, anthropologue de son état, étudiait tous les types d’êtres humains possibles et imaginables. Et il avait besoin de les étudier EN VRAI. D’où les déménagements.

    Normal, au final, que lui, Cillian Vincent Newton, avait sombré dans l’obsession des animaux. Son plus grand regret, au final, fut de ne jamais en avoir un vraiment à lui.


    Et maintenant que vous savez tout, passons aux choses sérieuses.
    Comment notre petit globe trotteur est-il arrivé à Grimsby ? C’est simple. Aussi simple que d’écrire Kouala loumpour. Kualalumpur. Qualalumpour. Enfin, vous avez compris l’idée. Kuala Lumpur. Voilà.
    Non, en réalité, c’est parti d’une idée. Cillian savait qu’il voulait devenir journaliste. Un tel flot de paroles, incessant, devait bien être exploité. Mais il ne savait pas ou il voulait commencer à l’être. Un endroit nouveau, déjà. Et pas très grand. Il n’a jamais aimé les grandes villes, trop impersonnelles, ou la chance de croiser deux fois quelqu’un est quasi impossible. Et puis, il voulait se créer des liens. Des liens qui perdurent. Un coté sentimental ? Non, pas vraiment. Juste qu’il n’a jamais, comme on l’a dit plus tôt, eu d’amis plus de six mois. Son forfait a toujours été les Connaissances à durée déterminée. La majorité venant avec la fin du lycée, il y a vu une opportunité de se poser. Avoir un appartement crasseux qui prend la poussière, blindé de choses qu’il retrouvera dans dix ans. Des gens qu’il recroisera encore quelques années plus tard, au détour d’un rue. Ok, ok, il a la bougeotte dans le sang. Pas de sa faute, hein. Mais il veut bien essayer. Du coup, l’idée, c’était de choisir un pays au hasard, sur la carte. Puis une zone, puis une ville. C’est tombé sur Grimsby.
    Atterrir dans une fac qui n’a jamais encore servi, ça l’a rendu heureux. Il parle cinq langues couramment, il balbutie, en plus, dans quelques dialectes locaux. Et a un dossier scolaire en béton qui lui a permis de réussir les entretiens. « Pourquoi avez-vous choisi l’université de Grimsby ? » Parce que c’est une ville minuscule. En plus, en quelques mois, il a déjà élaboré des dossiers sur 54% des gens du coin. Il connait donc l’ambiance et s’y est fondu avec aisance.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Jade Malone
    Admin Nosey | 'La Fouine'
    avatar

    Messages : 518
    Date d'inscription : 14/12/2007

    Votre Dossier
    Scolarité:

    MessageSujet: Re: Dans le doute, allons y quand même - Cillian   Jeu 2 Fév - 1:57

    Parfait cher Cillian. Bienvenue à Grimsby
    Validé
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
    Contenu sponsorisé




    MessageSujet: Re: Dans le doute, allons y quand même - Cillian   

    Revenir en haut Aller en bas
     
    Dans le doute, allons y quand même - Cillian
    Revenir en haut 
    Page 1 sur 1
     Sujets similaires
    -
    » Quand mes yeux se sont posés sur toi - Pv Zahya
    » (f) c'était juste un plan fesses dans les vestiaires du gymnase quand on avait dix-sept ans au départ. Ca a changé nos vies...
    » c'est fréquent à New-York d'accoster les gens dans le doute de reconnaitre quelqu'un.
    » 01.01/29.L.Old School - Arrivée dans le doute...
    » Débutant et j'ai besoin d'éclaircissement :(

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Duty.com - The Grimsby Experience :: 

    God Save The Queen

     :: Gang Of Freak :: Welcome to the game
    -
    Sauter vers: