Duty.com - The Grimsby Experience
Si vous êtes déjà des notres, enjoy. Sinon, bienvenue.
Vous êtes invités à créer votre personnage, et à interagir avec nous dans le flood. La partie RP reviendra bientôt.
En cas de problème, n'hésitez pas à contacter un administrateur, qui se fera une joie de vous répondre.
Have fun, with Duty 3.0
La team.

Duty.com - The Grimsby Experience

Hello Guys. I am watching you, and i want to play. Welcome to Grimsby.
 
AccueilAccueil  DUTY.COMDUTY.COM  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ballet mécanique | Liliany|

Aller en bas 
AuteurMessage
Doris Milano



Messages : 28
Date d'inscription : 08/12/2008
Age : 29

MessageSujet: Ballet mécanique | Liliany|   Ven 26 Déc - 3:37

Day, 2.
7.45 p.m
Épreuve Cinématographique
« Il n'y a jamais eu de journée, que t'as eu envie de recommencer ? »

Tenez ramenez-vous un peu par là. Vous la voyez cette fille là bas ? Celle à la frange parfaitement symétrique qui s'essuie proprement la bouche avec sa serviette de table ? Elle semble rêveuse et ne parle à personne. Maintenant elle se lève, sa chevelure noire de jais est revêtue d'une coiffe assez étrange et on peut constater qu'elle porte des collants blanc sur lesquels sont ajustés une paire de socquettes de la même couleur à petit pois si ce n'est. Enfin, sur ses fines cuisses tombe une petite robe noir a frou-frou aux inspirations lolita goth' des 60's...
Laissez-moi vous présenter Doris Milano, mais peut-être la connaissez-vous déjà ? En même temps vu ses freings et son look déjantés, on vous accorde que c'est assez difficile de ne pas la repérer au milieu de la petite horde de princesses épidermiques dont est composée en majeur partie la « ô combien grandiloquente » confrérie des Lys de Cambridge. Il vous suffit d'y regarder de plus près, cette fille là est à mille lieu de la norme en vigueur dans cette pièce. C'est a dire que sincèrement même ce garçon ici, Somerled, a l'air nettement plus à sa place chez les Amaryllis qu'elle.
Bien que ne comprenant pas trop ce qui les a motivés à accepter Doris, j'ai pour ma part développé la théorie suivante. A défaut d'avoir les qualités requises, pour justifier sa présence chez ces fleurs, il suffit simplement d'être l'homosexuel en plein coming-out du coin ou bien la progéniture d'une TRES importante personnalité du sol Britannique. Enfin excusez mon impolitesse, nous ne sommes pas là pour parler de l'ascendance de Doris je suppose. D'ailleurs rendez-vous compte, le temps qu'on parle cette chipie a déjà eu le temps de filer discrètement du dîner. Et ce sans que personne ne s'en rende compte.
Ah, Doris...
En fait ce qui ne tournait pas rond aujourd'hui chez Doris (plus que d'habitude quoi), ce n'était pas tant le fait qu'on soit aujourd'hui car après tout, quel mal il y avait-il à être la veille de demain et le lendemain d'hier ? Aucun, si ce n'était le fait justement que nous étions aujourd'hui ! Soi aujourd'hui, ni hier, ni demain... Pour explication, dans moins d'une heure, face a vous sur cet écran géant sera projeté deux des films qu'elle avait réalisé. Si ce n'était que cela, aucun problème vous dirait-elle. Sauf que voilà, rien n'aller comme il fallait.
A vrai dire, elle n'en avait que faire que ses films soient livrés à la critique acerbe d'un jury sans doute incompétent en matière d'art premier - Oui, parfaitement Doris était ce genre d'artiste fou qui utilisait de grand mots parfaitement abstrait afin de qualifier son travail parfaitement... Abstrait en fait... – . Si elle s'était esquivée du repas ce n'était pas par trac ou autre considération du genre , elle n'en était pas à sa première compétition. Le cinéma c'était sa vie, elle faisait ça aussi bien qu'elle savait manger ou parler.. Ou peut-être pas, car en fait maintenant qu'on y pense c'est vrai vrai que Doris mange aussi peu qu'elle ne parle. Elle se contente dans les deux cas du stricte minimum alors que dans le cas du cinéma, c'était carrément l'inverse, elle se surmenait à la tâche avec un perfectionnisme qui en devenait parfois maladif. Je ne sais pas si vous avez déjà eu l'occasion de la voir travailler mais c'était quelque chose d'assez effrayant. On concède toutefois qu'en général ce débordement d'énergie payait bien. Doris faisait toujours des trucs monumentaux. Alors vous vous doutez bien en sachant cela qu'une fille aussi perfectionniste qu'elle ne pouvait pas laisser passé la moindre faille...
L'italienne venait d'arriver d'un pas léger au bas des marches menant à la fausse de l'opéra, comme prévu celui-ci était vide. Elle avait prise soin de tendre l'oreille afin de pouvoir identifier une quelconque présence, mais il n'y avait rien hormis le doux son d'un silence plein de merveille. Ah, le silence et Doris... Une grande histoire d'amour. Sans attendre, la jeune fille se hissa sur l'estrade et fila rapidement derrière l'épais rideau rouge, s'engouffrant ainsi dans les coulisses. Elle paraissait pressée et n'avait de cesse de fixer la montre en forme de citron vert vissée à son poignée. L'épreuve aller commencé dans un peu plus d'une heure. Elles avaient un quart d'heure devant elles avant l'arrivée de l'équipe qui s'occupait de la technique. C'était relativement court, mais jouable...
A ce moment là, un grincement résonna derrière-elle, lorsqu'elle se retourna Doris dirigea ses grands yeux bleu sur le sol, une petite trappe sous la scène s'était ouverte. Ni sursaut, ni expression de surprise. Au contraire c'était tout comme cette manifestation soudaine était des plus normale.. D adressa un large sourire à la nouvelle venue, ainsi que quelques mots qui allaient pour ainsi dire tous à l'essentiel.
« T'as fais drôlement vite. T'es parvenue à avoir ce qu'il nous faut ?»
Elle tendit sa main à la petite blonde afin de l'aider à monter à ses côtés.
On vous l'accordes, c'était impossible de déchiffrer cette conversation, si on ne savait pas déjà de quoi elle parlait, mais Liliany le savait alors pourquoi ciel s'étendre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nola Dakins
♥Canna Have a Hug♥
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 01/05/2008
Localisation : Somewhere in Wonderland

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Ballet mécanique | Liliany|   Ven 2 Jan - 21:02

[désolée d'avoir été longue]

Une devinette pour vous: Qu'est-ce qui est petit, porte une casquette et des lunettes de soleil en plein hivers et qui rase les murs en transportant un gros sac de sport ? Tic tac tic tac ... Une Liliany incognito. Bon incognito, faut le dire vite parce que avouez que c'est quand même louche quelqu'un qui déambule dans cet attirail comme si elle avait la mafia chinoise aux trousses. Sa petite taille et sa chevelure blonde la grillaient d'avance. D'autant plus que plus personne ne porte ce genre de bracelet à perles multicolores depuis la primaire -mais cadeaux de Bhö oblige, la petite amoureuse y avait vu la matérialisation de leur amour naissant. C'est très limité mais on parle de Liliany alors ça devrait le faire. Bon, vous commencez à la connaître notre Liliany. Sincère, bien élevée, un peu gauche mais adorable, une bonne fréquentation qui ne vous enverra jamais vous faire voir peu importe votre comportement à son égard. Pas du genre non plus à se retrouver dans des histoires suspectes ou quoi. Alors, bordel, quelqu'un peut me dire ce qu'elle fait à jouer les j'ai-un-truc-a-me-reprocher ? Non, Liliany laisse ça aux types qui aiment les situations périlleuses, les gars genre Walton, Joplin... et autres poisseux qui s'attirent toujours des emmerdes. Ils sont doués pour s'en défaire -question d'habitude peut-être- mais pas toi. Bref, pour connaître les plans de Liliany il était simple de la prendre en filature car si elle passe inaperçu la plus part du temps, il lui suffit de vouloir être discrète pour ne plus l'être du tout. Direction l'auditorium où les sneackers de Liliany nous emmenaient. Alors qu'elle arrivait à hauteur de l'entrée, elle aperçu derrière ses lunettes fumées, les techniciens en avance. Merdouille. Elle se plaqua au mur en retenant sa respiration pour ne pas se faire entendre... ridicule. Ingénieuse toutefois, elle passa par les coulisses. L'entrée des artistes et se faufila sous la scène pour plus de discrétion après s'être vautrée bruyamment dans les câbles. Un miracle que personne ne l'ai entendu. Elle poussa la petite trappes et passa prudemment sa tête à la surface des planches en relevant ses lunettes pour y voir plus clair.
Soupire de soulagement. Doris était là. Elle passa le sac et sortie avec l'aide de sa complice.
T'as le fric ? J'ai la coke. Et non, pas de découverte glauque sur un trafic de drogue ou notre innocente petite écossaise serait mêlée.

« T'as fais drôlement vite. T'es parvenue à avoir ce qu'il nous faut ?»

Elle secoua sa tête blonde en tirant le sac vers elle. D'un geste rapide elle l'ouvrit et présenta le contenu à Doris sans fierté.

Je me suis glissée dans la chambre de Jamie pendant son absence. Je ne suis pas fière de moi mais dès que tout ça est finit, je lui rendrais tout et avec un peu de chance il ne s'en rendra même pas compte. Je ne sais pas si ça peut nous servir mais c'est tout ce que j'ai trouvé en plus des deux trois trucs piqué en cuisine.

L'intérieur du sac ? Mégaphone, t-shirt customisé à la Jamie Nylon, ciseaux, agrumes, casseroles et autres gadgets sans liens apparents. On ne voyait que trop bien que la voleuse avait prit tout et n'importe quoi dans l'espoir que ça lui serve à quelque chose. Liliany n'avait peut-être rien pour se faire accuser de quoi que ce soit mais on peut dire quand même qu'elle avait un sacré don pour voler les affaires des autres. Johannes son amour secret, et maintenant Jamie Nylon le co-chef de sa confrérie et l'hôtel Ashfort. De mieux en mieux... un bel avenir. Un plan B pourquoi pas si Cambridge est un désastre ? Oui mais là c'est pour la bonne cause parce que rien ne pousse Liliany Sturgess a agir de manière illégale sans raison, tout le monde le sait ... du moins, moi. Alors voilà pour la petite histoire, Lilianouille et sa copine Doris la réalisatrice (tiens, ça me fait penser ...non, restons concentré), ont jugé avant même la critique officielle et l'avis d'un spectateur à l'oeil aguerrit que leur film n'était pas la hauteur de leur talent. Bon je vous le dit tout de suite, Liliany n'a aucun talent, si ce n'est celui de jouer devant la caméra. Assez photogénique en effet, il se passe un truc entre elle et la machine. Ainsi ses apparitions dans les films de Bhö sont récurrentes. Bref, d'un commun accord elles ont donc décidé de tri-cher. Je vous entend de là: Quoi ? Tricher ? Quelle honte ! C'est scandaleux.[/i!]. Je vous répondrais, avec franchise mais non moins tout aussi déçu que vous du comportement intolérable de ces deux jeunes filles, que [i]oui parfaitement.

Je ne te cache pas que je le sens très mal Doris. Des techniciens sont arrivés en avance, je ne nous donne pas plus de quelques secondes pour agir. On peut toujours saboter un projo ou un truc comme ça pour gagner du temps. Mais sinon on est grillées. Jamie va m'attacher à un arbre pour l'avoir volé, Xanda va nous tomber dessus, on va se faire virer, ma mère va me tuer et plus jamais je ne reverras Bhö-Bhö...

Elle se laissa tomber en arriver et resta allongée sur le sol dans une posture parfaitement théâtrale qui lui aurait valu l'oscar de la meilleure actrice de film muet. Liliany sur-jouait mais n'avait pas complètement tord. Mais il était trop tard pour reculer maintenant, il fallait suivre le plan. Si toutefois elles en avaient un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ballet mécanique | Liliany|
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» " La vie est un ballet; on ne le danse qu'une fois. " (PV Anna Wall' Stood)
» Mécanique automobile
» La vie est un ballet: on ne le danse qu’une fois. (06/05 à 18h56)
» Topic Sport Mécanique
» BD Sept Cavaliers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duty.com - The Grimsby Experience :: Side of The Road -the other- :: Garbage :: Cambridge Trinité & le reste :: | ! | Irlande OLYMPIADE :: Chateau d'Ashford-
Sauter vers: